La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Platini et Bayrou : les hommes de la nouvelle gauche française ?

Par      • 24 Sep, 2007 • Catégorie(s):  

Je vous livre un extrait de la lettre du nouveau patron de l’UEFA envoyée à l’ensemble des chefs d’état de l’Union Européenne :

« Une grave menace plane sur le développement du football européen, l’omniprésence de l’argent. Notre but n’est pas de nous réfugier dans un romantisme suranné et élitiste, mais l’argent n’a jamais été le but ultime du football, gagner des trophées restant l’objectif principal. L’Europe veut-elle vraiment réduire le sport à une simple et triste transaction commerciale? Laissez la glorieuse incertitude du sport prévaloir sur les certitudes moroses de l’argent.  »

Je ne suis pas certain que Olivier Besancennot, José Bové ou Marie-George Buffet auraient dit mieux. D’accord, nous socialistes, on ne dit rien sur cette question comme sur tant d’autres !


Sur ses relations avec le nouveau Président de la République, François Bayrou a déclaré :« Je n’ai pas de contentieux personnel avec lui, nous n’avons pas de cadavre dans le placard, mais j’ai avec lui un conflit de valeurs ». Pour le leader du MoDem, ce conflit porte sur « les signes multipliés au monde de l’argent, au CAC 40, aux milliardaires, à l’univers du Fouquets« , « la vedettarisation de la politique, la jubilation des hot dogs avec Bush père, Bush mère, Bush couple« .Sur la situation politico-médiatique de notre si grand pays, François Bayrou tient à préciser sa pensée : « Le cirage de pompes est devenu un sport national dans notre pays ». Il achève son brûlot en rappelant que « L’émotion ne va pas avec l’overdose« .Chers camarades, y voyez-vous quelque chose à redire ?

Voyez-vous à redire si notre premier secrétaire, un autre homme de gauche, en vienne à rencontrer François Bayrou ? Je n’ai pas d’ailleurs pas entendu ceux de nos camarades qui étaient si prompts à dénoncer la rencontre Ségolène Royal – François Bayrou dans l’entre deux-tours de la Présidentielle ! Etant donné la perspective des municipales et des cantonales, il ne faut rien faire qui puisse gâcher l’avenir que d’éminents camarades contribuent chaque jour à nous obscurcir. Ces braves socialistes se reconnaîtront.


En ce moment de pétole doctrinale, il est bien normal que d’autres portent un « vrai » discours de gauche. ;+) Ils tâchent de remplir le vide sidéral de la pensée officielle socialiste.

Sources : Libération, l’Afp selon Google

Voie Militante Voie Militante

Les Commentaires sont clos.