La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Sortir de nos prisons identitaires !

Par      • 23 Oct, 2008 • Catégorie(s): Parti Socialiste  Parti Socialiste    
Forez Histoire

Forez Histoire

Hier soir, j’étais aux côtés des militants de Rugles pour y défendre avec ardeur, courage, clarté et créativité la motion C. Pour ceux d’entre nous qui cherchent toujours à enfermer, catégoriser et simplifier jusqu’à l’outrance, vous apprécierez le clin d’oeil ! A mes côtés, deux remarquables et brillants contradicteurs et néanmoins camarades socialistes  : Anne Mansouret (motion D) et Gilles Launay (motion A).

Décriée à tort, Anne Mansouret est un personnage atypique – et exceptionnel – au sein du Parti socialiste qui ou bien agace ou bien enthousiasme. Ancienne radicale de gauche, supportrice de Fabius, puis de François Hollande, puis de Ségolène Royal, elle a fait le choix de Martine Aubry. Certains – accrochés à des représentations stériles – pourront crier devant tant d’incohérence, là où, pour ma part, au contact d’Anne, j’y vois beaucoup de cohérence !

Nul n’est parfait !

Adhérent de Rénover Maintenant en 2006, militant au sein de Désirs d’avenir en 2006-2007, ardent défenseur de Ségolène Royal lors de la campagne interne, j’ai signé la contribution Delanoë et la motion de Benoît Hamon. Partisan du Non au projet de TCE, fédéraliste convaincu (renforcé dans mes convictions par ce qui se passe aujourd’hui), partisan du retour du politique et d’une politique authentiquement de gauche, j’ai senti un déséquilibre grandissant entre les mots réellement enthiousiasmants de Bertrand Delanoë et ses pratiques gestionnaristes. Et puis, le choix de notre 1er secrétaire interviendra le 20 novembre. Nous votons pour une ligne et non pour un homme ou une femme. Or la ligne social-démocrate clairement assumée et revendiquée par le Maire de Paris est, de mon point de vue, le choix irrémédiable de l’impuissance du politique là où nous devons faire le choix du retour du politique. La social-démocratie est à la gauche ce que le chiraquisme fut à la droite : le politique ne serait qu’un accompagnateur du temps qui passe, tel le promeneur sur le champ de Mars ! Cette vision – éminemment respectable – a évidemment toute sa raison d’être. Elle n’est pas la mienne.

Que dire encore aussi des fabiusiens qui se sont associés à Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis, même si, pour ma part, j’y vois un retour à la case départ de 1983-1984 et un retour à la cohérence ?

L’identité plurielle

Pour certains d’entre nous, nous serions déterminés par nos origines, par nos gènes. C’est vrai : il existe des déterminismes sociaux et économiques. C’est vrai : il existe des prédispositions génétiques. Mais réduire l’identité d’un individu à son sexe, son métier, au mode de fonctionnement de son couple, à ses amitiés particulières ou politiques, à sa famille, à sa religion, à sa couleur de peau est la négation même de la dimension spécifique de l’être humain : notre identité est viscéralement plurielle ! La représentation que nous avons du monde – à défaut de la réduire volontairement comme pour mieux nous rassurer – est, par nature, extrêmement complexe.

Le congrès de Reims nous oblige à adopter une ligne, là où, en réalité, nous sommes traversés par les raies idéologiques de l’universalisme, du marxisme, de l’anarchisme, du radical-socialisme, de la social-démocratie et de l’écologie politique qu’a su mettre brillamment en lumière notre déclaration de principes. Accepter de nous déterminer doit s’accompagner, avant tout, du refus absolu de nous sur-déterminer. Essayons enfin de sortir de nos prisons identitaires ! Elles sont tout à fait artificielles. Assumons-le.

Crédit photos : Forez Histoire, Jean-Hugues Lime

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

3 Réponses »

  1. Spectrométrie politique façon Denis…Bravo pour ce brillant exercice de style. JP

    ps: attention,certaines raies en absorbent d’autres…

  2. @Jean-Paul

    Par les temps qui courent, je me méfie de la lumière « social-démocrate ». Chat échaudé craint l’eau froide !

  3. c’est vrai denis nous offre des textes bien ficelés bien écrit , on sait s’engueuler mais faut savoir se dire les choses positives, merci et bravo denis encore pour ton savoir faire que tu partages avec nous, je dis souvet qu’on apprend beaucoup à ses côtés, à vos côtés ca virginie n’est pas en reste ! ces deux camarades sont très précieux ! !!!
    merci à eux !