La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’illettrisme : ça prend un « l » ou 2 ailes ?

Par      • 24 Août, 2006 • Catégorie(s): Formation  Formation    

L’association « Sauver les lettres » dénonce les 800 heures d’enseignement du français perdues entre 1976 et 2000 du CP à la 3ème. Par voie de conséquence, le niveau de l’orthographe s’en ressent. Les correcteurs de copies au bac ou à l’université peuvent en témoigner.

Recentrer les savoirs sur les matières indispensables que sont le français et les mathématiques me paraît essentiel.

Oui, mais comment ?

Plus d’heures consacrées à ces savoirs signifient faire des choix au sein des matières enseignées à moins d’alourdir la semaine de travail des élèves.

Quelles peuvent être les solutions ? Organiser différemment l’enseignement de la musique, le dessin, le sport et la technologie ?

L’autre choix consisterait à revoir le programme de français (encore) pour le recentrer vers l’orthographe et la grammaire au détriment de la découverte de certains auteurs. La question peut se poser surtout en lycée où il y a un véritable décrochage avec la préparation au bac des « fameux » (voir fumeux pour certains) textes à l’oral.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

Une Réponse »

  1. En filigrane, se pose la sempiternelle question du modèle allemand qui scinde la matinée et l’après-midi sur l’ensemble de la semaine. Le matin est consacré aux matières « scolaires » alors que celles de l’après-midi sont orientées vers les travaux manuels, l’art et le sport.

    J’entendais hier matin sur France Culture Hervé Hamon qui stigmatisait à la fois la volonté à droite de choisir une école de la méritocratie (on en revient au XIXième) et l’absence de volonté à gauche de s’attaquer aux corporatismes.

    Le modèle allemand nécessiterait de passer à la semaine de 5 jours calés sur les rythmes économiques. Est-ce souhaitable ? Y est-on préparé ?