La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Jeudi 24 juin : manifestons pour la retraite à 60 ans !

Par      • 21 Juin, 2010 • Catégorie(s): Social  Social    

Dans un article récent, je rappelais que la réforme proposée par l’actuel gouvernement ne permettrait en aucune façon de couvrir le besoin de financement des retraites. Par la baisse de la part des salaires et l’augmentation des rentes, des revenus financiers et des profits dans le PIB, la perte de recettes en terme de cotisations a été de 44 milliards en 2007 ! L’augmentation de l’âge de la retraite à 62 ans  et l’allongement de la durée de cotisations à 41.5 annuités ne couvrira que 30% du besoin de financement en 2030 selon le COR ! Le déficit de l’ensemble des régimes sociaux a atteint 23.5 milliards en 2009 et devrait atteindre 26.8 milliards d’euros en 2010. J’espère que vous mesurerez  ainsi l’aspect totalement artificiel du maintien de ce déficit. Le problème des retraites en France n’est pas un problème démographique.

Quant aux mesurettes purement symboliques,  en dehors de provoquer les cris d’orfraie du Medef, elles ne sont là pour abrutir le « petit peuple »  !  En faisant le choix de repousser à 62 ans l’âge de départ à la retraite et en refusant d’intégrer la pénibilité aux discussions, le gouvernement impose une double peine à la France qui travaille tôt et dur !

Devant la mutualité française, en juin 2009, le Président de la République annonçait : « Les régimes de base ne pourront pas tout financer. Il faudra faire des choix. » La crise est passée et, avec elle, nous avons pu assister aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne au naufrage des systèmes de capitalisation qui continuent malgré tout à être défendu, becs et ongles, par l’aile conservatrice de l’UMP. Pour autant en ne faisant pas le choix d’un rééquilibrage du système de financement par un élargissement d’assiette, la volonté du pouvoir de casser les acquis sociaux du CNR reste intacte. L’affaire Bettencourt dans laquelle est impliqué l’actuel ministre du travail, Eric Woerth, nous rappelle à quel point le pouvoir est au service de quelques uns – et d’eux-mêmes –  contre l’intérêt général. Nous devons aller massivement manifester pour dire non, avant tout, à cette nouvelle politique de civilisation qui a l’odeur des théories les plus rétrogrades. Elle nous rappelle Ricardo, Smith, Hayek et tous ces apôtres d’un darwinisme social viscéralement anti-humaniste.

Annexes

Crédit photos : LCN, Influenceurs

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

Les Commentaires sont clos.