La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Sarkozy complice de Tony Meilhon.

Par      • 7 Fév, 2011 • Catégorie(s): Justice  Justice    

Un peu de décence, Mr Sarkozy !Fin de semaine dernière, le Président de la République a, une fois de plus dégainé contre les magistrats. Une fois de plus, il prend les hommes en noir, pour cible. Une fois de plus, il instrumentalise un fait divers, horrible, sordide, inexcusable. Une fois de plus, il cherche et trouve des responsables, des bouc-émissaires, il fait incarner la faute, pour mieux la sanctionner. Quitte à s’affranchir de toutes les règles, de tous les codes. Quitte à se mettre à dos toute une profession… ce qui ne manque pas d’arriver depuis quelques jours et ce qui ne va pas manquer de s’amplifier dans les jours à venir.

Tony Meilhon a commis, ou s’est trouvé mêlé (la justice, si elle peut juger sereinement cette affaire, nous le dira) à un crime sans nom et Sarkozy en est le complice, la main invisible.

Qui d’autres que ceux, qui depuis 10 ans, défont un à un les maillons de la chaine pénale, sont responsables de la récidive en France? Qui d’autres que ceux qui ont fait fondre les effectifs de Police, conduit la réforme de la carte judiciaire et laisser pourrir les prisons françaises, sont responsables de la situation sécuritaire déplorable de ce pays.

Des policiers et des gendarmes qui bricolent des enquêtes, avec des moyens d’un autre âge. Moins d’officiers de probation, d’éducateurs, de psychologues, pour suivre les délinquants. Une prison inhumaine, qui ne remplit même pas son rôle premier de punition et, qui plus est, aggrave et accélère de processus de criminalité. Voilà la réalité de notre chaine pénale, sacrifiée sur l’autel des sacrosaintes économies, crucifiée au nom d’un dogme aveugle qui casse, broie et anéanti les services publics.

Mais on ne fait pas, on ne doit pas faire d’économie avec la justice. On ne transige pas avec la sécurité des français. Quelle République pourrait-elle se regarder en face, avec un tel fardeau sur les bras?

Le meurtre de Lætitia pouvait-il être évité? Peut-être, peut-être pas. Mais rien autorise le chef de l’État, garant de la justice, à mettre en cause magistrats ou policiers, dès que cela lui permet de fuir ses propres responsabilités. Car c’est bien de cela dont il s’agit.  Sarkozy incarne l’échec face à l’insécurité, il incarne la récidive pénale et l’incapacité de l’État à affronter les vrais problèmes de criminalité qui rongent notre Pays. Sarkozy a tué le service public de la justice en France, en cela il est récidiviste, en cela il est coupable, en cela il devra être jugé. Par nous, nous citoyens, nous  électeurs, ses juges suprêmes.

Les magistrats, les policiers ont raison de crier leur colère.  Eux que nous n’entendions jamais, et qui se réveillent peut être un peu tard diront certains. Quoi qu’il en soit, il faut mettre fin aujourd’hui au pari stupide de Sarkozy. Ce pari qui consiste à jouer la carte du populisme à outrance, quitte à en faire des tonnes dans le pathos, contre l’institution républicaine qui le dérange. C’est vrai pour la magistrature aujourd’hui, en attendant l’école demain et après demain… est un autre jour.

Deux éclairages intéressants, différents et complémentaires sur le sujet :

Voie Militante Voie Militante

5 Réponses »

  1. Le texte serait complet si on précisait en plus que les lois votées sur un coup de colère de notre président avec le costume trop grand n’ont jamais vu leur décret d’application.

    Pour deux raisons, les magistrats ne sont surement coupables de rien :
    Ils n’ont pas les moyens de faire appliquer une loi qui dans les faits n’existent pas.

    Le pouvoir en place est doublement coupable.
    Comme d’hab, on fait un petit coup de populisme et de démagogie en espérant que ca passe encore et encore…

    D’ici qqes mois, on va nous ressortir les problèmes de sécurité et d’immigration. Les ficelles sont un peu grosses mais elles fonctionnent depuis si longtemps qu’on ne peut pas leur en vouloir de toujours les activer.
    Quand on n’a pas le talent pour être à un poste, il faut bien trouver d’autres solutions.

    Dans le même ordre d’idée, on fait des économies sur l’éducation et la santé. On connait malheureusement la fin de l’histoire…

  2. La RGPP est en train de produire des effets désastreux. Sarkozy est un pompier pyromane. Fillon a raison de parler d’irresponsable.

  3. Oui Azerty a raison, c’est la politique du pire. A chaque drame, à chaque émotion, une loi, inappliquée parce que inapplicable. Depuis combien de temps Sarkozy n’a-t-il pas mis les pieds dans un greffe de tribunal? Depuis combien n’a-t-il pas été voir sur le terrain à quoi ressemble le travail des juges? C’est juste impossible de rendre la justice en France de manière sereine, efficace et raisonné.

    Jean-Louis NADAL, le Procureur général de la cour de Cassation lui même, a fustigé ceux qui critiquent les décisions de justice. En faisant allusion à l’attitude de l’exécutif, le premier magistrat de France a dénoncé le “mépris pour la justice” de ceux qui “dénigrent” les décisions des magistrats.

    Ce n’est pas qu’une révolte des petits juges, des petits pois, c’est bien une crise institutionnelle grave et sans précédent que nous vivons.

  4. Bonjour!
    Nicolas Sarkozy ferait bien de se méfier, la fronde des juges mais également celle des policiers doivent être appréciées, au delà du drame horrible soulevé par la mort de Laetitia, dans le cadre du climat social explosif né de la crise du monde développé dont le traitement n’en finit pas de peser lourd très lourd sur « les masses » en général silencieuses.
    Nous ne sommes pas, en France, à l’abri d’un grand mouvement de contestation violente qui ne cherche en ce moment que l’étincelle pour embraser le corps social dans son ensemble.
    Ce mouvement, qui est plus qu’un mouvement d’humeur, est d’autant plus dangereux qu’il est profond et qu’il fermente depuis quelques années.
    Le flot des augmentations – contraventions, ticket de train, péage des autoroutes, produits de première consommation au super marché – non compensé par des augmentations de revenus pour le français moyens alors que les gains financiers de traders et des banques sont repartis à la hausse est assez mal reçu.
    Les explosions de révoltes, dont chacun peut apprécier la vigueur lors des journaux télévisés, venant se croiser avec l’arrogance présidentielle et l’impuissance de l’opposition à être crédible constituent un cocktail dont il conviendrait de sortir rapidement.
    Désolé pour le caractère très pessimiste de cette analyse à chaud, probablement réductrice de la situation générale du pays qui mérite peut être quelque développements complémentaires mais au final je suis persuadé que nous vivons des temps de forte houle.

  5. @Bernard

    Je partage totalement ton sentiment.