La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les femmes et l'environnement en France

Par      • 8 Mar, 2011 • Catégorie(s): Politique  Politique    

8 mars 2011

Centième anniversaire de la Journée internationale de lutte des femmes,

La journée de la femme a été proposée et impulsée par Clara ZETKIN (1857 – 1933), enseignante, journaliste, femme politique allemande, qui a oeuvré en faveur d’un projet révolutionnaire: le droit de vote des femmes http://8mars-online.fr/clara-zetkin

Cent ans plus tard, saisissons-nous de ce droit à chaque séquence électorale et exprimons sans ambiguïté nos convictions, notamment en matière d’environnement, pour inciter nos élus

de plus en plus fortement à les mettre en pratique.

Les femmes et l’environnement en France

  • Les femmes plus sensibles aux valeurs environnementales

Les études montrent que les valeurs environnementales sont plus présents chez les femmes. Mais dès lors que la problématique relève du domaine technique, les hommes expriment toujours plus fréquemment un niveau de connaissance supérieur à celui des femmes. Ainsi :

L’enquête nationale sur les énergies renouvelables réalisée en mai 2004 a montré que les femmes s’exprimaient moins que les hommes sur le sujet et étaient également plus nombreuses à répondre « ne sait pas » lorsqu’elles étaient invitées à donner leur avis.

Sur les éoliennes par exemple :

  • 22 % des femmes ont déclaré ne pas savoir si elles étaient bruyantes (contre 13 % des hommes)
  • 10 % ont déclaré ne pas savoir si elles n’étaient pas dangereuses (contre 4 % des hommes)
  • 27 % ont déclaré ne pas savoir si elles étaient coûteuses à installer par rapport à leur rendement (contre 15 % des hommes).

L’enquête a également révélé une différence de sensibilité :

  • les hommes étant plus sensibles que les femmes à l’indépendance énergétique de la France (27 % contre 13 %)
  • les femmes étant plus sensibles que les hommes à l’absence de risque pour la santé (74 %, contre 59 %)

L’enquête sur les biocarburants réalisée en 2004 sur le stand de l’ADEME lors de la fête de la science a montré que, pour évoquer les biocarburants :

  • les femmes utilisaient volontiers les mots comme « bio », «écologiques» « non polluants », « moins polluants » ou «renouvelables », renvoyant ainsi à la sphère du naturel et du renouvellement ;
  • les hommes évoquaient l’alternative aux énergies fossiles et l’indépendance énergétique, se positionnant donc dans un registre technique.

L’enquête nationale sur les déchets réalisée en septembre 2004 a montré que les hommes étaient plus nombreux que les femmes (57 % contre 44 %) à affirmer savoir ce qu’il advient des déchets non recyclés.

  • Les femmes plus disposées à modifier leurs comportements

Les femmes animées de valeurs environnementales sont plus nombreuses que les hommes à penser que les modifications des comportements peuvent contribuer à résoudre les problèmes environnementaux.

Les hommes, qui disposent en moyenne d’un capital scolaire plus important que les femmes, dans des disciplines plus scientifiques, et qui sont majoritaires dans les catégories socioprofessionnelles les plus élevées, ont, eux, tendance à penser que le progrès technique viendra à bout des problèmes? qu’il a lui-même créés !

  • Mais les femmes minoritaires chez les élus

Malgré les progrès accomplis en matière de parité, le monde des parlementaires reste un monde d’hommes. Les valeurs environnementales, portées plus largement par les femmes, sont donc peu représentées au Parlement.

Ainsi :

  • pour 34 % des citoyens, « les désordres du climat sont causés par l’effet de serre ». Seuls 21 % des parlementaires sont de cet avis. Mais les parlementaires femmes sont bien plus proches des perceptions de leurs électeurs que leurs homologues masculins: elles sont 38% à penser que les désordres du climat sont causés par l’effet de serre, contre 18% des parlementaires hommes.
  • pour 12 % de la population française, « le progrès technique permettra de trouver des solutions pour empêcher l’augmentation de l’effet de serre ». Les parlementaires femmes sont 24 % à penser de même, contre 43 % des parlementaires hommes.
  • 41 % de la population est favorable au renouvellement du parc de centrales nucléaires. Un avis partagé par 48 % des parlementaires femmes, contre 81 % de leurs homologues masculins.

ADEME <http://www.difpolmine.org/servlet/KBaseShow?sort=-1&cid=96&m=3&catid=13611>

Voie Militante Voie Militante

Une Réponse »

  1. Devinette :

    Quel est le féminin du mot « CANDIDAT » ?

    Réponse :

    Ce n’est pas « CANDIDATE » , ou très rarement. Le plus souvent, c’est « SUPPLEANTE » !….