La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Le tirage au sort pour sauver la démocratie

Par      • 9 Nov, 2014 • Catégorie(s): Institutions  Institutions    

Le constat est là : la République est en panne. Le temps d’une élite éclairée est révolue.

La démocratie française est devenue une ploutocratie dans laquelle le népotisme et la corruption sont institués en système de gouvernement. Cela vaut aussi, hélas, pour le secteur privée. Poussées par l’hubris, nos élites sont occupées à se gaver. Il n’y a plus grand chose à en attendre ! Les élections – à quelque niveau que ce soit – sont devenues une gigantesque farce à laquelle plus de 50% du corps électoral a décidé de ne plus y prendre part. Choisir entre Sarkozy et Hollande ? Entre l’UMP, l’UDI ou le PS ? Entre Le Pen et Mélenchon ?

Que ce soit pour l’élection des députés français et européens (évitons de parler du Sénat qui ne sert à rien), celle des conseillers municipaux et territoriaux (à quoi sert le département ?), la désignation des ministres, nous devons sortir du règne d’une consanguinité intellectuelle dévastatrice qui ne produit plus rien de nouveau. Le tirage au sort des élus de la République sur la base du volontariat et d’un socle minimal de connaissances serait le seul mécanisme à nous sortir du pétrin dans lequel nous sommes plongés. Plus de cumul possible. La question est aujourd’hui la même, de mon point de vue, pour le Conseil Constitutionnel, le Conseil d’Etat, le CSM, le CSA et l’ensemble des corps d’Etat.

Reste l’épineuse question de l’élection du « chef ».

Dans une société qui s’horizontalise, il y a quelque chose d’anachronique à voir des systèmes hiérarchiques tentés de la gouverner. Par le référendum, il faut redonner la parole au peuple que ce soit au niveau local, national ou européen. Notre Dame des Landes, Sivens, la question de la transition énergétique sont des exemples caractéristiques de l’incapacité à gouverner notre société qui se tétanise devant les enjeux. Être gouverné par des élus venant de partis instrumentalisés et pervertis par quelques individus, des clans ou des lobbies pose clairement la question de la légitimité de leur décision. Oui, les partis politiques sont des astres morts, vidés de leurs militants dans lesquels la cooptation signifie avant tout la reproduction de la médiocrité !

Alors, si nous acceptions le principe de l’élection d’un Président de la République au suffrage universel, il faudrait sans doute le confiner au rôle d’un vieux sage dépouillé de toutes ses prérogatives à l’exception de ses pouvoirs de saisine, comme cela était envisagé dans le projet de VIe République.

 

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , ,

4 Réponses »

  1. encore un ? Pffff… misère de la pensée politique alternative, réduite à ses acquêts : le tirage au sort, comment dire….. Non rien.

  2. @GdeC

    Désolé. J’ai rien d’autre en stock. ;+)

  3. Le tirage au sort, c’est ce qu’ont pratiqué les Grecs….jusqu’à ce qu’ils inventent la démocratie au 5eme siecle avant JC….

  4. @Gérard

    Les Grecs avaient une drôle façon d’exercer la démocratie. Quid de l’esclavage ? Quid du vote des femmes ? En quoi le tirage au sort enlèverait la souveraineté au peuple avec l’institution de référendums, un parlement, des conseils municipaux, etc comme je l’indique dans mon propos, hein ?

Laisser une Réponse

*