La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Pour une régionalisation de la vie politique française

Par      • 19 Sep, 2009 • Catégorie(s): Institutions  Institutions    

Si la loi Deferre de 1982 a permis de faire un grand pas en avant vers la décentralisation, cette réforme a un goût d’inachevé. La mise en place de circuits courts, la nécessaire relocalisation de l’activité économique à l’heure de la déplétion des énergies fossiles posent la sempiternelle question du choix de l’échelon le plus adapté pour la mise en œuvre  des politiques territoriales.

Fusionner départements et régions

Si l’un des objets de la République a été avant tout de déféodaliser la France par la mise en place des départements et des préfets, à l’heure de l’Europe, l’échelle de la structure administrative issue de la Révolution peut sembler parfaitement désuète. C’est d’ailleurs un des enjeux majeurs de la réforme territoriale qui s’annonce à grand pas. Pour réussir, ce mouvement de concentration administrative doit s’accompagner d’un mouvement strictement inverse en terme de déconcentration de la décision politique. La nature a, en effet, horreur du vide. Et ma grande interrogation porte sur l’intérêt de la constitution des grandes agglomérations et notamment celle de la CREA en Haute-Normandie à l’initiative de Laurent Fabius. Les Grands machins créent des Grands riens.

Financement des partis politiques

Si le parti socialiste est contre la réforme territoriale qui s’annonce, c’est avant tout pour des questions de financement politique. Maillé à l’échelle du canton, le parti socialiste tire sa force – et son financement – de ses élus. Ayant perdu toutes les régions et une grande partie des départements, l’UMP a dû depuis faire autrement et l’essentiel de son financement provient de ses députés,  de ses sénateurs, de ses élus municipaux… et de ses généreux donateurs. ;+) La puissance de ses relais d’opinion dans la PQR (Presse Quotidienne Régionale) au travers des groupes de presse tenus par ses amis assure à l’UMP un avenir politique radieux.

Réorganiser la vie politique à l’échelle régionale

Le changement d’échelle administrative induit un changement d’échelle au niveau de la vie des partis politiques. L’échéance des régionales de mars 2010 peut être l’occasion d’accélérer les choses. La désaffection, pour ne pas dire plus, pour les partis politiques n’aura jamais été aussi grande. Il n’y a d’ailleurs aucun paradoxe à voir 85% de participation à la Présidentielle de 2007 et 40% aux élections européennes de 2009. Le choix du Président de la République reste avant tout le choix d’un homme.

Regroupement de convaincus, l’enceinte des partis est devenue mortifère. Enfermés dans leurs prisons identitaires, les militants n’en restent pas là et préfèrent se combattre dans des luttes internes, au travers de motions, dont la vocation est, avant tout, le contrôle de l’appareil au profit d’un clan ou d’un homme !!! Ils y perdent toute leur énergie.  Les partis sont devenus liquides.

Le parti, producteur de Vaporware

Le choix fait par 16% des Français de porter leur voix sur les listes Europe Ecologie doit nous amener à réfléchir sur sa nature. Même si nous sommes de plus en plus sensibilisés aux questions liées à l’écologie politique, notre choix s’est porté sur une autre façon de faire et de voir la politique. Pour les écologistes, faire le choix des partis dans le cadre des régionales qui s’annoncent me semble être la pire des choses en terme d’organisation politique. Il faut donner un nouvel élan au rassemblement de l’écologie politique – encore très inachevé –  en allant, au plus vite, vers la création d’associations régionales qui permettrait d’élargir en tenant compte de tous les particularismes régionaux. Reste l’épineux problème du financement des partis. Comment un parti pourrait accepter de se voir amputer d’une partie de ses financements qui viendrait alimenter une structure dont la vocation serait à terme de le faire disparaître ? C’est à nous collectivement d’écrire et d’inventer l’histoire. Y sommes-nous prêts ?

Crédit photos : la télé dans le poste, Frédéric de Villamil, Provence Outillage

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

Les Commentaires sont clos.