La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Calais : l’énergie du désespoir…

Par      • 5 Avr, 2009 • Catégorie(s): Libertés  Libertés    

Calais… Quand j’évoque cette ville, rares sont ceux qui me parlent des célèbres Bourgeois sculptés par RODIN, mais nombreux sont ceux qui me parlent des clandestins !

En effet, la fermeture du camp de Sangatte il y a six ans n’a en rien éliminé le problème, au contraire, elle l’a dilué et l’a rendu par là-même ingérable.

Des réfugiés de plus en plus nombreux

La situation devient ainsi de plus en plus dangereuse. Un Erythréen est mort il y a deux ans et un Afghan est mort au début de cette année, tous les deux victimes apparemment de rivalités entre bandes de passeurs.

Rien n’a changé, les récits sont toujours aussi durs à entendre, des mois de voyage dans des conditions inhumaines pour tenter de gagner la terre promise : la Grande Bretagne. Les associations, qui n’en peuvent plus, voient bien que les choses empirent, mais personne ne semble les écouter.

Il y a cinq cents à sept cents clandestins dans la région de Calais, parfois de très jeunes adolescents.

Et si les services publics cherchent avant tout à ne pas créer de lieu de fixation, il ne proposent rien de concret sur le terrain !

Une situation sanitaire préoccupante

Même le Secours Catholique a un peu baissé les bras en renonçant à offrir un service de douche, dépassé par le nombre des réfugiés, mais il ne faut pas non plus oublier que les demandes de permis de construire qu’il dépose pour avoir enfin des sanitaires sont régulièrement refusées…

Le froid et le manque d’hygiène lié au manque de moyen, créent des épidémies de gale, de gastro-entérite et de grippe, il est également difficile de soigner les blessures de ceux qui tombent des camions.

Laisser faire ou être hors la loi ?

Heureusement, des associations luttent sur place, avec parfois l’appui, trop rare, de quelques élus.

Mais attention, quiconque aide un clandestin risque cinq ans de prison et trente mille euros d’amende. Pour mémoire, la non assistance à personne en danger est également passible d’une peine d’emprisonnement de cinq ans et de soixante-quinze mille euros d’amende… !

Mais qui veut d’eux ?

Parmi ces réfugiés, il y a des diplômés, qui risquent leur vie pour traverser la Manche vers un paradis bien hypothétique, alors qu’ils pourraient avoir leur place en France, mais qui veut d’eux ici ?

Il ne faut pas se leurrer, rien n’est réellement fait pour stopper l’afflux des migrants… Dans une Europe vieillissante et en manque de main d’oeuvre, gérer le flux dans le sens d’une immigration du travail semble bien plus intéressante ! Business is business !

La loi de la jungle !

Ne rien faire c’est laisser les clandestins entre les mains de filières de plus en plus « professionnalisées » et donc de plus en plus déterminées et redoutables.

Les voitures des forces de l’ordre quadrillent la « jungle », c’est à dire les terrains boisés où se réfugient toutes les nuits les candidats au passage outre-Manche, mais ce surnom est révélateur, ces bois deviennent des zones de non-droit terriblement dangereuses, et détourner les yeux ne réglera pas le problème !

Les politiques doivent agir !!!

Si beaucoup de politiques évoquent ce sujet, ils ne font que l’effleurer et bien souvent sur le terrain personne ne les voit.

Hélène FLAUTRE, parlementaire européenne depuis 1999, sur la liste des Verts conduite par Daniel Cohn-Bendit, agit, depuis des années.

Elle a été membre des Commissions parlementaires Affaires étrangères, et Emploi et Affaires sociales, ainsi que de la délégation de l’Union Européenne pour les relations avec le Maghreb. Elle a plus particulièrement travaillé sur les dossiers des services publics européens, des restructurations des grands groupes internationaux, des droits sociaux des salariés européens, mais aussi, et surtout, du droit d’asile en Europe avec la question de la mise à l’écart des étrangers au sein de l’Union Européenne, et enfin des Droits de l’Homme dans les pays du Maghreb.

Elle a acquis durant son premier mandat une grande expérience sur la situation au Maghreb, et sur celle de l’immigration avec notamment la mobilisation autour du centre de Sangatte. Car c’est son implication et son soutien aux associations qui a permis l’ouverture de ce centre en 1999 qui, pendant trois années, a accueilli plus de soixante mille personnes. Elle a bien-sûr participé à la mobilisation contre la fermeture de ce centre en 2002.

Elle continue aujourd’hui d’apporter son soutien aux réfugiés et aux associations qui leur viennent en aide. Quand on la laisse faire… car régulièrement des préfets lui interdisent de visiter des centres de rétention… !

En 2004, elle conduit la liste des Verts aux élections européennes dans la circonscription Nord-Ouest et elle est ainsi réélue au Parlement EuropéenLe 28 juillet 2004, avec le soutien de l’ensemble de ses membres, elle est élue Président de la sous-commission des droits de l’Homme. Elle siège également, en tant que suppléante, à la Commission des affaires étrangères, ainsi qu’à celle des transports et du tourisme durant la première partie de son mandat.

Début 2007, elle est reconduite à la tête de la sous-commission des droits de l’Homme. Elle est également membre de la Commission des affaires étrangères, en tant que titulaire, et de celle de l’Industrie et de l’Energie, en tant que suppléante, pour la seconde partie de son mandat. Elle est toujours membre de la délégation Maghreb et membre de la délégation du Parlement Européen à l’Assemblée parlementaire Euromed.

A noter qu’elle a été l’une des seules personnalités politiques à se trouver à Gaza en plein conflit pour témoigner de la réalité de la situation !

Le septième art impliqué

Ce douloureux sujet des clandestins et des réfugiés a été brillamment traité dans le film Welcome de Philippe LIORET, bouleversant et réaliste, ainsi que dans le dernier film de Costa GAVRAS, Eden à L’Ouest, de manière plus allégorique, rappelant parfois L’Odyssée d’HOMERE.

N’hésitez-pas à aller voir ces films, vous conjuguerez ainsi un grand moment de cinéma avec un acte citoyen, car après, vous saurez !

Crédit photo : Eco-Sapiens ; Wikipédia ; Contre-Faits ; Nord-Eclair ; L’Express.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

7 Réponses »

  1. En supprimant Sangatte, on devait tout résoudre. Horreur, la crise est là. Le Parti National en anglais reprend désormais les slogans du Front National : l’Angleterre aux Anglais. Du coup, les clandestins qui étaient encouragés à faire le mur… de la Manche, sont désormais indésirables au Royaume Uni.

    Je suis allé récemment à Calais. J’ai vu ces clandestins errer dans Calais. Je me mets aussi à la place des Calaisiens. Cette situation doit être terrible à vivre. Sur ce sujet (l’immigration), nous devons avoir des principes et il est très opportun, comme tu l’as fait, de rappeler l’engagement d’Hélène Flautre.

  2. Que disait Amnesty en 2001 ?
    « Les étrangers hébergés à Sangatte ont besoin d’aide et la décision de ne pas fermer le Centre est assurément une bonne décision tant qu’une meilleure solution n’est pas trouvée »
    Qu’avons nous fait en 2002 : Fermer le centre.
    C’est une authentique honte et un scandale sans nom
    Petit jeu concours : Quel ministre avait mis en place cette fermeture ?
    Ce ministre avait d’ailleurs dit à l’époque : « J’ai bon espoir que les premiers retours volontaires interviennent dans les semaines qui viennent». Effet d’annonce, démagogie, vision à court terme, ca vous rappelle qqun ?

    Effectivement, l’ancien sangatte était une honte, mais ne rien faire et laisser des hommes dehors sans ressource, alimentation, hygiène est un authentique scandale !!!!

  3. Petite phrase du ministre Besson ce matin sur france Inter :
    <>
    Voila un digne successeur de Brice !!!

  4. La phrase était :
    les délinquants euh pardon, les émigrés clandestins qui peuvent d’ailleurs devenir des délinquants

    Il a dit aussi que les étrangers autour de sangate étaient anglophone, et voulait passer en Angleterre, donc ce n’est pas le problème du gouvernement français. C’est d’une logique implacable !!!! Je caricature un peu, mais on est très pret de cela durant son interview.

  5. Quand une loi n’est pas digne, il devient urgent de désobéir.

    Résistance !

    http://gauchedecombat.wordpress.com/2009/05/03/etat-dalerte-sonnez-le-tocsin/

  6. […] Calais, l’énergie du désespoir var addthis_pub = ‘bloginfo’; var addthis_language = ‘fr’;var addthis_options = ’email, favorites, digg, delicious, myspace, google, facebook, reddit, live, more’; Tags : 7 juin 2009, Elections Européennes, Européennes 2009, Europe Ecologie, Haute-Normandie, Haute-Normandie, Le Havre, Meeting […]

  7. […] Calais, l’énergie du désespoir […]