La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Bertrand Gobin assigné au pénal par Edouard Leclerc !

Par      • 22 Jan, 2011 • Catégorie(s): Libertés  Libertés    

De l’histoire de la Ve République, Le Président Sarkozy est celui qui aura le plus décoré. Jacques Servier a été élevé, par décret en date du  31 décembre 2008, à la dignité de Grand-Croix de la légion d’honneur. Il a été distingué pour tous les éminents services rendus à la France. Le médiator est suspecté d’avoir causé, en France, la mort de 500 à 2000 personnes ! Frank Namani, le couturier de Sarkozy, le 31 décembre 2009, fait également partie des heureux destinataires de la décoration suprême.

Le cas d’Edouard Leclerc est encore plus paradoxal. Alors le préfet du Finistère,  Pascal Mailhos, avait informé l’Élysée des faits de collaboration – de notoriété publique – reprochés à Edouard Leclerc, Nicolas Sarkozy, sous la pression amicale et insistante de Michel-Edouard, aura tout de même décoré Edouard et sa femme Hélène de la légion d’honneur le 14 décembre 2009 !

Or, les faits à l’endroit d’Edouard Leclerc sont accablants. Bertrand Gobin, sur son blog, nous rappelle les éléments de preuve du  passé obscur du fondateur des magasins Leclerc durant la 2e guerre mondiale sous l’occupation allemande.

Une déposition du nazi Herbert Schaad, adjoint du chef du Kommando de Landerneau (numéro de versement 1045W7)

Entre le 15 avril et la fin juin 1944, le procès-verbal mentionne explicitement le nom d’Edouard Leclerc parmi les 19 membres français chargés de faire la chasse aux résistants à Landerneau.

Arrestation des Gars d’Arvor

« Un soir, le jeune Edouard Leclerc, qui m’avait auparavant fourni des renseignements, est venu me trouver à la Kommandantur pour me signaler une liste de personnes de Landerneau qui s’absentaient fréquemment la nuit et qui devaient faire partie de la Résistance. Sur cette liste figurait le nom de Paugam père. Leclerc nous accompagna pour nous indiquer les domiciles des personnes qu’il avait désignées. Cinq ou six arrestations furent opérées, dont celle de Henri Lagadec qui nous avait été signalé par Corre. »

Affaire Liserin

« Ce n’est pas Mme Liserin mais Edouard Leclerc qui nous a signalé que Lucien Liard était communiste et faisait partie de l’association « Les Faucons Rouges ». A cette occasion, Edouard Leclerc nous signala également que M Hourdet, Directeur Général de l’Office Central avait touché du blé en supplément et nous a laissé entendre que cela lui permettait de ravitailler le maquis. »

Arrestation de Le Page

« Edouard Leclerc est venu à plusieurs reprises à la Kommandantur. Il m’a dit qu’il était un fervent partisan de la collaboration et que c’était pour cela qu’il me faisait des offres de service.

Quelques temps plus tard, me disant qu’il était repéré et que c’était trop dangereux de venir à la Kommandantur, il me fixa des rendez vous dans le cimetière. Mais je n’attachais pas une grande importance à ce qu’il me disait.

Il m’annonça un jour que le gardien du cimetière Le Page lui aurait offert un pistolet. Les frères Le Page furent arrêtés puis relâchés sur l’intervention du père de Edouard Leclerc.

Il me signala également un dépôt d’armes dans le cimetière, mais nous n’avons rien trouvé. Il dénonça Le Lann qui avait rejoint le maquis.

Enfin, il me remit une liste sur laquelle figuraient des noms dont celui du père Pengam, des deux frères Corre. Edouard Leclerc nous accompagna pour effectuer ces arrestations, mais je ne crois pas qu’il ait revêtu l’uniforme allemand pour cette occasion. »

Pétition de soutien

893 personnes ont d’ores et déjà signé la pétition de soutien au journaliste Bertrand Gobin.

Crédit photos : Laboratoire Servier, Mosaïque

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Les Commentaires sont clos.