La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Presse et Internet : le site Paris Normandie bascule vers le payant !

Par      • 28 Avr, 2010 • Catégorie(s): Médias  Médias    

En préambule, je me permettrais tout d’abord de saluer le travail de référence et de qualité de l’équipe Web de Paris Normandie. Michel Lépinay, président des Quotidiens du Pôle Normand, organisait, jeudi 22 avril, un débat autour du modèle économique pour l’information sur Internet. Participaient à cette réunion, Laurent Joffrin, directeur de publication de Libération, Pierre Haski , directeur de Rue89 et Jean-François Eyraud, directeur du développement internet de la Provence. Je n’ai, pour ma part, pas pu assister à ce débat. Aujourd’hui, Paris Normandie bascule d’un modèle où l’information était totalement gratuite à un modèle où elle est payante pour l’essentiel et accessible aux abonnés de l’édition papier.

Ce qui a changé…

Ce qui, je crois, a profondément changé est qu’une part de plus en plus importante d’entreprises, d’associations, d’institutions et de particuliers poussent leurs informations sur Internet et articulent leur communication autour d’Internet soit au travers de leurs sites, de leurs blogs ou bien de leur présence dans les réseaux sociaux. Ce qui change aujourd’hui est que nous pouvons accéder à l’information en grande partie sans les médias ! Nous la hiérarchisons selon notre convenance sans en dépendre de lignes éditoriales. Autrement dit, journaux, radios et télévisions ont perdu leur singularité. Grâce aux fils Rss et autres alertes Google (même s’il y aurait beaucoup de choses à dire à ce sujet), nous pouvons récupérer les informations dans des conditions extrêmement similaires à celles de la plupart des médias français. Avec les outils de diffusion dont nous disposons sur Internet, chacun peut devenir, du coup, producteur d’informations !

Le 2e élément, je crois, est que nous pouvons, grâce aux moteurs, aux réseaux sociaux, aux outils de communication instantanée, vérifier en recoupant nos sources de la « qualité » de cette information. Hier soir, lors de la réunion de la Commission Particulière du Débat Public Penly « , la réunion fut retardée en partie du fait que, d’après Didier Houi, le Président de la commission, Paris Normandie avait commis une erreur dans la publication du lieu de la réunion. Or cette réunion avait été annoncée – sans erreur – sur Internet dans différents sites parmi lesquels Voie Militante ! Errare humanum est. ;+) Cela ne signifie pas que nous ne fassions pas d’erreur.

iPod, nouvel outil de production de contenus multimédias ?

iPod, nouvel outil de production de contenus multimédias ?

Le 3e élément est la plus grande accessibilité aux moyens de production multimédia. La démocratisation du multimédia en terme matériel et logiciel a amené, me semble-t-il, un glissement de plus en plus important de la production vers des contenus vidéo : plus simple à comprendre, plus rapide, plus synthétique que l’écrit. Dans les années à venir, nous pourrons sans doute, à la manière d’internautes se mettant en scène grâce à leurs Webcam, dire et montrer en temps réel le flux des images de notre vie à l’aide de nos téléphones mobiles, iPod, iPad, Netbook et autres objets à venir. Ils ont la propriété d’embarquer connexion Internet, clavier, appareil photo et caméscope numérique. Or ce sont sur ces « outils » que reposent aujourd’hui l’essentiel de la production de contenu multimédia !!!

Et la presse, et la PQR dans tout ça !

Cette révolution technique a amené les plus grands journaux français à se montrer sur Internet. Gratuits hier pour la plupart d’entre eux, ils basculent progressivement, à l’image de leurs grands confrères américains vers le payant ! Peuvent-ils d’ailleurs faire autrement ? Le paradoxe est que nous accédons toujours à l’essentiel de leur contenu grâce à leurs abonnés qui reproduisent les articles « payants » dans les réseaux sociaux et dans les blogs. Et, pour ceux d’entre vous qui ne peuvent pas se payer le luxe de s’abonner aux informations de l’AFP, vous pouvez aussi utiliser Google News, même si les informations y sont poussées avec retard.

Relativement épargnée par la crise qui secoue les quotidiens nationaux, la presse quotidienne régionale commence à subir une baisse de son audience ! De 2005 à 2009, Paris Normandie, selon l’OJD, a vu ses ventes baisser de 20%. Je ne crois pas, pour ma part, que de passer, sous forme d’accès payant, l’essentiel du contenu du site Internet de ce journal changera fondamentalement la donne et la tendance.

Les raisons pour lesquelles les citoyens se désintéressent des contenus produits par les journaux sont multiples. J’en évoquerais quelques unes. Dans l’édition hebdomadaire de l’Eveil Normand de ce mercredi 28 avril, la publicité et les annonces occupent près de 40% de l’espace du journal. C’est trop ! Beaucoup trop pour un journal dont l’édition hebdomadaire est vendue à 2.90 euros. Un autre élément qui préfigure le cyclone auquel la presse va être confrontée est que de nombreux jeunes s’informe aujourd’hui exclusivement au travers de Google News dont ils ne lisent, pour la plupart, que les titres. Génération Google ! L’idée de Laurent joffrin de taxer les moteurs et, en particulier Google, me semble une des clés pour assurer la pérennité du modèle économique de la presse française.  L’internaute peut encore sauver la presse bien malgré lui !!!

Crédit photos : Kiosko.net, Search engine News

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

5 Réponses »

  1. Pensez vous qu il y aurait de la place pour un hebdo ecolo tabloid 12 pages en France doublé d’un site internet ?

    la version internet se chargeant du factuel
    la version papier de la réflexion et l’investigation

    Puis avoir votre avis erudit

    merci

  2. Payer pour se salir les mains avec la prose inepte de paris normandie?
    Le site gratuit relevait du bug informatique: mise à jour en retard, pas d’infos locales, un agenda pauvrissime, un renouvellement que l’on croyait mensuel…
    Il va falloir payer pour avoir ça?

    Tout comme libé se tire une balle en basculant son site en payant (payer pour se tartiner le cake dans la barbiche de joffrin c’est du masochisme), PN se suicide sur le net en attendant sa mise à mort réelle (imaginez lacher un centime pour l’édito tout les jours un peu plus épique, idiot et à droite de Lepinay).
    Mettre la clef sous la porte pour attirer enfin un nouvel acquereur?

  3. Peut-être as-tu lu le billet d’acrimed : http://www.acrimed.org/article3360.html
    Le journalisme se cherche un bizness plan (buzzness peut-être aussi).
    Prêts à tout pour se refaire une ligne budgétaire pour l’été, les journaux ont décidé de suivre la politique Murdock et donc de faire payer les contenus. Après tout, soit, il achètent leurs flux auprès de l’AFP, reuters et compagnie, y apportent une valeur ajoutée en décryptant et en complémentant, et y apposent leur marque ; soit une attitude face à l’information. La même info est traitée sur RTL, france-inter, le monde ou le figaro, mais le froncement de sourcil ou le sourire complice variera selon la ligne éditoriale. Les débats sont les mêmes, les questions, formulées avec froncement de sourcil ou sourire complice, les même, plus ou moins apputées, on peut dire alors, vous avez vu comme j’ai tenu tête, j’ai reposé ma question 3 fois, et même si je l’ai fait, je n’ai évidemment pas ma réponse, ou bien balayées d’un sourire.
    Je ne parle pas ici de la télé ou les émissions sérieuses invitent les politiques pour discourir de leur programmes, les moins sérieuses les invitent pour parler du petit chien, et les émissions de débat, comme c dans l’air, invitent un spécialiste de la bourse pour expliquer pourquoi il faut mettre toutes ses économies dans le panier z, et reviennent 15 jours plus tard pour expliquer que les gens, qui ne font pas assez confiance aux spécialistes, se sont lourdement trompés en investissant dans le panier z. Quant aux JT, c’est un spectacle inutile pour celui qui veut s’informer. France 3 peut-être permet de connaître les tournées, initiatives locales, et les dates de théâtre et de concerts.
    Parlons presse, je n’insiste pas sur sa crise financière, ni ses financements publics, et internet.
    Face à ce géant de l’info qu’est internet, qui diffuse de l’info, toute l’info, de l’opinion, du futile, et aussi de l’info locale, voire très locale, qui poussent l’info que récupèrera la presse in fine, et de la daube aussi, la presse est démunie. Ses moyens rikikis sont devenus microscopiques.
    Heureusement, la solution est là : l’abonnement. Faut pas rêver, je suis abonné à des flux payants. Et je paye avec méticulosité mon abo à @si entre autres.
    Mais : peut-on demander aux internautes de s’abonner à toutes les sources ? de 30 € en 30 €, notre abo internet va nous coûter bigrement cher ! L’achat d’un article à 1 € fait mal si on surfe un peu trop, et surtout si l’article n’est pas à la hauteur (ce qu’on saura après achat), et on ne paut pas passer sa vie à rentrer ses coordonnées bancaires.
    Cependant, les medias auront tendance à penser qu’il faut le faire maintenant, car les gens seront vite lassés de s’abonner à des flux payants, et il vaut mieux être en l’occurrence dans les primo-accédants, tant qu’ils ont de la thune, c’est peut-être l’occasion de les fidéliser.
    Sauf que.
    On livre alors une info élitiste. Les pov’ blaireaux ont droit au JT, allez, à la radio aussi, et aux journaux périclitants. Les plus oeuvrés auront une info plus riche, plus affutée aussi. On dira achetez le paniez z aux blaireaux, et le panier xOr (perso je me méfierai quand même) aux mieux lotis.
    Mais la gageure d’internet, ce n’est pas une ligne éditoriale. Ainsi on peut consulter des articles traitant d’un sujet : tu aimes europe-écologie et les éoliennes, tu vas voir l’info traité selon différents attitudes (sourcil froncé, sourire complice,…). Et cette info est re-débattue sur la toile, entre les blogs, les forums, et les médias eux-mêmes qui reprennent l’info qui fait du buzz, en reparlent de l’info retravaillée. (et là tu paieras 2x, l’info, tu bosseras dessus, et on te fera payer la critique de ton boulot).

    Mais là n’est pas le risque encore.
    Puisque cette information est payante, tu ne pourra pas la reprendre afin de la rediffuser. A moins de payer.
    Aujourd’hui, internet a gagné la confiance des lecteurs. Mais il y a u peu d’éthique la dedans :on peut copier/coller, mais en citant la source, ce qui permet de qualifier la provenance de l’information. Et j’y apporte ma valeur ajoutée. Les médias peuvent reprendre cette VA pour le débat public (et la reprennent, le journaliste de terrain a un mac ou un windows 7).
    Mais lorsque cela sera devenu payant, les blogs devront passer sous les fourches caudines et soit payer, soit se taire. Ne risque-t-on pas de voir des blogs fermés pour cause de piratage d’information ? Au mieux c’est la déqualification de l’info, au pire, on mettra des avocats au cul des blogueurs.
    Pour quel résultat ? Que les média reprennt la main sur ce continent, cette terra incognita, comme des conquistadors, avec l’aval des pouvoirs que cette nucléarisation médiatique gêne ?
    Que le PN le fasse, il s’écroulera plus vite, car leur visibilité sera nulle. Et son intérêt aussi, car l’intérêt de passer dans le PN, c’est qu’il soit lu.
    Le risque existe d’une vraie mainmise par les trusts de l’info. Pas bon pour la démocratie.
    Les blogueurs ne peuvent que s’opposer, mais les petits média mettent leur tête sous le couperet en print pour qu’il ne tombe pas.

  4. @fanfan

    Je ne partage pas l’analyse. Je crois qu’il y a eu un essai « sincère » de construire un projet éditorial différent au niveau de l’édition Web de Paris Normandie. Pour l’édition papier, cela reste une tout autre affaire !

    @nono

    La pression sur les blogs, je connais. ;+) Deux mises en demeure en 6 mois. 2 attaques et une lettre anonyme assez « menaçante » de la part d’islamistes, reçue par courrier vendredi dernier. Ça pourrait être pire. Mais c’est déjà pas mal ! ;+) Comme quoi, s’exprimer en toute liberté pose encore des problèmes en France comme ailleurs ! Sur ton analyse, je ne suis pas en désaccord. @bientôt !