La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Europe Ecologie : bilan d’étape ou bilan tout court ?

Par      • 14 Juil, 2010 • Catégorie(s): Militer  Militer    

Le compte n’y est pas. Selon Pascal Durand, la semaine dernière à Nantes, Europe Ecologie totalise 7300 signataires. Je tiens à rappeler que les Verts disposeraient d’environ 8500 militants. Pour mettre ce chiffre en perspective, rappelons que le premier appel avait mobilisé plus de 18000 signataires et que le Parti Socialiste compte 110000 adhérents selon mes estimations. Pour faire simple, sur le plan militant, la mayonnaise ne prend pas !

Quelques chiffres

Dans Le dernier sondage de l’IFOP, les intentions de vote pour Cécile Duflot au 1er tour de la présidentielle de 2012 atteignent 4%. Au mois de mars, elles se situaient à 9%. On est bien loin des 16% de voix obtenues aux élections européennes de juin 2009. Ce score avait créé un fabuleux espoir. Dans le même sondage, la gauche, en y ajoutant les Verts, totalise 43% des voix au 1er tour de 2012. C’est mieux qu’au 1er tour de la présidentielle de 2007 où la gauche représentait 37.16% des votants ! Mais c’est moins bien que la gauche et les écologistes au 1er tour de la présidentielle de 1981 qui comptabilisait 50.69% des voix. 2012  est loin, très loin d’être gagné.

Si la victoire d’Anny Poursinoff dans la 10e circonscription des Yvelines – réputée à droite – a été possible, c’est d’abord du fait de l’abstention massive du peuple de droite et aussi d’une conjoncture politique très favorable sur fond d’affaire Woerth-Bettencourt. Pour des raisons stratégiques, comme en 2009, le Parti Socialiste a préféré s’effacer pour présenter une candidature commune avec les Verts soutenue du bout des lèvres, cette fois-ci, par Corinne Lepage.

Un processus bien peu démocratique

Europe Ecologie est un mouvement politique en construction qui se fait par cercles concentriques au gré des élections et sur le mode de la cooptation et du consensus qui font du Parti Socialiste un modèle sur le plan de la démocratie interne. Sa structuration est en tout point identique à celle des Verts. Là où chez les Verts, vous aviez le CNIR, les COREG et les groupes locaux, au niveau d’Europe Ecologie, vous avez le CAPn,  les CAPr et les comités locaux. Depuis plusieurs mois déjà, la démocratie interne chez les Verts s’est éteinte. CAPn et CNIR, CAPr et COREG ont fusionné sans qu’aucun militant n’ait pu s’exprimer sur le sens à donner à tout ça. De votes, au sein d’Europe Écologie, il n’y en a jamais eu. Quant aux statuts en cours de rédaction, ils seraient la copie conforme à ceux de Verts. C’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure confiture.

RPS, MEI et CAP21 ?

A l’automne, après les journées d’été Europe Ecologie / les Verts du 19 au 21 août à Nantes, le scénario  le plus probable pour Europe Ecologie et les Verts serait celui d’une fusion dans le prolongement de celle qui est en train de s’opérer de facto. Autrement dit, les Verts seraient amenés à se dissoudre dans Europe Ecologie et réciproquement. Du coup, la vision d’un grand mouvement d’écologie politique allant de José Bové à Nicolas Hulot tel que l’avait proposé Gaby Cohn-Bendit, président de l’association des Amis d’Europe Ecologie à l’automne 2009, semble en prendre un sérieux coup dans les mirettes. Antoine Waechter, depuis qu’il a fait alliance commune avec les Verts en Alsace, se dit très intéressé pour réintégrer la maison commune. Pas sûr que ce soit le souhait de Bernard Frau et de Patrice Miran au sein du MEI ! Quant à CAP21, les relations semblent s’être un peu distendues entre Corinne Lepage et Dany Cohn-Bendit. L’ancienne ministre de l’environnement du gouvernement Juppé déclarait récemment : « Le but de certains parait être de vider CAP21 de ses adhérents, ce à quoi ils ne sont évidemment pas parvenus mais surtout de retourner à une idéologie qui a confiné l’écologie politique en France à n’être qu’un très modeste supplétif du PS. » En clair, la vision d’un mouvement d’écologie politique ancré à gauche, force d’appoint stratégique d’un Parti Socialiste hégémonique, est loin de plaire à Corinne Lepage. Elle n’est pas la seule. Il est peu probable que CAP21 fusionne avec les Verts au sein d’Europe Ecologie. L’ancienne vice-présidente du Modem est une des rares à garder sa liberté après qu’elle a décidé de quitter le parti de François Bayrou. Quant à RPS (Régions et Peuples solidaires), c’est le grand mystère !

Un fabuleux retour en arrière

Alors que le message délivré lors des Européennes semblait proposer une 3e voie (la seule qui nous reste ?),  les régionales, du fait des jeux d’alliance de 2e tour, auront, avec l’arrivée massive d’anciens socialistes et d’anciens communistes, brouillé le message originel. Elles nous auront replongés dans une vision de l’écologie politique telle qu’elle s’exprimait en 1993 lorsque Dominique Voynet et quelques autres eurent défait Antoine Waechter au sein des Verts. Du coup, voter vert au 1er, c’est voter socialiste au 2e. Alors, dans ce cas, pourquoi ne pas voter socialiste dès le 1er ? Nous sommes revenus près de 20 ans en arrière. Et, dans ce cadre, pourquoi préférer la pâle copie à l’original ?

Où militer ?

Certains militants, écœurés, ont décidé de se désengager d’Europe Ecologie. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ils semblent désormais céder au charme des paroles de la chanson de Bernard Lavilliers, Haute Surveillance :

Je ne mange que des carottes râpées
Je surveille mes scellés, mes idées
(phonétiquement mes selles et mes idées)
On mesure mes crises et mes humeurs
Pas trop d’eau et pas trop de vapeur
Chaque fois que je transpire, c’est le délire

D’autres, sans doute, retourneront dans leurs pénates. Pour moi, l’aventure Europe Ecologie est définitivement terminée !

Crédit photos : le Tour, Etyc

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

3 Réponses »

  1. Bonjour,
    Voilà une analyse plus complète. Egalement, je me sens « mal à l’aise » à côté de gens qui se disent écolos et qui pratiquent : l’exclusion, la censure, l’anti démocratie et la défense d’idées anti écologique. A l’issue des européennes, Europe Ecologie représentait un formidable espoir, la 3° voie attendue par l’électorat. Après l’échec des gestions de droite et du socialisme, l’écologie offrait un nouveau projet.Il ne restait plus qu’à structurer le mouvement. Malheureusement ,et en Haute Normandie particulièrement, on a vu la politique politicienne reprendre le dessus. Des militants de longue date, fidèles et fiables (et surtout qui entrainaient un électorat) n’ont pas été choisi pour représenter l’écologie. Les citoyens ne s’y sont pas trompés, le résultat des régionales fut catastrophique en Haute Normandie où les écologistes ont aujourd’hui moins d’élus que lors du précédent mandat.
    Néanmoins, l’écologie demeure. Nous ne pouvons pas abandonner les luttes menées depuis des années à l’heure où l’écologie est maintenant demandée par les citoyens.La question fondamentale est dans ton dernier paragraphe : Où militer? là est la question. Regrouper les vrais écologiques(ceux qui n’abandonnent pas les luttes passées (déviations routières par exemple) au bénéfice de « places »). Pour ma part, je reste fidèle aux idées écologiques (créatrices d’emplois, respectueuses de l’individu…) et je recherche cette nouvelle structure dynamique et structurée.

  2. Je n’avais pas remarqué la lache démission de Denis d’europe ecologie !
    Lui qui avait tant oeuvré certain de n’être point en loge !!!

    C’est bien avec de tels sires que rien n’avance en ce pays !
    Je parle de ceux et celles qui ne commentent rien et non de Denis !
    Ils n’ont rien à justifire ou critiquer dans le propos de ce normand !
    Je dirais même certainement !
    De quoi les lacher lachement ?
    Certainement !!!

    Aux inquiets, je leur conseille de sourire en lisant l’ humour discret de ce petit commentaire
    Aux aigri(e)s de toute nature de s’abstenir tout commentaire : je les en remercie par avance !
    Mais plutôt de contrecarrer la basse besogne de déstabilistaion de ce maudit « bastard » de Denis
    afin de le bouter des terres vertes et protégées …. de ce bel avenir politique …

  3. @Gildas

    Je te conseille la lecture de l’ouvrage de Cynthia Fleury : la fin du courage.

    Sinon, merci.

Laisser une Réponse

*