La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Les brigades des serfs volants

Par      • 22 Fév, 2011 • Catégorie(s): Politique  Politique    

Quelque peu las de tous ces contradicteurs des partis politiques – EELV et désormais l’extrême-droite – qui dégaînent à chaque fois que leur Eglise est mentionnée sur Voie Militante, je me pose la question de savoir à quoi peut bien servir la riposte.

La surveillance

Google propose un système d’alertes – il en existe d’autres – qui pousse les liens des pages dans lesquelles figure le mot-clé ou l’expression surveillé(e), par mail ou par flux rss .

Pour surveiller tout ce qui se dit via Google Alertes sur Voie Militante, voici les deux fils Rss que nous utilisons :

La riposte

L’UMP vient de créer un site dont le nom provoquera, je l’espère, un léger sourire aux plus coincés d’entre vous : l’Observatoire des Mensonges de la Gauche. Le nom de domaine a été déposé le 24 août 2010.

Le Parti Socialiste propose la boîte à outils du militant socialiste. Seul problème : le site n’a pas été actualisé depuis le 3 novembre 2009.

Mis en place dès le 4 septembre 2009, le site Désirs d’avenir propose de rétablir la vérité.

Chez Europe Ecologie, le groupe de veille des Sentinelles s’est éteint depuis le 25 septembre 2010. Culturellement, les Verts ont toujours privilégié l’utilisation de listes de diffusion.

Leurre ou placebo ?

Au vu du temps passé à cette activité de surveillance, la question se pose de savoir s’il ne s’agit pas là d’un leurre ou d’un placebo. Là où l’énergie militante devrait avant tout se concentrer sur les idées, les projets, les programmes et les propositions, les responsables des organisations politiques préfèrent distraire la piétaille autour des blogs et des transformateurs électriques. Des jeux et du pain ?

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Une Réponse »

  1. Le militantisme disparait de plus en plus à cause d’internet. Mais y a des irréductibles qui font du porte à porte et qui sont sur le terrain chaque jour, des candidats de droite comme de gauche, et ils sont considérés comme des fous par certains adhérents des gros partis institutionnels.