La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Droit de vote des étrangers aux élections municipales : oui, mais !

Par      • 30 Juin, 2012 • Catégorie(s): Institutions  Institutions    

J’ai toujours, pour ma part, été favorable au vote des étrangers aux élections locales. Comme 61% des Français, je continue à l’être.

Le Conseil municipal est un des organes principaux de notre République, une et indivisible. C’est aussi une institution souveraine. Les conseillers municipaux désignent les maires, votent pour les représentants des conseils aux communautés de commune et d’agglomération. Les maires élisent les sénateurs et fournissent les parrainages aux candidats à l’élection présidentielle. L’application du droit de vote des étrangers doit s’accompagner d’un changement de scrutin pour les sénateurs et du mode de désignation des candidats à la présidentielle !

Les risques de l’hallali communautaire !

Certains maires, pour satisfaire une partie de leur électorat, leur permettant ainsi d’être mieux réélus, n’hésitent plus à flatter les communautés. Par leur comportement, ils contribuent à l’atomisation de l’idée de la République. Le développement des intercommunalités et la diminution des pouvoirs des maires réduits à de simples animateurs de quartiers seraient sans doute l’un des remparts les plus efficaces à l’autocratie de nos petits barons locaux. L’extension du droit de vote aux ressortissants étrangers ne poserait, à vrai dire, pas grand problème à la condition que les conseils municipaux se transforment en organes consultatifs ! Ils le sont déjà devenus en grande partie, compte tenu de l’application des différentes lois de décentralisation. Allons jusqu’au bout de notre logique en transférant les compétences vers les intercommunalités. Souhaitons aussi que l’élection des représentants des intercommunalités se fasse, sur la base d’un scrutin de listes, au suffrage universel direct, comme le prévoyait le projet de loi de Sarkozy sur la réforme des collectivités territoriales qui sera en application au 1er janvier 2014 ! (Merci Yvon)

En l’absence de telles réformes, le droit de vote des étrangers aux élections municipales n’est pas compatible avec la République. Sans ces changements, j’y suis pour ma part totalement défavorable. Il faut que cette question fasse l’objet d’un référendum. La gauche ne dispose pas de la majorité des 3/5 au parlement français.

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

Une Réponse »

  1. @-denis :
    l’élection des conseillers municipaux ET des conseillers communautaires se fera pour la 1ère fois en mars 2014 au suffrage universel directe par un scrutin de LISTE UNIQUE.le projet de loi précise bien que les étrangers (j’aime de moins en moins ce mot !),ne peuvent pas etre élus ni chef d’un exécutif,ni meme membre d’un exécutif de collectivité territoriale.mais bon, à ST ELOI,comme à BRIONNE,çà ne sera vraiment pas un sujet de discorde ! enfants de tous pays…etc.etc.