La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La Parti Socialiste, champ de préoccupation du Président de la République !

Par      • 30 Août, 2007 • Catégorie(s):  

Continuant ses basses oeuvres, confondant la Présidence de la République et les écuries d’Augias de la vie politique française, Sarkoléon continue de penser à 2012. Son statut revendiqué de chef de la majorité et son omniprésence médiatique sont en train d’auto-dissoudre les talents à droite, cherchant à mettre sur la sellette des jeunes qui ne pourront pas lui faire beaucoup d’ombre quand la bise sera venue ! A peine, Dominique de Villepin vient-il d’esquisser quelques pas de danse de Saint Guy, croyant ressuscité les oripeaux d’une Chiraquie moribonde !

A la manière d’un orpailleur, il extrait de la battée « socialiste » les pépites qui continuent de briller dans la tête des Français : Kouchner, Attali, DSK, Rocard. Pour nous, depuis longtemps, ces gens nous ont quittés. Alors à qui le tour ? Le bougre ne laisse rien au hasard au point où on en finirait par croire qu’il cherche à ce que Fabius et Royal continuent de s’affronter au Ps pour mieux l’autodissoudre politiquement. Même si nos divergences portent plus sur la forme et la méthode, elles ne sont peut-être pas aussi profondes que nous pourrions être amenés à le croire et le dire ! Ceux qui prendraient la responsabilité de l’éclatement du Parti Socialiste seraient les derniers ralliés du Sarkozysme. Le dénigrement systématique des Mélenchon, Lienneman ne fond que caisse de résonance à la méthode Sarkozy. Ils ne sont pas idiots au point de ne pas savoir ce qu’ils font !

Autres éclairages : Au revoir Royal

Voie Militante Voie Militante

5 Réponses »

  1. très bon post qui renvoie parfaitement bien dos à dos Sarko et les dénigreurs internes du PS !!!
    (et merci pour le lien vers le bistrot :-)))

  2. Influence sarkozyste ou pas, le PS y gagnerai a éclater en deux un bon coup !
    1) Lachez Fabius et ses acolytes au mega-parti antilibéral qu’est en train de monter Besancenot, ça leur apportera un poids intéressant.
    2) Grapillez le centre en assumant que le libéralisme n’est pas (systématiquement) synonyme de gens cupides et de sans coeur.

    Par ailleurs, excusez moi mais 18 n’est-il pas la moitié de 36 ?
    Je veux dire…l’appel d’air au centre est égal à la moitié de la totalité des voix de gauche !
    Le PS aurait bien besoin d’une UMP de droite, mais avec des gens raisonnables. Chassez les extrémistes, nous vivons dans un monde réel !

  3. Nul n’est propriétaire de ses voix. Lorsque Bayrou disait qu’il ne voterait pas pour Sarkozy, a-t-il donné des consignes de vote à ses électeurs ?

    Ses électeurs ont voté à 80% pour la gauche aux législatives faisant croire que Fabius avait réussi sur son coup relatif à la TVA sociale. Les bidouilles électorales et accords ne sont d’aucun effet sur le choix des électeurs. Nous n’avons pas à y perdre notre âme.

    Vous croyez que j’aborde le libéralisme totalisant d’un point de vue moral. Or, pour moi, il s’agit aujourd’hui d’un contre-sens absolu pour l’économie et l’humanité elle-même. Le « moralisme » est inefficace sur le plan politique, je vous le concède. C’est la maladie infantile des socialistes. Mes raisons sont viscéralement différentes des « marxistes » : elles sont humanistes.

    Quant à la place du marché, j’en ai parlé à de nombreuses reprises dans ce blog :

    Redéfinir le périmètre de l’Etat
    Energie : l’horreur politique et économique
    Postulats subliminaux de la social-démocratie
    Accepter l’économie de marché ?
    La deuxième gauche, c’est la droite !
    Casser le secteur public

    Pour autant, l’économie de marché est là. Pour la plupart, nous sommes dedans. Mais je crois que la gauche a comme projet de chercher à développer les activités non marchandes. Non marchand ne veut pas qu’il n’y ait pas de création de richesses : les familles, les associations et le secteur public concourent activement à la richesse d’un pays ! La question que pose le marché, c’est la destruction progressive du monde non-marchand !

  4. Et pendant que l’on parle de ses basses manoeuvres pour nous humilier encore plus, il continue sa politique insensée !
    Il est temps pour nous d’être positifs et de proposer des solutions, de chercher des idées !!!
    J’espère de tout coeur que l’université d’été de la Rochelle va pouvoir nous mettre sur la voie, même si j’ai des doutes.
    Il y a Ségolène Royal et Bertrand Delanoé, les deux « ténors » qui selon moi tiennent encore la route !
    Bon séjour Denis (je suppose que vous y êtes) tenez-nous vite au courant. Merci.

  5. Je n’y suis pas ! J’ai l’un de mes meilleurs amis qui fêtent ses 50 ans. Faut savoir choisir dans la vie ! ;+)