La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Des médias en cendres !

Par      • 18 Avr, 2010 • Catégorie(s): Médias  Médias    

Depuis le mercredi 14 avril à 1 h 00 du matin, date à laquelle le volcan islandais Eyjafjöll a repris du service, les médias audiovisuels français – radios, télévisions confondues – traitent ce sujet d’une bien curieuse façon. Pour parler de l’immiscion soudaine des cendres volcaniques dans nos vies, ils interviewent les pauvres clampins coincés dans les aéroports français !

Putain… 1 an ?

Ce qu’oublie de dire les médias français est que la dernière éruption de ce volcan a duré près d’un an, du 19 décembre 1821 au 1er janvier 1823. Alors j’imagine nos vies, nos économies sans transport aérien pendant une durée de près d’un an : plus de roses d’Afrique à la fête des mères, plus de haricots frais du Kenya à Noël, etc. Je m’éloigne. Or, les volcanologues redoutent la reprise d’un autre volcan, le Katla, dont l’activité est étroitement corrélée à celle de l’Eyjafjöll et dont les effets seraient bien plus redoutables que les quelque petits nuages bloquant actuellement le trafic aérien nord-européen. A vol d’oiseau, l’Islande est à un peu plus de 2200 km de la France (de Paris à Reykjavik).

D’où viennent ces poussières ?

L’éruption fissurale qui s’est produite mercredi, après celle du 20 mars, provoque la fonte de la calotte glaciaire (l’Eyjafjallajökull). Elle a amené les autorités de Reykjavik à ordonner l’évacuation de 800 personnes. L’émission de poussières est due à la fonte des glaces. Le magma, au contact de l’eau, explose et se fragmente en cendres volcaniques, d’un micron à un millimètre. Ces particules s’élèvent alors à une altitude comprise entre 8 000 à 10 000 mètres, à l’intérieur de la zone empruntée par le transport aérien, aux limites de la troposphère et de la stratosphère. L’émission de particules cessera jusqu’à ce que la calotte glaciaire qui recouvre le volcan sera totalement fondue. Mais que se passera-t-il si le Katla se réveille ?

Cas de force majeure

Vendredi matin, sur l’antenne d’Europe 1, Dominique Bussereau a indiqué aux tour-opérateurs que l’immobilisation et le rapatriement de nos compatriotes bloqués à l’étranger n’étaient pas l’affaire du gouvernement français. Dans l’après-midi, Jean-Louis Borloo, le monsieur « vaseline » du gouvernement, sous la pression des professionnels quelque peu agacés par la déclaration du secrétaire d’état aux transports, annonçait que le gouvernement était prêt à mettre à leur disposition les aéroports militaires afin d’accélérer le rapatriement dès que le transport aérien sera à nouveau ouvert. Reste l’épineuse question de la prise en charge des frais supplémentaires supportés par les personnes bloquées dans le monde entier. Les tour-opérateurs européens ont prévenu : cas de force majeure !

Billet démonstratif !

Vous l’aurez compris : ce billet se veut avant tout démonstratif. Je l’ai écrit ce matin en compilant mes « sources » d’information issues de sites et de portail Internet qui me semblent d’une toute autre qualité que les médias de radiodiffusion français.

Annexes

Crédit photos : Onet.pl, Maxisciences

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Une Réponse »

  1. Combien faudra t’-il d’éruptions volcaniques pour que l’on admette l’absolue absurdité de la machine à fabriquer du PIB ?
    J’attends avec une impatience non dissimilée le commentaire du premier voyageur qui de déclarera « pris en otage » par la nuée cendrée…
    Attention, un rideau de fumée peut en cacher un autre…;-)

Laisser une Réponse

*