La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’opinion de Jean Glavany

Par      • 15 Août, 2007 • Catégorie(s): Politique  Politique    

Jean Glavany.A l’heure où les militants du PS doivent faire travailler leurs petites cellules grises pour savoir s’il faut nous rassembler derrière un Homme ou derrière des idées, Jean Glavany nous livre son avis.

Aujourd’hui, dans France-Soir, il a déclaré : « Au PS, nous sommes un parti de militants avant tout, rassemblés autour de valeurs et de convictions« .

Il a affirmé : « Aujourd’hui, il faut un travail collectif, une solidarité. Mais je ne veux pas que le PS se transforme en UMP de gauche« .

Ajoutant : « L’UMP a une tradition bonapartiste. C’est un parti qui s’aligne derrière son chef. Au PS, nous sommes un parti de militants avant tout, rassemblés autour de valeurs et de convictions. Veillons à le rester« .

Enfin il a conclu : « On s’est trop focalisé ces dernières années sur les ambitions individuelles« , estimant que : « Nous avons besoin de remettre en cause nos idées, mais aussi nos comportements, nos rapports à la démocratie et au pouvoir« .

Je suis plutôt d’accord avec lui !
Voici l’adresse de son blog, qui n’est pas mal… http://www.jglavany.skyrock.com/

Voie Militante Voie Militante

4 Réponses »

  1. Glavany… c’est mon idole… des jeunes. ;+)

  2. Plus sérieusement… à 200% d’accord !!!

  3. Oui, le PS est un Parti de militants, mais organisé en armée mexicaine. C’est-à-dire que, contrairement à l’UMP qui n’a qu’un chef dont on peut effectivement discuter les méthodes, le PS en compte plusieurs dizaines. D’ailleurs, c’était visible depuis des années jusqu’à la chute finale du 6 mai 2007…
    Sur les ambitions individuelles, Glavany a raison. Mitterrand, entre autres, en a été l’exemple le plus frappant.
    José Alcala

  4. Hélas, je ne connais pas l’UMP et je dois avouer que je n’ai ni l’intention de m’y infiltrer, ni l’intention d’y adhérer. J’ai déjà eu tant de mal à entrer au PS. ;+)

    Pour autant, j’avais été très surpris, malgré les caricatures qui l’entourent, que le nouveau Président de la République, un ancien de l’UMP, avait su donner de l’air autour du projet. L’UMP me semble extrêmement plurielle, ayant cette capacité de balayer tous les courants de la droite : orléaniste (libérale), bonapartiste (gaulliste, souverainiste) et nationaliste.

    La différence me semble plus dans la réalité de cette diversité, dans son expression et son acceptation. La présence d’un chef permet sans doute de les « aplanir ». A moins que nous nous trompions profondément… Sarkozy, de tous points de vue, n’a pas vraiment la stature d’un « chef ». Mais ceux qui le voient y croient sans doute. C’est là l’essentiel.