La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’ennemi de la République, c’est l’Islamisme !

Par      • 31 Jan, 2015 • Catégorie(s): Libertés  Libertés    

Je ne pense pas que c’est en lançant une campagne #Stopdjihadisme dans les réseaux sociaux que nous parviendrons à endiguer les attentats perpétrés au nom de l’Islam dans notre pays. Selon notre ministre des affaires étrangères, les assassinats de la rédaction de Charlie Hebdo ne relèveraient que de simples actes terroristes. Toute proportion gardée, c’est un peu comme dire que les génocides seraient, en fait, de simples délits de droit commun !

Un projet politique

Les attentats du 7 et du 11 janvier, comme ceux du 11 septembre, de Merah ou de Mennouche, s’inscrivent dans un projet de transformation politique de l’ensemble de la société. La Charia qui s’applique aujourd’hui dans de nombreux pays musulmans relève de cette idéologie qui fait de l’Islam l’unique source du droit.

Négation de la République

Le fait qu’une religion en vienne à dicter nos comportements dans l’espace public est en contradiction totale avec nos valeurs, celles de la République. En ouvrant les piscines uniquement aux femmes « musulmanes », en demandant aux Maires de ne pas appliquer la loi sur le voile, en acceptant le diktat de ces barbus refusant que leur(s) femme(s) se fasse(nt) soigner par un homme, en autorisant la prière dans nos rues, nous avons failli collectivement. Nous avons été lâches.

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , ,

4 Réponses »

  1. Merci Denis pour ce courageux billet auquel je souscris totalement. L’Islam fanatisé et instrumentalisé n’a plus rien à voir avec la religion d’Allah mais a tout à voir avec les hordes barbares qui voulaient imposer leur puissance et leurs thèses folles à l’Europe entière dans les années 30 et 40 au 20ème siècle. Nos pères et nos mères ont payé pour voir ce que cela donne en grandeur nature. Il est de notre devoir de ne pas permettre que ces temps de haine de torture et de mort ne reviennent. Cela dit ne soyons pas naïfs la victoire de la République ne se gagnera vraiment que dans la mesure où très clairement nous refuserons les unions nationales de façade. Cette montée des extrémismes a des causes qui débordent largement la seule volonté de minorités islamistes manipulées. Tant que l’ordre Atlantico-financier continuera en sous-main à pactiser avec des régimes tels que l’Arabie Saoudite et le Qatar il est fort peu probable que nous puissions arriver au bout de cette période noire. Aurons-nous en Europe, nous qui avons vécus les affres de la barbarie nazie, la force de nous unir véritablement et de nous dresser pour dire non et changer les lignes d’équilibre du monde tel qu’il est voulu par l’Amérique du Nord? Là est au fond la question principale et primordiale.
    Merci encore Denis.

  2. A chaque époque, ses fanatiques. Les islamistes d’aujourd’hui n’ont rien à envier à la Sainte Inquisition qui tortura, écartela, brûla, aussi bien les Cathares que les Espagnols réticents ou les Amérindiens sceptiques, à la Ligue qui fêta une intéressante Saint Barthélémy, aux Dragonnades, aux Colonnes Infernales de Carrier, aux Jacobistes, aux sbires du général Custer, et j’en passe beaucoup. On notera toujours une prééminence de fait de la politique sur la religion, même si les deux allaient de pair comme aujourd’hui.

    Et qui dit politique sous-entend économie. Ce n’est pas pour des histoires religieuses que Philippe Le Bel massacra les Templiers qu’il put trouver, mais pour ramasser leur magot – qu’il ne trouva pas. Tout avait été réinvesti pour le bien des simples Français de l’époque.

    Petit a-parte : je ris de voir ici une photo de Rocard. En 1978, il me semble, il avait forcé la main des militants socialistes de l’époque afin d’imposer sa co-listière au cours des Primaires où il se présentait (en Seine et Oise), et il avait battu de justesse l’autre liste, où ma copine Chantal se présentait en tant que chevénementiste. Selon ce qu’elle raconte dans son autobiographie, un peu ulcéré de ce score peu glorieux, il aurait articulé en l’apostrophant  » – Tu es charmante, mais nous avons des sensibilités différentes. »
    http://www.lulu.com/shop/chantal-dupille/arlequine-ma-cour-des-miracles/paperback/product-21841786.html

  3. Plusieurs choses me choquent dans cette chronique qui oppose un peu tardivement et facilement islamisme et République.
    Ne faisant pas partie de ceux qui ont « faillit collectivement », je fais observer que c’est justement au nom de la République que les pouvoirs ont importé 1. des populations musulmanes plutôt apaisées religueusement 2. une version déviante de leur islam puis organisé une ré-islamisation radicale dans nos banlieues sur fond de dévalorisation de la culture nationale et d’injonction au refus de l’assimilation. Ceux qui l’ont dénoncé l’ont appris à leur dépend devant les tribunaux de cette même République.
    On ne peut donc pas dire que l’islam, fût-il soudain grimé sous les traits de l’islamisme, soit une menance pour une République qui se voit elle-même comme un « hotel » ouvert à l’Autre.
    Si projet politique menaçant il y a, il bien avant tout un projet suicidaire intra-républicain. Plaider coupable ne suffit pas : il ne s’agit pas d’une erreur !

    Autre chose : non, la Charia n’est pas une idéologie distincte de l’islam, mais en fait complètement partie. Son exegèse, sa traduction politique, juridique et économique elle, varie selon les traditions islamiques. Laissons aux musulmans le soin de la repenser chez eux et imposons nous chez nous nos propres valeurs, du moins si on en a encore (ce dont je doute). Or on ne le fait pas chez nous et on les empêche de le faire chez eux. :là encore, il ne s’agit pas d’une erreur !

    @ B.Frau sur les « barbares »
    Comment peut-on parler de « hordes babares » pour qualifier une des premières puissances industrielles, scientifiques et financières, à savoir l’Allemagne des années 30 et 40 devenue Nazi. Si les Nazi avaient été des barbares, la Shoah serait un vulgaire crime de guerre… Soignons cohérent !
    On peut désigner un régime comme criminel, mais le mot barbares n’a rien de clarifiant : on est toujours le barbare d’un autre, du moins si on a fait son deuil de l’ère colonniale et de son petit confort intellectuel. Comparez le nombre actuel de victimes orientales de l' »occident » et celui des victimes occidentales de l’orient… qui est le plus barbare ?
    De même, les islamistes ne sont pas des « hordes de barbares », continuer à le penser ou le dire va nous coûter très cher, et finira inéluctablement à faire assimiler le musulman en général comme tel.

  4. @Babelouest

    Comme le Christianisme guerrier, l’Islamisme s’accommode aussi de l’ordre du monde. Il en est même un des bras armés !

    @Pascal

    L’Islamisme, de mon point de vue, s’inscrit dans la lignée des idéologies qui ont ensanglanté le XXe siècle. D’ailleurs, il y est né. Je suis d’accord avec toi sur la singularité de la Shoah.

    Il y a en France, paraît-il, près d’un million de musulmans qui s’inscrivent dans la pratique salafiste ou wahhabite. C’est un million de trop !

    @Bernard

    D’accord avec la réserve qu’a apportée Pascal.

Laisser une Réponse

*