La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’inculture du chef !

Par      • 5 Nov, 2008 • Catégorie(s):  
Vont-ils être retoqués ?

Vont-ils être retoqués ?

A entendre certains de nos camarades, jeudi 6 novembre, nous aurions à choisir un chef là où nous choisirons avant tout une ligne. A vrai dire, la majorité des militants se fichent comme de la guigne de savoir qui sera 1er secrétaire ou bien qui sera notre candidat(e) en 2012. Pour gagner, il nous faut une vision. De cette vision naît un projet. Du projet naît un programme. C’est tout l’enjeu du Congrès de Reims. Il est utile de le rappeler.

Il y a un côté pathétique – quoique très drôle – à entendre et à voir se développer une rhétorique quasi martiale autour des noms de Martine, Ségolène ou de Bertrand. Dans le genre « plus chef que moi tu meurs », on ne pouvait pas faire pire. Et à vrai dire, on s’en fout éperdument.

De son côté, François Hollande nous appelle à voter contre ceux qui n’ont pas respecté la discipline de vote des militants lors du projet de TCE, là où on a attendu de lui – en vain – de l’autorité pour faire respecter le vote des militants ! Il n’a pas rendu un grand service à Bertrand Delanoë sur ce coup-là. D’ailleurs, il ne rend service à personne sauf, peut-être, à croire encore à son hypothétique candidature en 2012. Il est bien le seul.

Il est toujours amusant de voir des socialistes emprunter leurs arguties à l’UMP. Ils ont sans doute oublié, se référant en permanence – et de façon pathogène – à Mitterrand, que celui-ci s’est imposé sur une ligne votée à 40% (seulement) au Congrès de Metz en 1979 contre Mauroy et Rocard. Il n’a dû alors son salut qu’à Jean-Pierre Chevènement, incarnant alors l’aile gauche du Parti Socialiste. Même si elles sont rassurantes, les chimères ne font que de nous détourner un peu plus de ce que nous sommes. Les socialistes français n’ont jamais eu la culture du chef.

Crédit photo : O Gambá que se foda!, Ciao

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

Les Commentaires sont clos.