La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le combat du Monde Diplomatique !

Par      • 3 Oct, 2009 • Catégorie(s): Médias  Médias    

Le niveau des ventes du Monde Diplomatique est revenu à celui de l’année 1995. Comme le fait remarquer Serge Halimi, directeur du Monde Diplomatique, dans son édito d’octobre, la presse sera-t-elle la prochaine sidérurgie ou automobile de demain ?

Les raisons de la crise de la presse

Serge Halimi évoque les problèmes de qualité de contenu, la peopolisation, la dépendance rédactionnelle vis à vis des annonceurs. La presse française est financée aujourd’hui par la publicité à hauteur de 43.8%. Comme les recettes publicitaires s’effondrent, de nombreux quotidiens sont aujourd’hui menacés. C’est ainsi que le journal Le Monde vient de voir ses ressources publicitaires passer de plus de 60% il y a trente ans à 25% aujourd’hui !!!

Pour autant, l’offre de contenus médiatiques progresse de 30% par an. Le nombre de chaînes de télévision a triplé en 10 ans; les magazines ont quadruplé en 25 ans. Producteurs, les médias sont devenus diffuseurs de contenus du capitalisme symbolique. On vous montre les parvenus, les « stars », les people de la politique en maillot de bain qui, à l’image d’Eric Zemour, de Mickaël Jackson ou Ségolène Royal, devraient nous permettre de comprendre que tout cela n’est que construction artificielle. Internet ne fait que de contribuer à accélérer, du fait de son instantanéité, cette évolution qui ne date pas d’aujourd’hui !

Des raisons plus structurelles

Comme le relève Serge Halimi dans son article, avec le triplement en 10 ans des chaînes de télévision, le plus grand gagnant de la régression de la presse écrite, c’est le support audiovisuel. Par facilité, par paresse, nous délaissons l’écrit au profit des supports multimédias. Cette évolution est très largement confirmée aujourd’hui par le succès de YouTube et DailyMotion sur Internet, là où un journal ne peut nous offrir que lettres et images statiques, même sur Internet. Quant au succès de la PQR, il tient davantage de la construction d’un effet miroir dont l’aspect déformant n’aura échappé à personne.

L’émergence des micro-ordinateurs, l’évolution des capacités de stockage, Internet et les moteurs de recherche ont objectivé notre mémoire. « Nous perdons la tête« , comme a su si bien le démontrer Michel Serres. Nous retrouvons l’information par référence sans toujours pouvoir accéder à la source. Le commentaire, le résumé réalisés sur Internet nous suffisent dans la plupart des cas d’utilisation. La multiplication des références nous permet de garantir l’authenticité de la source.

Une raison plus spécifique au Monde Diplomatique

Beaucoup des lecteurs du Monde Diplomatique ont choisi ce média pour d’autres raisons, je crois, que le traitement de sujets internationaux. Nous choisissons le Diplo, avant tout, pour son engagement militant, pour sa vision, pour son regard sur les questions économiques et sociales. Je crois, pour ma part, que la coquille du Monde Diplomatique ne correspond plus tout à fait à son contenu.

Cela ne nous empêche pas de continuer à le lire et à vous demander de l’acheter pour soutenir la qualité de son contenu et l’indépendance de sa rédaction.

Annexe : la conférence de Michel Serres en décembre 2007 à l’occasion des 40 ans de l’Inria

Crédit photos : tlaxcala, Le Monde diplomatique

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Laisser une Réponse

*