La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Michel Dubec, psychiatre

Par      • 24 Mai, 2008 • Catégorie(s): Justice  Justice    

Au hasard de mes recherches dans mon agrégateur Rss, je suis tombé sur cette horreur.

Michel Dubec, expert psychiatre auprès de différents tribunaux, vient d’écrire un ouvrage : « Le plaisir de tuer« . Parlant du tueur en série, Guy Georges, voici un extrait de ses propos :

« Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui, jusqu’au viol compris. Pour parler sans détour, dans la sexualité masculine, il existe un intérêt à obtenir la défaveur de sa partenaire, pas seulement ses faveurs ; à faire crier la femme, peu importe la nature de ses cris. (…) Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas. (…) Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré (…) Il ne s’inhibait pas au dernier moment, il était capable de leur faire l’amour quasi normalement. Il y avait éjaculation à l’intérieur du vagin. Guy Georges donne le sentiment que l’acte sexuel était consommé avec complétude. Jusque-là, on peut le comprendre, et même, il nous fait presque rêver (…) »

Oui, les mots sont importants ! Parfois, ils sont abjectes.

Source : Collectif Les mot sont importants / Autre éclairage : les violences faites aux femmes

Voie Militante Voie Militante

14 Réponses »

  1. En France une femme sur 10 est victime de viol, tentative de viol ou agression sexuelle au cours de sa vie.
    Pire, en moyenne dans le monde, une femme sur 5 sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie selon l’OMS.
    Avec ce genre de propos, rien d’étonnant !

    Au delà du sujet, cela pose aussi le problème de la fiabilité des experts auprès des tribunaux, rappelons nous les propos de l’un des experts de l’affaire d’Outreau qui a dit être payé comme une femme de ménage donc avoir fait une expertise de femme de ménage.
    A noter qu’il était de Rouen, connu dans le milieu pour son laxisme et que fort heureusement il a été rayé de la liste des experts !

  2. Ce qui est loin d’être le cas du Docteur Michel Dubec qui est un médecin psychiatre expert reconnu nationalement ; il vient de déposer un rapport sur le cas « Fourniret » lors d’une dernière audience de la Cour d’assises de Charleville-Mézières.
    Il est nommé expert à chaque grand dossier criminel.

  3. Oui, hélas, dubec est très souvent commis. En plus^de faire l’apologie du viol, il est raciste (mais sexisme et racisme vont souvent ensemble car ce sont tous deux des essentialismes). Il vient d’être condamné pour injures publiques raciste. Voici ce que j’ai lu sur France soir du Lundi 19 mai 2008 (couverture + page 11) :
    Procès Fourniret – Condamné pour injures raciales, le psychiatre témoigne
    Isabelle Horlans et Sandrine Briclot, le lundi 19 mai 2008 à 04:00
    Le Dr Dubec traverse une zone de turbulences. Condamné pour avoir injurié « l’abject juif » Maurice Joffo, il est l’objet d’une pétition pour « légitimation du viol ».
    Sale temps pour le très réputé Michel Dubec, psychiatre et psychanalyste, expert national auprès des tribunaux, qui à ce titre dépose aujourd’hui devant la cour d’assises des Ardennes. Gageons que, des entretiens avec Fourniret et Olivier, il fera un livre dans le droit fil de son document paru au Seuil en 2007. Le Plaisir de tuer, rédigé avec Chantal de Rudder, a fait l’objet d’une condamnation par la 17e chambre correctionnelle de Paris. Recueil d’expertises, l’ouvrage rapporte notamment l’entretien mené dans un parloir en 1985 avec le prisonnier Maurice Joffo. Extraits : « Le juge et moi ne parlerons jamais de ce que nous inspire le receleur juif […] Caricature de juif, un rêve d’antisémite. Joffo, c’est le juif Süss (NDLR : personnage de propagande nazie, dont les Allemands firent un film). » Décrit comme « âpre au gain, sans scrupule, abject », il est comparé à Harpagon. « Jean-Louis Debré supporte mal l’image immonde du juif que Joffo renvoie », lit-on page 56 – il est peu probable que le président du Conseil constitutionnel, qui instruisit l’affaire Joffo, apprécie la pensée qu’on lui prête.
    « Guy Georges nous fait presque rêver »
    Le tribunal a condamné M. Dubec pour « injures et injures à caractère racial » à payer 3.000 euros au plaignant. Il a ordonné la suppression de trois passages incriminés, dont : « Il attentait à notre honneur de juif français, comme si son existence pouvait, a posteriori, légitimer le camp des antidreyfusards ». « Nous avons décidé de ne pas interjeter appel, indique son avocat, surpris que Michel Dubec soit en outre la cible d’une pétition. Nous n’en avons pas entendu parler. » Il suffit pourtant de surfer sur Internet pour en constater la réalité : elle a recueilli 1.350 signatures de médecins, écrivains, professeurs. Les pétitionnaires s’insurgent cette fois contre l’analyse des faits imputés au violeur et tueur en série Guy Georges. Pages 211, 212, 213, l’auteur écrit : « Le tueur de l’Est parisien a peut-être deviné le trouble que j’ai ressenti en regardant les photos de ses victimes […] Une communauté de désir nous rapprochait, Guy Georges et moi […] Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas […] Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré […] Jusque-là, on peut le comprendre et, même, il nous fait presque rêver. »
    ——————————————————————————–

    Joffo : « Il m’a sali ! »

    « Injurié » par l’expert psychiatre dans son ouvrage, Maurice Joffo a obtenu gain de cause. Rencontre.

    L’œil pâle et vif, la stature haute et le cheveu argenté, « Monsieur Joffo », comme l’appellent respectueusement ses employés, ne décolère pas. A 79 ans, il a connu « la période hideuse » : les menaces de la guerre, la déportation de son père, sa mère, libérée à temps du camp de Drancy et les pérégrinations à haut risque sur la ligne de démarcation avec son jeune frère Joseph. Celles qui leur ont inspiré l’écriture d’un roman fameux, Un sac de billes, dont le réalisateur Jacques Doillon a tiré un film éponyme en 1975.
    « Recel-fiction »
    Descendant d’une lignée de coiffeurs, Maurice Joffo n’a pas failli à son destin et dirige toujours l’enseigne familiale. Nous l’avons rencontré dans l’un de ses salons, rue Saint-Lazare, à deux pas de la gare parisienne. Bien calé dans l’un des fauteuils de coiffeur rouge pompier qui font l’élégance désuète des lieux, « Monsieur Joffo » s’insurge contre « ce type-là », « ce psychiatre qui s’est permis de (le) mélanger à des assassins et des violeurs », Michel Dubec. « Dans son livre, il me salit », s’exclame-t-il. Et de se souvenir « vaguement » de sa rencontre avec l’expert. A l’époque, en 1985, le coiffeur renommé était incarcéré, sous le coup d’une inculpation pour « recel de vol aggravé ».
    « Choses infectes »
    Un dossier bâti, selon lui, « sur des intrigues de recel-fiction », instruit par le juge Jean-Louis Debré, avant qu’il n’embrasse une carrière politique. Désigné par le magistrat, Michel Dubec se rend alors à la prison de la Santé pour expertiser le receleur présumé qui sera par la suite condamné à cinq ans ferme. « Il m’a demandé si j’étais juif. Bien sûr, j’ai répondu, même si, au fond, je suis un peu agnostique. Il m’a parlé de ma mère qui, comme sa grand-mère, s’appelait Hannah », se rappelle Maurice Joffo. Aujourd’hui, il ne comprend toujours pas pourquoi le psychiatre « mélange son propre passé » au sien. Ni, surtout, pourquoi il a choisi de publier « ces choses infectes » sur lui-même. Et si Maurice Joffo se félicite d’avoir emporté sa bataille judiciaire contre l’expert auprès des tribunaux, il n’entend pas en rester là : « Je vais saisir le Conseil de l’ordre des médecins car celui-là n’a pas à salir quelqu’un qui travaille, qui dirige honnêtement des salons de coiffure et a une activité commerciale. »

  4. nouveau blog à visiter d’urgence

    Une féministe vient de créer son blog que je trouve de très bon niveau. Elle a été choquée par les propos de dubec et reprend notamment de façon la plus complète possible les infos s’y rapportant. Lucidité, humour, qualité des images : ce blog est à visiter d’urgence. Voici le lien :
    http://lepsyquijustifieleviol.over-blog.com

  5. Ami/es, sympathisant/es féministes,
    Ne ratez pas la comparution du Dr Michel Dubec
    devant la Chambre Disciplinaire du Conseil de l’Ordre des Médecins,
    mardi 22 septembre 2009
    à 14 heures 15
    au 9 rue Borromée, Paris 15éme (Métro Volontaires).
    Venez, par votre présence, manifester votre soutien aux plaignant/es offensé/es par les déclarations injurieuses de ce psychiatre expert auprès des Tribunaux, tristement célèbre pour « Le Plaisir de Tuer » (complaisant récit autobiographique où il exhibe entre autres l’admiration teintée d’envie que lui inspire le tortionnaire-violeur en série « Guy Georges ».)
    Le Dr Michel Dubec devra notamment y répondre de l’accusation de diffamation et d’insultes racistes envers Maurice Joffo (auteur de « Pour Quelques Billes de Plus »).

  6. Il a été puni! à trois mois d’interdiction d’exercer.
    Mais, étant donné qu’il a plusieurs casseroles accrochées au derrière l’histoire n’es pas finie.

  7. Remerciements a ceux qui m’ont aidée dans la pénible épreuve que me fait subir volontairement le dr et expert psychiatre : michel dubec qui me fait chèrement payer ma démarche citoyenne.

    Chanson Pour L’Auvergnat de Georges Brassens

    Elle est à toi cette chanson
    Toi l’Auvergnat qui sans façon
    M’as donné quatre bouts de bois
    Quand dans ma vie il faisait froid
    Toi qui m’as donné du feu quand
    Les croquantes et les croquants
    Tous les gens bien intentionnés
    M’avaient fermé la porte au nez
    Ce n’était rien qu’un feu de bois
    Mais il m’avait chauffé le corps
    Et dans mon âme il brûle encore
    A la manière’ d’un feu de joie

    [Refrain] :
    Toi l’Auvergnat quand tu mourras
    Quand le croquemort t’emportera
    Qu’il te conduise à travers ciel
    Au père éternel

    Elle est à toi cette chanson
    Toi l’hôtesse qui sans façon
    M’as donné quatre bouts de pain
    Quand dans ma vie il faisait faim
    Toi qui m’ouvris ta huche quand
    Les croquantes et les croquants
    Tous les gens bien intentionnés
    S’amusaient à me voir jeûner
    Ce n’était rien qu’un peu de pain
    Mais il m’avait chauffé le corps
    Et dans mon âme il brûle encore
    A la manière’ d’un grand festin

    [Refrain]

    Elle est à toi cette chanson
    Toi l’étranger qui sans façon
    D’un air malheureux m’as souri
    Lorsque les gendarmes m’ont pris
    Toi qui n’as pas applaudi quand
    Les croquantes et les croquants
    Tous les gens bien intentionnés
    Riaient de me voir emmener
    Ce n’était rien qu’un peu de miel
    Mais il m’avait chauffé le corps
    Et dans mon âme il brûle encore
    A la manière’ d’un grand soleil

    [Refrain]

  8. DORDOGNE. Il est très curieux que parmi un des experts désignés dans l’affaire de leurs confrères – le psychiatre Daniel Cosculluela qui aurait violé plusieurs de ses patientes – on ait choisi le Dr dubec qui justement fait également l’objet d’une pétition le qualifiant de <> et a été condamné par délibéré du 15 février 2008 de la 17e chambre correctionnelle du TGI de Paris pour injures publiques à caractère racial dans son livre :
    C’est dans ce même livre au style débrayé et sans aucune charpente théorique sérieuse que l’expert national michel dubec tient en effet l tient des propos indignes qui ont déclenché cette pétition. Parlant de Guy Georges : « Guy Georges, c’est différent. On peut être avec lui, jusqu’au viol compris. (…)Si un homme est trop respectueux d’une femme, il ne bande pas. (…) Oui, c’était possible de s’identifier à ce violeur qui baise des filles superbes contre leur gré (…). Guy Georges donne le sentiment que l’acte sexuel était consommé avec complétude. Jusque-là, on peut le comprendre et, même, il nous fait presque rêver. » (p. 213)c « Le Dr Michel Dubec considère en effet le viol comme un acte sexuel quasi normal s’il est consommé avec complétude (sic). (page 213).
    Le 4 décembre 2009, disciplinaire du Conseil départemental de l’Ordre des médecins ne s’est pas trompé, lui : suite à la comparution à l’audience du 22 septembre 2009 du docteur michel dubec, visé par des dizaines de plaintes à son encontre, l’expert psychiatre a été condamné à 3 mois d’interdiction d’exercer la médecine. Enfin, et pour d’obscures raisons de supposé harcèlement, le DR dubec a envoyé en prison mois durant une de ses anciennes patientes et ne cesse depuis de porter plainte à son encontre. Contre-transfert, vous avez dit contre-transfert ?Pour faire bonne figure, notre pervers – oh pardon : expert – national a accablé son confrère. ( CF : site 20minutes).

  9. Mon message est sans doute un peu tardif, mais je n »ai rencontré mon confrère Michel Dubec que récemment.
    J’ai cherché à comprendre , en lisant à travers les lignes, ce qu’à réellement voulu exprimer cet auteur dans son livre, choquant à première vue. Il ne peut être bien interprété que si on a une culture en psychanalyse suffisante. Ses propos, ainsi éclairés, « traduits » en quelque sorte, s’expliquent alors.
    L’évocation de fantasmes , et c’est bien de cela qu’il s’agit, n’entraîne pas de passage à l’acte.
    Notre culture, encore imprégnée de christianisme mal compris, nous laisse parfois penser qui’l pourrait exister un « péché en pensée », les pensées ne sont pas des péchés, ni des fautes, même si elles choquent certains..
    Une vie fantasmatique riche serait plutot signe d’une bonne santé mentale.
    Agnès Beaufeuil

  10. @Beaufeuil Agnès,

    Denis, l’auteur de cet article, a une bonne culture de la psychanalyse…
    En outre, permettez-moi de ne pas partager votre vision des choses et même de la trouver très inquiétante.
    Avoir une vie fantasmatique remplie de pensées perverses ou abjectes, n’est pas signe d’une bonne santé mentale. C’est être une bombe à retardement !
    Je préfère ne pas avoir affaire à vous ou à votre collègue…

  11. Je me permets de vous répondre, car vous soulignez « si un homme respecte trop une femme , il ne bande pas ». Vous devriez savoir que la femme que l’homme respecte le plus au monde, c’est sa mère, et donc, effectivement, les hommes normaux ne bandent pas devant leur mère. Quant à l’agressivité masculine, elle est évidente et nécessaire dans la sexualité masculine, sinon comment expliquer que les hommes parviennent à déflorer les jeunes filles. Ils savent en effet pertinemment qu’ils feront mal à celle qu’ils aiment, lors du premier rapport sexuel. Cette « agressivité » dans la sexualité, cette « domination »relative, permet d’éviter l’agressivité dangereuse et mal dirigée, que les hommes peu épanouis sur le plan sexuel risquent d’avoir envers leur conjointe. Tous les sexologues vous le confirmeront. Ces hommes seront alors souvent auteurs de violence verbale, psychologique, à défaut d’une sexualité normale, virile, dans le bon sens du terme.
    La vie fantasmatique nourrit une sexualité épanouie.
    Je me permets d’insister pour deux raisons :
    -1-d’abord je suis médecin, je connais la psychiatrie, la psychologie et la psychanalyse. j’ai un certificat de pédopsychiatrie .
    -2-Comme médecin scolaire, j’ai été amenée à m’intéresser aux surdoués, et j’ai passé un test de QI, pour m’apercevoir, très étonnée du résultat, que j’avais une excellente compréhension (19/19 à la WAIS ). Donc , j’ai du admettre que je comprenais bien, alors que je m’étais jamais crue intelligente. Si vous admettez la validité de ce test, vous admettrez le reste.
    J’ai l’impression que le Dr Dubec est très intelligent, et qu’il a été mal compris. Il parle de viol « en pensée » pas en actes !
    Il y a bien des femmes, et vous devriez le savoir, qui rêvent de se faire violer….
    Tout est permis, en pensée, mais qu’ en pensées. A nous, êtres raisonnables, d’en rester aux pensées.
    Agnès Beaufeuil

  12. @Beaufeuil Agnès,

    Ce que vous écrivez me révulse !
    J’avais déjà des doutes sur la pertinence des résultats des tests de QI, là, vous les confirmez.
    Je ne chercherai pas à argumenter avec quelqu’un comme vous…
    Je plains juste les patients qui auront la malchance de croiser votre route.

  13. @ beaufeuil agnès:

    bonjour mme (melle ???.!!!),beaufeuil agnès,vous qui avez « une excellente compréhension avec 19/19 à la WAIS, avec 1 « certificat de pédopsychiatrie » et par ailleurs MEDECIN SCOLAIRE !!! (au secours !). restez là ou vous etes sinon j’organise la manif du siècle pour vous empecher de forcer l’accès de BRIONNE…….
    je vous ai relu plusieurs fois et en particulier cette ignominie ordinaire : » …des femmes ( que les femmes,pas les hommes ?),qui revent de se faire violer »
     » je suis médecin,je connais la psychiatrie,la psychologie et la psychanalyse,j’ai un certificat de pédopsychiatrie »……
    votre connerie mme (melle) est inversement proportionnelle au nombre de vos diplomes ! ……avec mon certif et mon bepc je l’ai échappé bel.quel bonheur d’en etre resté là !!………….
    çà fait vraiment peur ces « pensées » à la « mort moi le noeud ».

  14. Il existe des livres , écrits par des Professeurs de médecine, qui traitent de ces sujets délicats, notamment, ceux du Docteur Philippe BRENOT, sexologue, qui a analysé les témoignages de 3000 femmes.
    -1- « les femmes , le sexe et l’amour », paru en 2012, aux éditions : les Arènes. http://www.arenes.fr
    -2-« les hommes, le sexe et l’amour », paru aux mêmes éditions, en 2011
    Vous y lirez , tout comme moi, le témoignage de femmes, disant ce que j’ai énoncé précédemment; je n’ai rien inventé.
    En statistiques , on considère valable un échantillon de 1000. ici, ce Professeur de faculté, médecin psychiatre et sexologue, a interrogé 3000 femmes.
    Dr A. Beaufeuil