La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Projet socialiste : un pas en avant, un pas en arrière…

Par      • 4 Avr, 2011 • Catégorie(s): Parti Socialiste  Parti Socialiste    

Guillaume Bachelay est le secrétaire du Parti Socialiste à l’industrie et aussi le rédacteur du projet socialiste pour 2012. De par sa formation, il semble s’y connaître en industrie  au même titre que Mitterrand était un brillant économiste. Nul doute qu’il aura un grand destin !

Sur le nucléaire, Martine nous a roulés dans la farine !

Ce week-end, le JDD et le Parisien, complétés par Rue89, nous ont révélé les grandes lignes du projet des socialistes français :

  • retour des TUC de 1984 sous Laurent Fabius, devenus 350000 emplois jeunes sous Jospin et 300000 emplois d’avenir sous la plume de Guillaume Bachelay ;
  • fusion de l’IRPP et de la CSG ;
  • régime d’imposition des revenus de l’épargne et des stock-options identique à celui des revenus du travail ;
  • sortie du tout nucléaire, alors que Martine Aubry nous avait annoncé qu’il fallait sortir du nucléaire ;
  • mise en place d’une fiscalité écologique par une TVA écolo-modulable ;
  • plafonnement des rémunérations des grands patrons des entreprises contrôlées par l’État en les plafonnant à 20 fois la rémunération de base ;
  • égalité salariale hommes-femmes ;
  • des salariés dans les conseils d’administration ;
  • encadrement des loyers dans les zones en tension ;
  • nouvel indice des prix ;
  • indépendance du parquet ;
  • 10000 policiers de proximité, 500 magistrats et des médecins incités à s’installer dans des déserts médicaux ;
  • priorité à l’école primaire par un allègement du nombre d’enfants par classe et à l’université ;
  • requalification des stages en contrat de travail, , CV anonymes, allocation autonomie pour les jeunes ;
  • création d’une banque publique d’investissement ;
  • augmentation des droits de douane, au niveau européen, pour les produits des pays ne respectant pas la législation sociale.

Quelques oublis !

Malgré des avancées sur le nucléaire, sur la mise en place d’une fiscalité écologique, ce projet socialiste est encore bien vide dans de très nombreux domaines :

  • aucune proposition sur la réforme des institutions et le cumul des mandats ;
  • aucune proposition sur un plan de rénovation thermique global touchant l’habitat individuel, sur la sobriété énergétique ;
  • aucune proposition sur la mise en œuvre de la fibre optique et du télétravail ;
  • aucune proposition sur le ferroutage et le co-voiturage ;
  • aucune proposition sur la non brevetabilité (OGM, logiciels libres) ;
  • aucune réforme d’ampleur de la fiscalité et du financement de la protection sociale (à quand la mise en place d’une cotisation sur la valeur ajoutée ?) ;
  • aucune remise en cause du productivisme agricole.

Avec les socialistes, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se recycle. Et bis repetita placent ! Depuis 1997, malgré l’intermède Ségolène Royal de 2006-2007, les socialistes sont restés sur place. Normal : ce sont les mêmes qui sont à sa tête depuis près de 30 ans. François Hollande déclarait, vendredi, incarner le changement. Nicolas Sarkozy aura dû passer un bon week-end.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , ,

9 Réponses »

  1. Je vous trouve un peu sévère là…
    Je trouve au contraire que c’est un très bon début, pas trop de démagogie, on part mieux que lors des deux dernières élections présidentielles. Et puis, il faut en garder sous le pied pour la campagne, tout dévoiler aujourd’hui serait une erreur…

  2. @Olivier

    Ah bon. Tout ce qui est proposé, Ségolène Royal l’avait déjà fait en 2007. En quoi c’est un bon début ? En quoi, on partirait mieux ? Parce que Fabius et Aubry sont aux manettes ?

    Quant au fait de ne pas tout dévoiler, j’y avais eu droit en décembre 2005 par un certain Michel Champredon !!! Si la politique est l’art de parler pour ne rien dire, le mieux est encore de ne rien dire.

  3. Ce programme est plus que court vu avec un œil écologiste.
    Surtout qu’il ne s’agit pour l’instant que de promesses. Les socialistes en particuliers les fabiusiens nous ont habitués à ne pas respecter leurs engagement.
    Combien de ces propositions seront-elles mise en œuvre durant la législature?
    Pourquoi ne pas prévoir un droit de douane, au niveau européen, pour les produits des pays ne respectant pas les normes européennes en matière d’environnement?
    Rien de prévu en matière d’introduction d’une dose de proportionnelle pour permettre une véritable autonomie des Écologistes au Parlement.
    Quand à la sortie du Tout nucléaire dans 30 ou 40 ans. Je pense que vraiment les socialistes se foutent carrément des Écologistes.

  4. Vraiment désespérants ces socialos.
    Pourquoi pas « sortir du toutou nucléaire » ?

  5. Et le cumuls des mandats?

  6. @ Noël Levert
    Excellente remarque! Et le cumul direct des mandats!
    Sans compter les cumuls de mandats en famille : Sénateur Président de Conseil Régional, Conseiller Général, Conseiller Général Député. C’est pas beau ça?

  7. PROPOSITION POSITIVE

    On supprime les primaires, les secondaires, les tertiaires, les quaternaires et on nomme un(e) chef qui cummule tous les mandats électifs de France !

  8. La brèche est enfin et à peine colmatée à Fukushima, l’électro-nucléaire a donc redoré son image.
    Le rejets d’eau radioactive dans l’océan seront désormais volontaires, et ne seront donc plus à mettre sur le dos de l’incompétence des industriels et des politiques qui ont fait le choix (et les profits) de ce secteur industriel.
    Le PS, une fois la crise passée, peut s’en remettre fièrement et gaiement à la lourde tâche qu’ils ont d’assurer l’avenir radieux et actif de notre pays, de l’entreprise publique qu’est EDF, de notre fleuron mondial AREVA, publique elle aussi jusqu’en juin 2011, et qui nous procure un avantage compétitif incomparable en Europe et au delà, puisque nos compétences rayonnent à travers le monde entier.
    D’ailleurs, on le voit bien, puisque Tepco, cette entreprise qui trimbale ses casseroles, a menti, occulté les informations, a du faire appel aux savants atomistes français pour les sauver. Et les centrales que l’on croyait les plus sûre du monde n’étaient pas japonaise, mais françaises. L’EPR va casser la baraque, et les EPR, on peut les installer sur des failles sismiques. Elles sont sûres. Une catastrophe telle que celle du Fukushima ne serait pas arrivée si cela avait été un EPR, Anne Lauvergeon nous rassure.
    Faut-il arrêter Flamenville, comme le demande l’ASN, et Penly, comme se le demande le Sénat ? Si on ne le vend pas à notre chère patrie, et accessoirement à ses citoyens, qui nous les achètera nos précieux réacteurs ? Ce n’est quand même pas rien 3 milliards d’€ la bête ! Ah, 4,5 milliards. Oh, zut 7 milliards ?
    Enfin, peu importe le prix, c’est le prix de la sécurité. Qu’il faudra adapter quand même avec les « retours » de Fukushima…
    Et puis il n’y a pas que les EPR, il y a aussi le traitement, de la matière première jusqu’aux déchets, qui serait en péril sans nucléaire ! Tout un pan de notre économie est concerné. On pourrait parler même d’un boum économique.

    J’entends aussi ceux qui se disputes sur des notions de risque acceptable, ou de risque accepté. Tranchons : pour l’homme (la femme ou l’enfant), il n’est pas acceptable, pour les démocrates que nous sommes tous, il est « accepté ».

    PS : sors de ce corps (des mines)…

  9. @ Nono

    Tu as raison, c’est un problème qu’il faut traiter, mais ce n’est pas en l’évacuant qu’on va le régler.

    Les enjeux de « sécurité planétaire » sont tels qu’il faut absolument « mettre le paquet » sur le nucléaire qui est clairement sans avenir si on ne sait pas comment arrêter une centrale ni recycler les déchets.

    C’est donc un secteur dans lequel il faut absolument investir et investir en masse, mais dans un cadre strictement contrôlé, c’est la responsabilité de l’état et la responsabilité des états.

    C’est un enjeu mondial qui doit être appréhendé comme tel.