La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Nicolas Sarkozy : le prince-Président Nicolas Machiavel

Par      • 2 Août, 2007 • Catégorie(s): Monde  Monde   Politique  Politique    

Nicolas MachiavelEt dire que certains de nos concitoyens sensibles à la gouvernance symbolique manipulée par l’émotion ont encensé, bien malgré eux, le rôle déterminant joué par les autorités françaises, celle de Cécilia et de Nicolas Sarkozy ! J’espère, ce matin, qu’ils ont une méchante gueule de bois et qu’ils ont la sensation d’avoir été cocufié. Les deux à la fois ? Désagréable… non ? Sachez que le paracétamol et l’aspirine n’y changeront rien : ils ne sont que de simples cautères sur des jambes de bois !

J’évoquais, au travers de la personnalité d’Hubert Védrine, le retour de la realpolitik sur la scène de la politique étrangère française. J’étais loin du compte. L’action de Nicolas Sarkozy vient bien au delà : elle est mensongère et putassière, dénuée du moindre sens moral. La Lybie et le fils du colonel de Khadafi viennent de nous apprendre qu’il y a bien eu tractations financières entre l’Europe et la Lybie via le Qatar et que la France a instrumentalisé cette affaire dramatique pour pouvoir vendre des armes à un régime devenu soudain fréquentable. Autrement dit, Nicolas Sarkozy est le plus grand des fieffés menteurs que la Présidence de la République Française ait connus.

Son ministre-caution des affaires étrangères qui s’ébroue – non sans sincérité – sur la question du Darfour devrait au plus vite quitté ce radeau de la Méduse politique qu’est le sarkozysme. Bernard Kouchner était-il au courant ? Comment tous ces « hommes de gauche » peuvent encore prêter leur caution directe ou indirecte à l’oeuvre d’un Président aussi « malhonnête » ? Que font-ils dans cette galère ? Je pense tout particulièrement à Jack Lang et à tous ceux qui réclament une présidentialisation accrue de notre République. L’action de Nicolas Sarkozy est là pour nous rappeler que la concentration d’un tel niveau de pouvoir est viscéralement inefficace et anti-démocratique. Elle est fondamentalement dangereuse.

Autres éclairages : l’Alibi politique, la lubie de la Lybie, Communimotion et indignation sur l’accord nucléaire franco-lybien sur BetaPolitique, La légitimité démocratique de l’impératrice Cécilia , Sarkozy et les discussions qui regardent les Arabes et la Presse européenne acerbe sur Plume de Presse, Rue89

Voie Militante Voie Militante

2 Réponses »

  1. Je suis évidemment d’accord avec vous sur le fond Denis, mais la juriste que je suis est au bord de la crise de nerfs quand elle vous voit comparer Machiavel et Sarko !
    C’est pas gentil pour Machiavel, qui pour nous juristes est une grande référence.
    Comparer un grand esprit, même très tordu avec une méga quiche, bien que maligne… hum… ?

    Au sujet du rôle de C. Sarkozy, quand j’ai écrit un billet sur les infirmières et le médecin bulgares, je n’ai pas voulu polémiquer justement, car comme vous, cette mascarade m’horripile !

  2. A l’instar d’un Chirac, Sarkozy n’est, sans doute, pas celui que l’on peut décrier et diaboliser.

    L’allusion à Machiavel était en rapport avec la phrase du Prince : « la fin justifie les moyens ».