La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

1er décembre : journée mondiale de lutte contre le sida.

Par      • 1 Déc, 2007 • Catégorie(s): Santé  Santé    

Freddie Mercury à Madison Square en 1975M’en vais vous raconter ma vie… Quoi, encore ? Ben oui, ça m’occupe, j’ai un trou dans mon emploi du temps, c’est rare, j’en profite !

En 1991, Freddie Mercury (chanteur du groupe Queen) meurt du sida. J’ai 16 ans, je suis en larmes ! Mon professeur d’anglais m’enquiquine pour que je fasse enfin l’exposé auquel tout le monde a eu droit… je lui dis que je veux le faire sur l’homosexualité. Elle me répond que c’est une drôle d’idée, réfléchit et ajoute que c’est d’accord si je le fais aussi sur le sida.

Outrée par l’amalgame, cela confirme que mon idée est bonne. Je pose mes conditions : dans le cadre des films en anglais que l’on regarde avec elle je veux passer Un compagnon de longue date, très joli film qui raconte l’arrivée du sida dans le milieu homosexuel aux Etats-Unis et je veux faire une distribution gratuite de préservatifs. Elle tique un peu pour le film, beaucoup sur la distribution… mais je suis têtue, elle cède. Commence alors un parcours du combattant. Pas parce que je lis tout ce que je trouve d’écrit par le professeur Montagnier, c’est intéressant, pas parce que je fais fonctionner mes petites cellules grises dans la langue de Shakespeare, ce sont mes origines après tout, mais parce que je me heurte à l’incompréhension, à l’intolérance, à la bêtise, voire à la haine.

J’ai 16 ans et je n’ai pas assez d’argent pour me payer 40 préservatifs… je vais donc voir mon pharmacien, lui demandant s’il accepte de me faire un prix : non ! En prime j’ai droit au regard, style elle en a pas l’air mais ça doit être une sacrée sal…e. Je vais au planning familial. Une dame me regarde effarée comme si j’étais tombée de la lune, et m’explique qu’elle ne comprend pas pourquoi je veux faire ça et m’affirme qu’ils n’ont bien-sûr pas de préservatifs au planning familial ! Le ton monte, elle fouille partout et me trouve deux vieux préservatifs dont on aperçoit à peine la date de péremption pas encore dépassée, ouf, mais s’ils ont été conservés à la chaleur, si l’emballage tout plissé démontrait que peut-être ils pouvaient être endommagés ? Je les prends, mais ne les distribuerai pas. J’ai ceux que je garde dans mon portefeuille pour mes potes, surtout un qui me dévalise régulièrement, habitude que j’ai prise depuis l’âge de 14 ans. Mais ça ne va pas loin !

Dépitée je vais voir l’infirmière du lycée, adorable, tellement habituée à me voir… hum… et qui m’a prêté les livres du professeur Montagnier. Elle me dit que ça ne va pas être facile mais qu’elle va arranger ça. Mes parents m’ont bien élevée, alors je vais demander l’autorisation au proviseur. Je suis étonnée, elle me félicite, me donne sa bénédiction et dit que de ce fait elle va organiser une exposition dans le hall sur le sida, ce qu’elle fera. J’en profite pour demander un distributeur de préservatifs gratuits, là elle se crispe, me répondant qu’elle est responsable de l’ordre qui règne au lycée que certains vont jouer avec, je lui réponds que si quelques idiots jouent avec mais que ça sauve la vie ne serait-ce que d’une seule personne ça vaut le coup, réponse : non ! Je pars un peu triste. Enfin le jour J, je bafouille et panique mais j’arrive au bout de mon exposé. L’infirmière arrive avec un saladier plein de préservatifs et me met dans la main un paquet de modes d’emploi, l’amie qui lui a fourni tout ça est là et me sourit, l’infirmière me dit d’en distribuer juste un par personne, elles ont eu tant de mal à les avoir. A la fin de la distribution il en reste, les deux amies sont soulagées. Je n’ai jamais su comment elles avaient fait, je les ai remerciées chaleureusement.

Arrive l’heure du film. Comme toujours ce n’est pas obligatoire. Un ami refuse, il en a rien à foutre des PD, je le traite de connard. Une camarade hésite, je la connais à peine. Je lui dis de venir tout de même, pour voir, elle ronchonne et vient. A la fin du film, cette camarade se lève, le visage inondé de larmes, me sert dans ses bras et me dit merci ! Nous sommes devenues copines. Des années après je la croise dans Bernay, elle me sert dans ses bras, me demande comment je vais et me rappelle ce jour là.

Je contacte Act Up plusieurs fois, demandant des renseignements pour aller visiter des malades qui meurent seuls à l’hôpital. Jamais de réponse… Le bac arrive. La fac… le boulot… mais je continue ce combat, par de l’information, par des dons. Le sida est toujours là ! Des gens en meurent toujours. La tri-thérapie améliore les choses mais n’est pas un miracle. Le virus mute, la chance de trouver un vaccin est minime… Non ce n’est pas une maladie d’homosexuel, non ce n’est pas une maladie de dépravé, non ce n’est pas une maladie de drogué. La majorité des séropositifs sont hétérosexuels. De nombreuses personnes atteintes ne le savent pas et ne l’apprennent que lorsqu’elles ont le sida : lorsqu’elles sont malades ! Le préservatif est un geste simple. C’est un geste d’amour. Faites cet effort, il coûte si peu par rapport à ce qu’il rapporte !

Nous sommes en 2007 et parfois je me crois revenue en 1991… Pour ceux qui en ont les moyens ou pour ceux comme moi qui se payeront moins de choses mais essayeront d’apporter modestement leur pierre à l’édifice, faites un don au sidaction. Aujourd’hui pensez à tous ceux qui n’ont pas la chance d’être séronégatifs !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

2 Réponses »

  1. Au secours Denis !
    Ca recommence, mon billet est en un seul bloc !
    Plus de saut à la ligne, plus de paragraphe, plus rien et ça depuis que le site a changé…
    Je sens que pour vous faire pardonner de m’avoir appelée juste pour entendre ma voix, enfin mon absence de voix, vous allez m’expliquer ce qui coince ! Merci !

  2. Dans le cadre des grandes causes, voici un communiqué de presse de sidaction pour le titre de MADFEET ’restez couvert monsieur’.

    Un clip vidéo a été également tourné. le seul but de cette présentation est d’apporter des fonds à l’association ’SIDACTION’.
    site officiel madfeet : http://madfeet.perso.neuf.fr
    madfeet@neuf.fr – tph 0148941782 – 0684486643

    Communiqué de presse
    Très sensible à la lutte contre le sida, le groupe Madfeet a décidé d’offrir tous les bénéfices de la vente du titre « Restez couvert Monsieur » à Sidaction.
    Ce Single est également en vente sur la boutique du site Internet de Sidaction http://www.sidaction.org au prix de 5 euros ainsi que sur le site officiel de MADFEET http://madfeet.perso.neuf.fr. Le téléchargement du titre est accessible sur : Fnac music – I tunes – Junodownload – Music me – Nokia music store – Starzik Virgin Megastore – amazone,com – Deezer (etc…) 60 centimes d’euros sont reversés à Sidaction pour chaque téléchargement en ligne.

    Sidaction remercie Madfeet pour son engagement à ses côtés. Les fonds nets collectés seront répartis à 50 % pour soutenir des programmes de prévention et d’aide aux malades et 50 % pour soutenir la recherche, notamment des jeunes chercheurs dès leur première année de thèse.

    Produit par Marie Deperthe Production, un label indépendant, Madfeet s’inscrit dans un univers celtique et néo classique atmosphérique. Le groupe Madfeet, composé de trois musiciens, tourne depuis une quinzaine d’années

    Grâce à son concept original, son ambiance prenante et sa composition poétique, « Restez couvert Monsieur » donne un message de prévention particulièrement efficace.

    Madfeet contribue à lutter contre une épidémie qui nous concerne tous, en France, au moins 150 000 personnes sont séropositives et plus de 30000 personnes ignorent qu’elles le sont, 2 jeunes de 15 à 24 ans découvrent chaque jour leur séropositivité.
    Contact presse : marie.deperthe@neuf.fr 01 48 94 17 82 – 0684486643
    madfeet