La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Martine Aubry, seule candidate socialiste à vouloir l’arrêt du nucléaire

Par      • 17 Sep, 2011 • Catégorie(s): Parti Socialiste  Parti Socialiste    

Décidément, les circonstances de la primaire socialiste de 2011 n’ont rien à voir avec celles de 2006. Alors qu’elle incarnait le renouveau et le  changement , jadis, aux côtés de Laurent Fabius et de Dominique Strauss-Kahn, Ségolène Royal s’est normalisée et quelque peu banalisée aux côtés de François Hollande et de Martine Aubry.

Les écologistes voteront massivement Martine Aubry !

La catastrophe de Fukushima-Daiichi aura eu des conséquences majeures en Europe. Après que l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et l’Italie ont décidé d’arrêter le nucléaire, la France semble aujourd’hui bien isolée dans le choix d’une énergie dont nous aurons compris qu’elle est totalement hors de contrôle de ses ingénieurs. Eric Besson a récemment reconnu qu’il était impossible de recycler les métaux qui avaient servi au fonctionnement des centrales.

Conseillée par Bruno Rebelle en 2006-2007, l’ex-candidate du Parti socialiste s’était prononcée clairement pour l’arrêt de l’électro-nucléaire français. Aujourd’hui, elle est très nettement en recul sur cette question centrale en proposant de maintenir deux centrales sur le sol français ! C’est évidemment totalement incompréhensible.

Le 31 mai, Martine Aubry avait déclaré après Fukushima-Daiichi : « il y a un avant, il y a un après« . Elle avait même estimé que la France devait suivre l’exemple allemand de l’arrêt total du nucléaire en 2022 ! Pour elle, notre pays doit s’engager sur la voie de l’efficacité énergétique.

Quant à François Hollande, il propose 50% de nucléaire d’ici 15 ans. C’est exactement ce que proposent aujourd’hui Eric Besson et Nicolas Sarkozy. Pour s’attirer les faveurs de l’appareil Vert d’EELV, François Hollande, très en recul sur la question du nucléaire vis à vis de Ségolène Royal et surtout de Martine Aubry, propose un contrat de gouvernement aux écologistes. Or, le 30 mai 2011, Cécile Duflot et les Verts le martelaient dans les médias : un accord de gouvernement avec les Verts est conditionné à la décision d’arrêter le  nucléaire.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

8 Réponses »

  1. slt Denis,

    Alors tu vas voter pour Martine à la primaire ? :)

  2. @Arnaud

    Au 2e tour, c’est sûr, si il y a un 2e tour !

  3. en tous cas, je en voterai pas hollande, c’est certain ! s’il tient la route jusque là…

  4. @GdeC

    J’espère sincèrement que ce ne sera pas lui. Là, je serais en face d’un vrai cas de conscience au 2e tour, à la condition qu’il y soit présent. Et, entre nous, je doute de ses capacités d’y figurer ! Je crois que Martine Aubry est un peu plus centrale.

  5. @ Denis
    Je suis d’accord avec le titre de ton article mais gêné par un faux procès d’intention fait à Royal, même s’il n’est pas volontaire : il n’y a pas de recul totalement incompréhensible sur le nucléaire mais un détail technique qui a échappé à la plupart des téléspectateurs : « les 2 réacteurs, a rajouté Ségolène, c’est pour traiter les déchets », fin de phrase couverte par une autre voix (Pujadas ?). Pour moi (qui ne suis pas socialiste), c’est la preuve qu’elle a mieux étudié le dossier que les autres (elle le connaissait déjà mieux que Sarkozy lors de leur duel en 2007) .
    En effet, le démantèlement à venir des armes nucléaires et le combustible usé des centrales nucléaires arrêtées nous valent un stock d’uranium usé et de plutonium (notamment militaire) monstrueux et hautement radioactif pour une quasi-éternité; les mélanger pour faire un nouveau combustible (MOX) permettrait d’en réduire la radioactivité plus rapidement que le stockage (des millions d’années pour le 244 Plutonium ou le 235 Uranium !), selon ce que j’avais entendu dire à la commission sénatoriale sur le sujet.
    Dans ces conditions, une centrale dédiée à brûler ces déchets recyclés et une de secours pendant les arrêts techniques de la précédente (des mois par an si on veut de la sécurité), ça fait 2 centrales (sélectionnées) et c’est peut être compréhensible pour les experts, dont je ne suis pas.
    Moralité : Ségolène a voulu dire la vérité aux français mais elle aurait mieux fait de rester dans le discours simpliste qui s’impose aux élus dans les émissions grand public.
    Si je vais voter à ces primaires, ce n’est donc pas sur ce critère d’écolo-compatibilité que je réussirai à départager Ségolène et Martine, qui sont mes meilleurs choix pour un premier tour. J’attends donc la suite des débats.

  6. @veto22

    Je ne vois pas bien non plus en quoi utiliser le combustible nucléaire militaire dans le civil serait faire le choix de l’arrêt du nucléaire avec tous les risques associés à cette technologie !

    Ceci étant, je suis d’accord avec ta conclusion.

    Je maintiens que Ségolène est très en retrait sur la question du nucléaire par rapport à 2006. Je le regrette profondément. Car, entre temps, il y a eu tout de même Fukushima-Daiichi et, sur ce point, Martine Aubry me semble avoir compris tous les enseignements que nous devons en tirer.

  7. @ Denis
    Je vais être plus clair : une fois les centrales à l’arrêt, comment est assumé le risque lié à l’énorme stock de combustible usé ou déjà re traité ?
    – soit (option Ségolène) notre génération, parce qu’elle les a produits ou en hérite de ses anciens (stock de bombes thermonucléaires de la guerre froide à détruire) utilise le plutonium avec la seule technologie actuellement maîtrisée : dans une centrale dédiée archi-sécurisée, en vue de laisser des déchets 10 fois moins préoccupants (tout étant relatif vu la radiotoxicité résiduelle !); Pourquoi ne pas profiter de l’énergie électrique dégagée par la réaction ? c’est courageux, surtout pour les riverains concernés.

    – soit par les toutes les générations futures à qui on laisse les tonnes de plutonium avec 2 scenarii seulement car on ne coule plus les fûts dans la Manche et les bombes plus loin:
    – 1) soit on les stocke et oublie en profondeur (option du gouvernement actuel) car ça finit par être irréversible au bout de quelques siècles, avec tous les aléas géologiques possibles dans les millions d’années à suivre (après nous le déluge).
    – 2) soit on les laisse en surface dans le périmètre actuel des centrales ou usines de retraitement car il vaut mieux éviter le regroupement en un seul site pour diverses raisons de sécurité : nos descendants en feront ce qu’ils voudront (des bombes, du terrorisme, construire un réacteur neuf pour s’en débarrasser, …?). Ce choix coûtera une fortune en gardiennage (perpétuel ?) mais c’est le prix de la réversibilité en attendant de trouver une solution plus satisfaisante.

    Je me suis réjouit que Martine ait compris qu’il fallait faire le plus vite possible et de sa volonté affirmée mais comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, je crains que ce soit un argument pour choisir le stockage profond, qui est une aussi mauvaise idée que démanteler Brennilis 50 années plus tôt que prévu par EDF car si ça fait plus propre pour le tourisme breton (parc naturel), ça expose les habitants et les ouvriers à des risques décuplés.

    Ségolène s’exprimant souvent de façon compliquée, ne voulant pas sortir de sa fiche ou donner raison à Martine par principe, ce n’est pas parce qu’elle a dit uniquement que « ses experts lui avaient dit qu’il faudrait 40 années pour en sortir », qu’elle ne chercherait pas à aller plus vite si d’autres experts lui montraient que c’est possible. Mais tu as raison, moi aussi, ce non-dit m’a fait tiquer (retrait par rapport à 2006 ?).
    C’est pourquoi j’attends qu’elles s’expriment toutes deux plus précisément sur ces sujets la prochaine fois.

  8. Vous passez votre temps à vous faire des films sur Ségolène Royal.
    La personne qui maîtrise le mieux les enjeux écologiques en France, même face aux écologistes encartés, c’est bien Ségolène Royal; elle ne le fait pas par électoralisme, mais parce qu’elle y croit. La protection de l’environnement est une valeur fondamentale chez elle au même titre que la lutte contre les injustices.
    Prétendre ceci: « Martine Aubry, seule candidate socialiste à vouloir l’arrêt du nucléaire »,
    c’est manquer de respect aux Français!
    C’est de bout en bout que Ségolène Royal maîtrise le problème du ncucléaire; si elle voulait faire de l’électoralisme, elle allait dire que l’on sortira du nucléaire en dix jours; mais elle a expliqué pourquoi cela prendra du temps:il n’y a pas que les centrales à fermer; il y aura les trtaitement des déchets, la re-affectation des ingénieurs, des employés et autres des Centrales à d’autres tâches; bref, elle ne s’est pas contentée de déclarations destinées à caresser les EELV dans le sens du poil mais elle a expliqué l’ensemble du processus qu’impliquera la sortie du nucléaire<. Sa démarche est avant tout pédagogique.
    Dommage que les propagandistes n'aient pas compris cela de Titine, meilleure écologiste de France, ce qui est faux, n'aient pas compris cela.
    Ce qui gêne certains écologistes, c'est qu'ils ont l'impression que Royal marche sur leurs plates-bandes; ce qui n'est pas le cas; ce n'est pas sa faute si elle est profondément écologiste et le prouve non pas dans de grandes déclarations, mais dans les actes!
    J'aimerais les nouveaux convertis à l'écologie apportent les preuves concrètes de leur engagement, ainsi que l'a fait Ségolène royal quand elle était au Ministère de l'Environnement, et comme elle le fait dans ses combats de tous les jours dans sa Région.
    La politique par la preuve! il n'y a que ça de vrai, c'est pourquoi sans hésiter, je voterai pour Ségolène Royal aupremier comme au second tours!

Laisser une Réponse

*