La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La TVA social-libérale

Par      • 7 Nov, 2012 • Catégorie(s): Politique  Politique    

En janvier 2012, Laurent Fabius l’avait appelée la TVA Sarkozy. Il s’agissait d’augmenter le taux de TVA à partir du 1er septembre 2012 de 1.6%, de 19.6% à 21.2%. La volonté de la droite, à l’image de ce qu’il s’était passé en Allemagne, était de faire payer aux consommateurs – et aux ménages – la baisse des coûts des entreprises de façon à les rendre plus compétitives. Les entreprises dégagent alors des marges supplémentaires et augmentent leur capacité à financer de nouveaux investissements. En France, par mimétisme, il s’agirait de financer de nouveaux emplois !?

Laurence Parisot, soutien indéfectible du gouvernement Ayrollande !Le gouvernement Ayrollande a décidé de financer un crédit d’impôts supplémentaire de 20 milliards aux grandes entreprises qui bénéficiaient déjà de 65 milliards d’aides et exonérations en tout genre. La présidente du MEDEF, Laurence Parisot, est une des rares personnes à s’être félicitée hier de la décision gouvernementale. Il est normal de remercier les siens.

Une hausse de TVA dans l’improvisation la plus totale ?

Le ministre des relations avec le parlement, Alain Vidalies, était formel le vendredi 21 septembre : « L’option TVA est totalement écartée[…] jusqu’à la fin du quinquennat. Cela ne fait partie de la matrice de ce gouvernement« .

Le 29 janvier 2012, le candidat François Hollande déclarait la main sur le cœur : « L’augmentation de la TVA, je la considère inopportune, injuste, infondée et improvisée« .

Des guignols… nous avons affaire à des guignols !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

Une Réponse »

  1. – MAINTENANT LA GAUCHE,le social au coeur,l’écologie en avant : extraits du communiqué du 06 nov 2012:

     » les annonces faites aujourd’hui doivent désormais faire l’objet d’une concertation avec les partenaires sociaux et un débat approfondi avec l’ensemble des forces de gauche et écologistes………ce qui vaut pour la loi contre les licenciements boursiers,retardée pour laisser place à une négociation sociale doit aussi valoir pour une démarche visant à accorder 20 milliards de crédit d’impots pour les entreprises.clairement,la question des contreparties en terme d’emplois et d’investissements doit etre posée.
    face à cette crise sans précédent nous soutenons avec force l’action de redressement productif,le soutien à la croissance et la création d’emplois………de ce point de vue,le lancement d’une STRATEGIE INDUSTRIELLE DE FILIERES,LA CREATION D’UNE BANQUE PUBLIQUE D’INVESTISSEMENT ou L’ACCES DES PME AUX MARCHES PUBLICS constituent des avancées importantes……MAIS,nous réitérons notre désaccord sur l’augmentation de la TVA,particulièrement injuste……….les arguments d’hier sont toujours valables…….
    http://www.maintenantlagauche.fr
    pour ma part,élaborer 1 équivalent du « small business act » à la française comme cadre de cohérence des dispositifs en faveur des pme me parait etre une piste particulièrement intéressante.( favoriser les petites et moyennes entreprises en leur réservant certains marchés publics).