La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les gros avaient rendez-vous à 9 h 30 !

Par      • 18 Août, 2013 • Catégorie(s): Santé  Santé    

De Pierre Fraser, obésité et société - La haine du grasEn 2008, alors que je faisais campagne aux élections cantonales sous l’étiquette du Parti Socialiste, je m’étais déjà rendu compte du phénomène alors que j’arpentais le marché de Brionne à 9 h 00 du matin. La semaine dernière, en faisant l’ouverture du magasin Leclerc du Neubourg à 9 h 30, j’ai pu me rendre compte que du haut de mes 94 kilos, j’étais devenu  maigrelet. Oui, les gros sont partout. L’obésité se voit. Elle se montre par la force des choses. Elle déborde des pantalons et des soutiens-gorge. Et il n’y a pas que dans l’armée allemande que les hommes ont les seins qui poussent.

Obésité et société, par Pierre Fraser

Pierre Fraser est doctorant en sociologie à l’université Laval au Québec. Il a écrit un ouvrage téléchargeable sur la vision de l’obésité et du gras. L’obésité est un phénomène nouveau qui date de la fin de la seconde guerre mondiale. Ce sont nos modes de vie obésogènes qui sont à l’origine de notre prise de poids (surabondance alimentaire, sollicitations publicitaires permanentes, malbouffe, sédentarité, addictions, etc) alors que la réclame télévisuelle nous recommande de ne pas manger trop gras, trop sucré et trop salé. Nous sommes plongés là-encore dans l’injonction paradoxale permanente. Nous ne pouvons pas continuer de nous empiffrer et de boire sans grossir tout en cherchant à veiller à notre IMC ! Le gras, c’est la mort.

Pour nos sociétés, il y a là en germe le risque d’une diminution rapide de notre espérance de vie par la multiplication notamment d’AVC qui touchent une population de plus en plus jeune cumulant gras, tabac et alcool !

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

3 Réponses »

  1. Bonjour l’ami coupeur de bois. J’ai essayé de changer mon commentaire en corrigeant des erreurs de débutant en matière d’orthographe et de ” saint axe” . Il reste encore du travail, mais je vous serai gré, cher ami, de remplacer le premier commentaire par celui là. …..Serviteur !

    Je ne sais pas comment interpréter ce billet. J’y sens énormément d’humour mais aussi un peu de moquerie sur un phénomène qui me touche puisque je pèse 142 kilo pour 1m82 . En ce moment lancé dans une opération que j’ai personnellement intitulé ” opération dégraissage du Mammouth”, j’ai très peu d’orgueil puisque la vie et le regard des autres vous apprend à avoir du recul sur vous-même.

    Je pourrai, en effet, m’offusquer de certains termes employés ici qui seraient certainement limite discriminatoire si je connaissais pas l’auteur et surtout le respect qu’il a pour le genre humain…surtout pour celui qui se bat pour aller de mieux en mieux.

    Que dire de l’obésité ? C’est la résultante de nos incontrôlables envies dictées par notre cerveau déséquilibré. Je vous renvoie, pour mieux comprendre le phénomène à d’excellents numéros du magazine ” La recherche” qui a consacré d’innombrables dossiers sur la question. On y apprend notamment que nous sommes complétement esclave de notre matière cérébrale . C’est grisant ! (sic)

    Je ne développerai pas plus car je sais aussi que le cerveau humain horrifie les commentaires à rallonge surtout un lundi. Je souhaite dire que maigrir est très difficile et que, au lieu de montrer du doigt des seins qui poussent ( ah oui, j’ai tout de même un peu d’orgueil), on devrait s’attacher lorsqu’on est soi-même un ancien “potentiel obèse” s’attacher à orienter le sus-obèse lecteur vers des pistes sans railler l’individu (j’ai vraiment de l’orgueil finalement) .

    Depuis mai juin, j’ai perdu 18 kilos et je sais qu’à 47 ans, je dois en perdre 40 au moins si je veux que ma nouvelle carrière de Baryton que j’entame soit longue et belle.. Je puis vous assurer que c’est vraiment dure. Compliqué, un effort parfois terrifiant et trop souvent pour moi, impossible à réaliser en constance. Le quotidien est une douleur, et le résultat une joie lorsqu’il va dans le bon sens.

    Alors que je suis constamment en recherche de solutions viables pour me permettre de continuer de perdre du poids, je confirme que la vision de seins d’obèse m’est extrêmement insupportable. Certains, en effet, aiment cette situation et montre à la population qu’on peut aussi être heureux en étant difforme par rapport à la norme….Ce n’est pas mon choix. Suis-je plus intelligent pour autant ? J’en doute…L’obésité est un fléau . La lutte est sans merci et cela commence dès l’enfance….Je vous assure que j’aimerai bien créer des forums de discussion sous forme de café-débat pour rester dans une démarche de guérison….Mes pensées vont ce matin vers ceux qui pensent, et ils sont nombreux, que l’obésité est un art de vivre tout à fait acceptable.

    Je pense qu’ils ont tort non pas pour eux-même mais surtout pour l’exemple qu’ils peuvent donner à leur entourage.

    Haut les cœurs camarades

    Fred Quillet

  2. @Fred

    Ma mère est morte des conséquences de son obésité morbide. C’est un sujet qui me touche au plus haut point. Je ne crois pas que l’obésité puisse être un mode de vie choisi.

    Merci, Fred, pour ton témoignage.

  3. Nos modes de vie ont tellement changé ces 20 dernières années !
    La sédentarité, la télé H24, l’internet, le travail derrière des écrans, la malbouffe, l’industrie agro qui ajoute du sucre et des mauvaises graisses dans toutes les préparations, c’est très compliqué de ne pas prendre de poids, même en faisant très attention.
    Bon courage Fred.

Laisser une Réponse

*