La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Plenel, Szafran, Joffrin ou la folle semaine de la presse.

Par      • 16 Mai, 2009 • Catégorie(s): Médias  Médias    

Vous l’aurez remarqué, le monde des médias bouge, change, évolue. A coup de réformes, de menaces, de procès, de rapprochements douteux, de connivences de circonstance, les médias audiovisuels et la presse écrite vivent une crise sans précédent.

Cette crise a connu cette semaine une triple illustration magistrale à travers trois illustres journalistes, qui à des degrés divers, ont incarné ces derniers jours, parfois malgré eux, cette drôle d’époque médiatique que nous sommes en train de vivre.

Edwy Plenel, d’abord. Le Président fondateur de Médiapart, a enfilé cette semaine son plus beau costume, celui du chevalier blanc qui se bat pour la liberté de la presse. Plenel a justement (re)pris sa liberté en allant sur le net, là où Médiapart est devenu en quelques mois un média puissant, un vecteur d’information incontournable, qui permet à son fondateur de se faire entendre. Ce pouvoir Plenel en use et en abuse, à juste titre, pour dénoncer pêle-mêle, la confiscation des pouvoirs, la collusion des réseaux d’influence, le fait du prince et bien d’autres dérives déclinées par Sarkozy et sa bande dans le grand cirque médiatique. Réforme de l’audiovisuel, promotion des copains aux postes stratégiques, volonté d’encadrer, de contôler les médias, Plenel, qui fait l’objet d’un procès en diffamation dans le cadre de l’affaire Pérol (tiens tiens), n’a de cesse de crier au loup Sarkozyste qui veut manger la presse. On pensait ces débats révolus, on pensait la presse libre et heureuse de l’être, force est de constater que, après bien des années de progrès dans ce domaine, notre époque fleure bon la France d’avant.

Maurice Szafran, ensuite. Le Patron de Marianne (dans lequel Plenel écrit régulièrement), qui a succédé à Jean-François Kahn (JFK), parti « faire » de la politique au MODEM et qui repointe la plume de temps en temps, histoire de rappeler à ses lecteurs qu’il reste encore influent dans l’hebdo qu’il a fondé. Szafran donc, qui depuis des semaines essaye de se justifier sur la soi-disant proximité de son magazine avec un ancien candidat à la Présidentielle, fondateur du parti susnommé (tiens tiens). Marianne aime dégommer autant à l’UMP qu’au PS et tresse des lauriers au parti Orange. Que Marianne soutienne Bayrou est un fait, Szafran devrait l’assumer plutôt que d’essayer de dire maladroitement le contraire. Dans l’exercice Szafran a d’ailleurs touché le fond cette semaine, à travers un édito dans lequel il répond (tente de répondre) à un ancien abonné, qui ne lira plus Marianne à cause de leur parti pris. Cet édito devrait être étudié dans toutes les écoles de journalisme, comme un contre-exemple de ce que doit être la parole journalistique. Assumez Monsieur Szafran, assumez, votre Marianne n’en sera que plus belle.

Laurent Joffrin enfin. Voilà quelques jours, quelques mois même, que Libé, sous la plume de son directeur Joffrin notamment, est en train de tuer ce qu’il reste de la presse dite de gauche en France. Fut un temps où Libé savait soutenir la gauche en général et le PS en particulier quand il le fallait. Bien-sûr, on ne demande pas à Libé de faire du gauchisme béat, il y a L’Huma pour ça, mais de là à assassiner le PS à longueur de pages, bah y’a Marianne pour ça. Un édito appelant à se rapprocher du MODEM, plus un article au vitriol sur la campagne, nullissime selon le quotidien, européenne du PS, ça fait beaucoup… le Figaro n’aurait pas fait mieux.

Trois hommes, trois destins, trois exemples de la difficulté d’écrire, de dire les choses, d’informer tout simplement. Trois exemples surtout de la difficulté d’être libre et honnête en ces temps troublés…

Crédit photos : MS Pixel ; Fotosearch.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Une Réponse »

  1. Pour moi, Plenel reste à gauche, une gauche sans complaisance vis à vis des pouvoirs de gauche et de droite.

    Restent le Monde Diplomatique et le Canard Enchaîné. Et puis… Internet :

    * Rue89 et Pierre Haskiri
    * Bakchich
    * Rezo.net
    * Betapolitique, même si j’y trouve de plus en plus de redondance avec Rezo.net