La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Mariage pour tous : limiter le champ de la PMA… pour tous !

Par      • 10 Nov, 2012 • Catégorie(s): Libertés  Libertés    

Dans la République, la loi des hommes est au dessus de celles des Dieux. La sexualité ne doit plus être un caractère social discriminant et, concernant le mariage, le principe d’égalité doit désormais s’appliquer à tous.

Depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État de 1905, les sacrements du mariage religieux s’expriment dans un champ strictement privé. En République, il n’est pas du rôle de l’État à chercher à imposer aux autorités religieuses de sacrer des personnes du même sexe. De la même façon, les autorités religieuses protestantes, orthodoxes, catholiques, juives, musulmanes outrepasseraient très largement leurs prérogatives si elles cherchaient à faire obstacle au projet de loi concernant le mariage civil pour tous. Qu’elles s’occupent d’abord de leur ministère respectif !

De la PMA (Procréation Médicalement Assistée) à la GPA (Gestation pour Autrui)

C’est au nom du principe d’égalité devant la loi que le projet du gouvernement va élargir le droit à l’adoption aux couples de même sexe. En quoi le droit à l’enfant irait à l’encontre des droits de l’enfant dès lors que ses deux parents seraient du même sexe ?

De la PMA à la GPA ?Concernant la PMA, nous sommes, là, en face d’un problème d’une toute autre nature. Deux hommes mariés pourraient envisager une PMA en recourant à un don d’ovocyte, comme le feraient un homme et une femme mariés lorsque la femme est reconnue stérile. Deux femmes mariées pourraient recourir aux dons de gamètes, à la manière d’un couple où l’homme serait stérile. Nous pourrions nous trouver dans le cas de deux conjoints stériles, de même sexe, ne disposant d’aucun « matériau » génétique qui leur soit propre. Dans ce cas, quelle serait au juste la différence entre un enfant « bidouillé » par le corps médical et un enfant adopté en termes de parenté ? Nous sommes allés trop loin en matière de procréation médicalement assistée. Son champ d’application doit se limiter aux techniques d’insémination et de fécondation in vitro, quand le couple dispose de ses propres gamètes et ovocytes ! Si nous ne revenions pas en arrière sur la PMA, alors nous ouvririons une porte qui n’est pas prête de se refermer. Cela suppose que nous rendions les procédures d’adoption beaucoup plus souples.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

Laisser une Réponse

*