La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Sarkozie : la stratégie du choc

Par      • 12 Juin, 2008 • Catégorie(s): Sarkozy  Sarkozy    

Ardant du Picq, un des théoriciens influents de l’art de la guerre, avait développé, dans son ouvrage Etudes sur le combat, l’idée selon laquelle l’armée en capacité de gagner était celle qui avait l’ascendant psychologique. Mal interprétée lors de la guerre de 14-18, elle a poussé Nivelle à envoyer 200000 Français à l’abattoir provoquant 300000 morts côté allemand. L’idée développée par Nivelle est qu’il fallait enfoncer les lignes ennemies quel qu’en soit le prix, pourvu que l’offensive atteigne le moral des troupes allemandes. Nivelle avait oublié les enseignements d’Ardant du Picq sur le fait qu’une guerre se gagne aussi dans son propre camp. A l’idée du choc, s’est opposée dans l’histoire de la guerre moderne celle de la terre brûlée. Le feu face aux troupes napoléonniennes, le feu face aux troupes allemandes ! Aujourd’hui, le feu s’appelle Al Quaïda.

Très prisées par les stratèges militaires anglo-saxons, les théories militaires d’Ardant du Picq semblent avoir été mises à profit par Ronald Reagan et les tenants du libéralisme. Pour pouvoir faire avaler la réforme (synonyme de choc « salvateur » ou de la terre brûlée), les conseillers du prince ont su instrumentaliser le symbolisme de la réussite. Transposé à la France, on comprend en quoi Sarkozy avait besoin de Carla pour nous faire croire à une belle histoire. Cécilia ne pouvait, en la circonstance, lui être d’aucun secours. A l’heure de la réforme du code de travail, je ne sais pas évaluer si la stratégie du Prince relève du choc salvateur ou de la terre brûlée. La volonté est la même : mettre les syndicats et les partis de gauche plus bas que terre. Et, contrairement à Nivelle, même si comparaison n’est pas raison, Sarkozy a le souci d’épargner son camp.

Autres éclairages

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.