La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le télétravail, au coeur du projet écologique !

Par      • 9 Oct, 2009 • Catégorie(s): Ecologie  Ecologie   Politique  Politique    

Après la Corée, le Japon, la Suisse, le département des Hauts de Seine vient de faire le choix de la fibre optique pour l’ensemble de ses résidents. Elle leur sera proposée au prix de l’Adsl. La fibre optique permet de proposer une connexion à 100 Mbits symétrique, alors que nos connexions Adsl sont asymétriques. Cette asymétrie  nous oblige, pour proposer des services Internet marchands et non marchands, à avoir recours à des hébergeurs. En renchérissant les coûts, les petites entreprises et les TPE perdent en compétitivité. Contrairement à une idée reçue, la facture énergétique globale liée à l’informatique ne cesse d’augmenter. Les datacenters dans lesquels sont hébergés les serveurs Internet se développent de façon exponentielle malgré les limites du réseau électrique français et le coût des transformateurs.

Le grand emprunt

L’Elysée a lancé un ultimatum aux principaux opérateurs de téléphonie afin de débloquer le dossier de la fibre optique. La proposition de Free et de SFR de déployer la fibre autour d’un GIE dans lequel l’État français serait présent permet d’envisager la mise en œuvre d’un réseau unique. Le coût du passage en fibre optique de tous les foyers et entreprises françaises est estimé entre 25 et 40 milliards d’euros. C’est un des axes retenus et défendus par NKM dans le cadre du grand emprunt qui sera lancé au cours de l’année 2010.

Le télétravail… des résistances culturelles

Contrairement aux règles du théâtre classique, la société capitaliste productiviste a sculpté nos imaginaires en scindant nos temps (loisirs et travail), nos lieux et nos actions. Le télétravail s’est toujours heurté aux résistances salariales et syndicales qui y voient une stratégie patronale pour isoler et casser le lien social.

Pour autant, le télétravail s’est développé avec l’augmentation des débits. Axa, Schneider, IBM, France Télécom et EDF ont mis en place le télétravail pendulaire ou en alternance depuis de nombreuses années. Les chiffres de l’AFTT montrent que la forme de télétravail qui s’est la plus développée, c’est le télétravail nomade… lié aux déplacements. Quelle qu’en soit la forme, le télétravail touche une minorité de salariés, à savoir les ingénieurs et les cadres à titre principal.

Selon l’étude de Jean-Marc Jancovici, 48% des salariés du secteur privé et 60% des salariés du secteur public pourraient télétravailler de façon permanente ou de façon partielle.

Impact écologique et social du télétravail

De nouveaux modes de travail !

De nouveaux modes de travail !

Sous l’impact de l’augmentation du prix de l’immobilier, les classes moyennes et les classes populaires ont été chassées dans des espaces péri-urbains. La nature des logements et la distance qui sépare les habitations de leurs lieux de travail entraînent une forte dépendance énergétique. Pendant que nous travaillons, nous continuons à chauffer nos habitats.

Le télétravail permettrait d’économiser en énergie sur le transport et sur le chauffage des bâtiments. Nous gagnerions aussi en temps contraint. La mise en oeuvre du télétravail exige trois préalables :

  • le renforcement des droits salariaux et syndicaux
  • un partage de la valeur sur la base des économies réalisées
  • le co-financement des entreprises et des pouvoirs publics à l’adaptation de l’habitat ou à la réalisation de centres de télétravail

Autres éclairages

Crédit photos : Paperblog, le Blog Shopping

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Les Commentaires sont clos.