La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Métropoles et grand Paris : non à la logique des Hubs !

Par      • 31 Oct, 2009 • Catégorie(s): Institutions  Institutions    

La fronde symbolique de quelques élus locaux sur le projet de fusion des conseillers généraux et régionaux ne doit pas cacher l’accord de principe du Parti Socialiste et de l’UMP autour du projet de loi de réforme des collectivités territoriales sur deux aspects majeurs : les métropoles et le renforcement de l’intercommunalité. A la lecture de ce projet, tout le monde peut y trouver des objets de satisfaction et mécontentement à la fois, ce qui le rend difficilement contestable dans sa globalité. Et pourtant…

Big is beautiful !

Le premier principe sous-tendu au projet de réforme des collectivités territoriales serait que le seul fait de disposer d’entités administratives plus importantes nous permettrait de faire des économies d’échelle. Oublié le temps des dinosaures et des Aztèques ! Si le fait de priver de la compétence générale départements et régions interdit, de fait, les financements croisés qui permettent aux petites communes de financer leurs équipements, l’intercommunalité aura eu comme conséquence principale de gonfler les coûts des équipements et les coûts de fonctionnement d’une organisation administrative pléthorique. Si le critère d’efficience retenu au niveau d’un fonctionnaire territorial est la quantité de courriers, de fax et de mails reçus et envoyés, alors disons-le : les réformes précédentes furent d’énormes succès ! J’entendais récemment une élue locale se féliciter du travail de l’un de ses collègues : « Il envoie des courriers[…] Lui, au moins, il bosse ! »

Le retour de l’Etat ?

L’un des éléments phare du projet de loi est que ce sont les préfets – donc l’Etat – qui définiront les périmètres des intercommunalités en 2013 pour qu’ils deviennent effectifs au 1er janvier de l’année 2014 ! Ce retour de l’Etat qui s’apparente aux velléités d’un pompidolisme conquérant et éclairé, à l’image du Grand Paris, s’inscrit en fait dans la volonté de baisser les prélèvements obligatoires et d’enlever à la puissance publique les moyens financiers de son intervention. Le nouveau et subtil Président de la République Française est passé maître dans la manière de dire le contraire de ce qu’il fait avec une conviction qui amène à croire qu’il a fait exactement le contraire ! Sarkozy ou l’art de faire du Philippe d’Orléans dans les habits de Bonaparte !!!

Métropoles et Grand Paris : le cas haut-normand !

Avec les métropoles, le Parti Socialiste et l’UMP nous offrent un cas de distorsion administrative sans précédent. A la fois commune, agglo, département et région en terme d’exercice de leurs compétences, les métropoles – zones d’exception administratives –  portent en elles le germe de l’assèchement des territoires et de l’accélération de la désocialisation des populations. Le Président de la République a rappelé la logique du Grand Paris : faire de Paris le centre de la France et la locomotive de la croissance française avec 800000 emplois créés ! Que deviennent Rouen et la Haute-Normandie dans ce schéma ? En faisant du Havre le port de Paris (ce qui reste à démontrer ), Rouen se transforme en hub, c’est-à-dire en un point d’acheminement qui téléporte en liaison rapide les seino-marins vers le(s) hub(s) parisien(s) et Roissy tout particulièrement : Paris nous commute vers d’autres mondes. Il s’agit là d’une vision contestable d’une économie mondialisée sur le mode d’une topologie en étoile. Or, ce n’est pas de réseau en étoile dont la Haute-Normandie a besoin, c’est d’un maillage de son territoire qui favorise les circuits courts et la relocalisation de l’activité.

Une métropole géante de Paris au Havre

Le message de la pensée dominante productiviste est toujours le même : penser local pour agir global ! On est là bien loin des valeurs d’un projet d’écologie politique avec le Grand Paris, le Grand Rouen et les grands machins que cherche à instituer le projet de réforme des collectivités territoriales au travers de la constitution des métropoles.

Inversion imaginaire

Si, durant de nombreuses années, Paris a eu besoin des industries de la vallée de Seine, la désindustrialisation a renforcé l’idée que la Haute-Normandie ne pouvait plus vivre sans Paris. La réunification de la Normandie est aujourd’hui le seul outil pour rééquilibrer la vision délirante  à laquelle nous sommes confrontés et qui fera de la Normandie une grande réserve naturelle pour bobos en goguette et la future Costa del Sol européenne sous l’effet du réchauffement climatique.

Crédit photos : La Cie, LanSolutions, Linternaute

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Une Réponse »

  1. la pensée en étoile est une absurdité des temps gaullien.
    Qui aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, d’internet, et des comité locaux de solidarité diverses peut se permettre de proposer une réforme des collectivités construite avec Paris au centre de la france. On revient à l’ancien régime!
    Rien d’étonnant à cela quand cela vient d’une droite décompléxée et megalomaniac avec à sa tête un suppositoire neullisien. Le ps dans sa grande complaisance libérale dit amen
    Y’a t-il un crétin pour sauver ce pays?

    triste france,
    donne pas envie de refouler ma terre natale