La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le faux problème du mode de prise de décision

Par      • 27 Mar, 2010 • Catégorie(s): Militer  Militer    

A l’occasion des élections régionales au sein des CAP (Comités d’Animation et de Pilotage) régionaux Europe Écologie, nous avons pu mesurer toutes les limites des modes de prises de décision par consensus. Les verts se réunissaient d’abord entre courants. Puis ils se réunissaient entre eux. Puis ils présentaient leurs propositions qui, lorsqu’elles étaient discutées à défaut d’être déroulées, finissaient par s’imposer au groupe soit par l’exclusion d’opposants ou soit par la fatigue des participants au terme de palabres interminables. Et à la fin, ce sont leurs propositions qui faisaient office de « compromis » ! Le seul intérêt au mode de décision par vote aurait été de nous permettre d’aller nous coucher plus tôt !

Favoriser le dissensus ?

Favoriser le dissensus ?

Le fait qu’il n’y ait pas d’opposition à une décision ne signifie en aucune manière qu’elle est constitutive d’un fait majoritaire. Le consensus a de lourds inconvénients. Il stigmatise les opposants et, à terme, les amène à s’autocensurer ou à se retirer. Le groupe en perd alors en diversité. Il sous-entend que, par la supériorité du collectif sous l’emprise d’une minorité agissante, la décision prise serait la plus pertinente, la plus rationnelle. C’est évidemment totalement faux : l’histoire nous l’a très largement démontré. A terme, l’émergence de « gardiens de la pensée » amènerait le groupe à s’enfermer dans une parole stéréotypée, peu créative et, au final, extrêmement conformiste et médiocre. Le droit du sang avant le droit du sol ?

Le consensus n’a de sens que s’il s’accompagne de l’expression du dissensus et de l’exercice d’un droit de veto ! Cette règle peut très largement être transcrite à un système de vote : vote au 2/3 par exemple.

« Lorsque vous n’avez ni une solide évidence ni un solide argument, vous faites appel au consensus. Le consensus est l’un des plus puissants vecteurs de dindification. »

Crédit photos : Gleebooks, lbsjs, les enchères René Houde

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

5 Réponses »

  1. QUAND LE CON SANG SUCE

    Dans l’expression courante on dit : »consensus mou » et cela veut bien dire ce que cela veut dire. Quand la
    pensée fait défaut, quand les arguments manquent on n’a pas d’autre choix que de consentir à ce que dit l’autre. M ais comme rien ne vient de soi ce ne peut être que mou . Je tiens pour vérité que le « con sang suce » c’est-à-dire qu’ il pompe tout ce qui passe près de lui sans discernement. Et c’est bien dans l’air du temps : s’en remettre à ceux qui semblent avoir quelque idée sur un sujet quelconque. Pour ma part je m’en tiens à ce que je comprends et argumente ..Je ne suis pas sujette au consensus car lorsque je ne connais pas je m’abstiens ou je me renseigne. Mais cela ne suffit pas. De toutes ces informations qui nous parviennent de partout sur le réchauffement ou le refroidissement de la planète comment faire la part des choses si on n’est pas spécialiste du sujet? Il faut bien s’en remettre à quelques-uns qui ont étudié la question. Par contre, il est des terrains où le consensus est tout à fait maîtrisable, c’est celui où tu le places, effectivement : le vote