La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Rénovation du PS – IIème Partie: Rénov’action

Par      • 8 Oct, 2007 • Catégorie(s):  

Les militants du PS seraient-ils devenus fous ? N’ont-ils pas compris l’absolue nécessité de rénover le PS, coûte que coûte. Quitte à oublier d’où nous venons, à oublier qui nous sommes et pourquoi nous y sommes ? Et puis finalement, est-ce si important l’histoire, les valeurs, les principes ? La rénovation, telle qu’on nous la vend aujourd’hui, n’en a cure.

Ou au contraire, les militants socialistes, seraient-ils devenus raisonnables ? Auraient-ils compris, que cette rénovation, il ne suffit pas de l’appeler de ses vœux pour qu’elle se matérialise. Craindraient-ils qu’on leur impose une rénovation dont ils ne veulent pas, dans l’urgence, dans la précipitation, dans l’improvisation ? Cela ne vous rappelle rien ?

Nous avons déjà donné.

La rénovation vaut mieux que cela. La rénovation vaut mieux qu’une marchandisation à des fins personnelles, ou qu’une récupération médiatique. Cette rénovation est indispensable, cruciale, vitale. Mais elle ne saurait subir les affres de la cuisine d’appareil, elle ne saurait être confisquée par quelques-uns.

Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que renouveler pour renouveler cela ne sert à rien. Mettre des jeunes, pour mettre des jeunes, surtout quand ces derniers n’ont de jeune que l’âge, c’est suicidaire. Loin d’être une énième incantation, c’est un fait politique que j’ai constaté, que nous avons tous constaté, lors des dernières élections législatives. Le PS n’a jamais été aussi fort que lorsqu’il a prouvé qu’il pouvait se renouveler en cultivant son identité locale, en faisant émerger, de la base, des candidats du cru, en apportant des réponses concrètes et adaptées aux problématiques locales. En revanche, le PS s’est lamentablement planté lorsqu’il a voulu imposé, d’en haut, un candidat parachuté, des idées prétendues novatrices, une campagne dite participative, le tout, sous couvert de rénovation.

Le groupe socialiste à l’Assemblée Nationale n’a certes pas connu la révolution voulue par les ayatollahs de la Rénovation. Et pourtant, il s’est rajeuni, il s’est féminisé, il s’est, oui disons le, rénover. En douceur, sans bruit.

Et si nous profitions des prochaines échéances électorales pour transformer l’essai ? La rénovation doit reposer sur quelque chose de solide, de tangible, elle a besoin d’un vecteur, d’un catalyseur.

Oui, la rénovation se fera dans l’action, et non dans les salons. Ces salons au confort feutré, où l’on parle si bien du socialisme, entre deux gorgées d’un grand cru de Bordeaux, entre deux bouffées de cigare. Ces salons VIP où l’on croise toujours les mêmes.

Oui, la rénovation se fera sur le terrain, et non derrière son écran d’ordinateur, en tentant de saisir l’air du temps par le truchement des multitudes de tableaux, d’analyses expertes et de chiffres froids.

Oui, la rénovation se fera en rencontrant ceux qui font la France (chef d’entreprises, syndicats, associations…). Ceux que notre candidate à la présidentielle, n’a même pris le temps d’écouter, ceux qui ne sont jamais invité à l’Université d’été de la Rochelle, ceux qui aujourd’hui nous ont fui, au mieux, qui nous ignore.

Le challenge est énorme. C’est pourquoi, chaque section, chaque fédération, dans l’optique de la préparation des échéances à venir, doit se saisir des enjeux qui agitent le PS et traiter les questions, parfois épineuses, du moment.

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Les questions que j’aimerais poser à l’ensemble des socialistes sont :

    C’est quoi d’être socialiste ? Qu’est-ce qui fonde votre engagement au PS ? Comment définiriez-vous le socialisme ?