La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Harvey Milk, Nadine Morano et Christine Boutin.

Par      • 5 Mar, 2009 • Catégorie(s): Libertés  Libertés    

Alors que sort cette semaine sur nos écrans le dernier opus de l’excellent GUS VAN SANT, Harvey Milk, qui retrace le combat du premier homme politique américain ouvertement gay, le gouvernement français se paye le luxe d’un débat qui rend un étrange écho à la trame sociale du film de Van Sant.

Le réalisateur d’ELEPHANT nous plonge 30 ans en arrière, au cœur de cette Amérique qui n’en finit plus d’achever sa mue sociale. Ici, il s’agit de l’homosexualité, du droit des homos de disposer d’eux mêmes, comme les autres. D’avoir la même carrière professionnelle que leur collègue hétéro, d’avoir les mêmes droits sociaux, la même reconnaissance. Harvey Milk est ce Martin Luther KING des gays, celui qui va incarner cette lutte pour plus de droits, plus de justice, plus d’égalité. Comme le pasteur KING, il en mourra. Assassiner parce qu’il portait un idéal, assassiner parce qu’il était GAY.

30 ans plus tard donc, alors que ce film nous rappelle magistralement que les droits fondamentaux qui régissent notre société se sont bien souvent arrachés au prix de nombreuses vies, Nadine Morano et Christine Boutin nous rejouent un débat qui est loin d’être tranché. Toujours les mêmes questions, toujours les mêmes enjeux. Parce qu’on est homo, parce que l’on préfère aimer un homme plutôt qu’une femme et inversement, la société devrait les marginaliser ? Parce qu’on est homo, on est forcément différent et donc traiter différemment ? Ce débat sent la poudre.

Et c’est Nadine Morano qui a allumé la mèche en abordant la question de la réforme de l’autorité parentale, texte qui s’étend aux situations d’homoparentalité. Il ne s’agit ni de légaliser le mariage gay, ni de permettre aux couples de même sexe d’adopter un enfant, on ne parle absolument pas d’aller plus loin que le PACS. Non, c’est un texte somme toute sans ambition ni envergure. Mais Morano a parlé des droits des familles homoparentales. Il n’en fallait pas moins pour faire sortir de sa boite la mère la rigueur, Christine Boutin et ses grenouilles de bénitiers qui lui servent de « conseillers ». Le sujet est sensible, pour ne pas dire tabou.

Aujourd’hui encore, à l’instar d’une Christine Boutin, une bonne partie de la France ne comprend pas que l’on puisse être homo. La norme c’est un homme et une femme, point barre. Le reste c’est l’anormalité, c’est l’ante-christ, c’est le pêché. En France aujourd’hui, PD est toujours une insulte, les homos se cachent toujours pour s’aimer. J’ai moi même des amis homos, des hommes qui aiment des hommes, des femmes qui aiment des femmes, qui construisent une vie, qui bien souvent élèvent des enfants, ont une vie sociale normale, paient des impôt, votent, le tout dans la crainte permanente du regard de l’autre. Certains de ces amis sont élus, ils ont des responsabilités importantes à la tête de grandes collectivités de cette Région et pourtant, ils cachent leur homosexualité, de peur de reproches, de représailles, de menaces.

Ces reproches, ces représailles, ces menaces qu’Harvey Milk a bien connu il y a trente ans, c’était à San Francisco. Depuis, désolé Monsieur Milk, mais pas grand chose n’a changé en France, si ce n’est peut être qu’aujourd’hui on n’assassine plus les homos.

Crédit photos : http://image.ifrance.com, http://fr.wikipedia.org/, Metro France, Sam Spade

Voie Militante Voie Militante

Tags :

5 Réponses »

  1. voilà ce que déclare Xavier Bertrand aujourd’hui:

    http://www.liberation.fr/societe/0101514033-bertrand-l-enjeu-n-est-pas-la-question-de-l-adoption-par-des-couples-homosexuels

    Je veux dire à Monsieur Bertrand que ses convictions l’éloignent de ce qu’est la France, de sa réalité quotidienne. D’autres Pays en Europe ont compris la nécessité de rendre le mariage et l’adoption possible pour tous, c’est une question d’égalité, de justice sociale, de solidarité. Mais les convictions de Xavier Bertrand sont à l’opposée de ces valeurs, et c’est lui qui le dit.

  2. Gus van Sant que j’ai dévouvert avec Elephant signe ici un magnifique récit de l’histoire d’un homme politique qui avait le courage de ses idées le courage de porter haut et fort un combat pour l’égalité, personnage émouvant dans les mains d’un brillant metteur en scène ce film ne peut être manqué, allez le voir d’urgence !

    Seule petite légère contradiction avec Jérôme que je remercie pour ce billet vraiment très bien sur un sujet qu’on aborde trop peu surtout en province, si tu dis Jérôme qu’il n’y a plus d’assassinat homophobe, je pense qu’on doit préciser qu’il existe toujours de nombreuses violences faites par homophobie, de nombreux gays sont toujours victimes de coups et blessures ou d’agressions verbales, il y a eu ces dernières années des cas graves d’homo qu’on a essayé de bruler vif , ou cet homme dans les landes qui a été tué en 2006 par un voisin qui avait reconnu avoir fait cela par homophobie.

    lorsque j’animais le MJS , j’avais été bien seul à défendre un élu vert Noêl Mammère qui avait eu ce courage politique de célébrer un mariage gay.

    Un jour peut être l’égalité sera la norme ?
    Vivement la fin de l’influence des religions dans le comportement des populations.

  3. Tu as raison Mickaël, les crimes homophobes sont toujours hélas bien présents.
    Je crois en revanche qu’il n’y a malheureusement pas que l’influence des religions mais aussi la connerie humaine, la peur de la différence, l’homosexualité refoulée, le désir de rentrer dans le moule…
    Quand j’ai eu 30 ans, célibataire, sans enfant, beaucoup de personnes ont cru que j’étais lesbienne !
    Ah… la norme…

  4. Oui Mickael tu as raison, les homos sont toujours la cible de violences immondes (j’ai écrit peut être)… Dernière en date l’agression de Xavier Bertrand : http://www.liberation.fr/societe/0101514033-bertrand-l-enjeu-n-est-pas-la-question-de-l-adoption-par-des-couples-homosexuels

    Je dis à Monsieur Bertrand qu’il est en total décalage avec ce qu’est la France. Ses réactions sont d’un autre âge… Monsieur Bertrand s’est trompé de siècle. L’UMP devrai lui payer un stage dans les pays où les homos ont juste les mêmes droits que les autres… tout le monde se marie avec qui il veut, compose sa famille comme il l’entend. C ‘est juste une question d’égalité.

  5. le parti  » conservateur » dans la ligne des partis conservateurs espagnol ou canadien s agissant du mariage Gay. En France c est un arc en ciel de toutes les formesd homophobie (enragés, ex-délinquant présumé et quelques autres), fondamentalistes de « stérilisez les », traditionnalistes frileux de la République (l « Entente parlementaire »ressuscitée, les »modérés »…Homophobie, le racisme qui n ose pas dire son nom……

Laisser une Réponse

*