La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’école, la réussite scolaire, c’est quoi ça ?

Par      • 11 Fév, 2009 • Catégorie(s): Formation  Formation    

Vous allez vous demander ce qu’il m’arrive. Mais cette interrogation, si l’Etat continue ses « réformes » de l’éducation nationale dans ce sens seront alors dans quelques mois à l’ordre du jour.

Sauvons les RASED

Sauvons les RASED

Pour infos depuis la rentrée 2008, l’Etat nous supprime nos postes RASED qui ont pour mission de fournir des aides spécialisées à des élèves en difficulté dans les classes des écoles primaires et maternelles.

Et cela est présenté comme n’étant plus nécessaire depuis la mise en place en septembre dernier du soutien scolaire dans ces mêmes établissements.
Mais n’oublions pas que les postes RASED étaient pourvus par des maîtres E, des maîtres G et des psychologues scolaires outre des enseignants formés pour les difficultés que peuvent rencontrer nos enfants. Et n’oublions pas les menaces qui courent sur les maternelles et l’accueil des moins de 3 ans qui est mis en danger par des futurs « jardin d’éveil ».

Des postes sont supprimés dans le secondaire alors que les effectifs des élèves attendus à la rentrée 2009 restent inchangés. Drôle de façon de garantir le succès des élèves !

Il y a aussi la remise en cause du bac pro avec un passage de 4 à 3 ans. Alors bien-sûr cela peut être avantageux pour les élèves qui décrochent au cours de leur formation mais comment pour ces mêmes élèves leur garantir leurs diplômes avec un programme à boucler avec une année de moins.
Et encore là l’Etat se dégage de ses responsabilités en laissant les profs faire le découpage de leur référencements eux-mêmes.

Les universités aussi sont touchées par les réformes, avec le décret réformant le statut des enseignants chercheurs, la masterisation de la formation des enseignants à Bac + 5 au lieu de Bac + 3, la réforme de l’IUFM ainsi que la réforme de l’allocation des moyens aux universités. Cela met en compétition les universités et les étudiants, et remet en cause le service public d’enseignement supérieur et de la recherche.

Ce n’est qu’un « hachage » de toutes les réformes qui seront mises en place par l’Etat, ne m’en voulez pas mais cela aurait été beaucoup trop long de toutes les voir en détail.

En gros sauvons nos écoles, nos collèges et lycées sans oublier nos universités. L’Etat remet en cause l’idée même de la chance que chacun est en droit d’attendre de l’éducation, de la formation à un métier, ainsi que du choix des études et des universités que l’on est en droit de faire.

Liberté, égalité, fraternité : c’est ça qu’ils disaient !

Crédit photos : Académie de Versailles, Paperblog

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

9 Réponses »

  1. merci virginie

  2. @Elodie

    A l’heure où le chômage galope, où le monde exige des hommes et des femmes bien formées, des industries innovantes, Sarkozy préfère offrir à ces amis des hommes et des femmes pas formés et pas payés.

    Merci pour ton article..

  3. Bonjour Elodie.
    Je ne vois pas en quoi la masterisation de la formation des enseignants à Bac + 5 au lieu de Bac + 3 constitue un danger pour l’Education Nationale? Bien au contraire!
    Je m’explique: Aujourd’hui trop de mauvais PE (professeur des écoles) sortent de l’iufm et pourquoi dont?
    Le niveau licence n’est plus ce qu’il était, sa valeur a considérablement chuté du fait du mode des épreuves et de leur sujet. J’ai constaté trop de fois durant ma scolarité à la fac qu’en dépit d’un niveau catastrophique en connaissance historique, des élèves pouvaient obtenir leur diplôme d’Histoire. Grâce notamment au pourcentage élevé des exposés( entre 40 et 50% de l’unité de valeur) comptant pour les partiels.
    Les élèves pensent avoir un bon niveau à la sortie de ce diplôme or il en est rien pour la majorité.
    De plus, les 2 années de master sont très bénéfiques. Durant ces 2 ans l’élève est davantage livré à lui même et doit réaliser ses recherches quasi seul. Cette période permet davantage l’acquisition des méthodes mais surtout développe une maturité intellectuelle – je parle en connaissance de cause même si j’ai abandonné mon sujet de maitrise au profit du journalisme – nécessaire d’après moi dans l’exercice de la transmission d’un savoir. Ces 2 années ne feront que du bien à ces futurs enseignants et donc par effet domino que du bien aux futurs enfants scolarisés. C’est en tout cas ce que je souhaite.
    Également, il parait évident que si l’accès au poste de PE se fait à partir d’un bac+5 il sera nécessaire de revaloriser les salaires en conséquence.
    In fine, il est vital qu’il faut davantage réformer le concours d’accès à l’iufm car sans vouloir paraître arrogant même un élève de 3ème pourrait le réussir dans les 2 disciplines majeures: mathématique et français…

  4. @ Selim,
    Sans vouloir me prononcer sur le niveau qui baisserait en sortie de licence, force est tout de même de constater que l’IUFM, malgré ses défauts, permet la mise en situation professionnelle des étudiants grâce à des stages en 1ère année avant de prendre en charge, en temps que stagiaire la seconde année, la responsabilité pédagogique sur une classe ou sur un bloc horaire. Cette année de stage est tutorée par un enseignant volontaire et validée par visite de l’IPR (je précise que je parle du secondaire). En bref, il s’agit tout simplement du volet professionnel de la formation, la pédagogie, qui elle n’est pas enseignée sur les bancs de la fac : elle s’acquiert pour beaucoup à l’usage. Il ne suffit pas d’être un expert dans sa discipline pour faire un bon professeur de primaire et même du secondaire.
    Enfin, mes enfants doivent avoir de la chance. Leurs PE (ex. IUFM) sont de formidables enseignantes, tout comme l’étaient d’ailleurs mes instituteurs qui sortaient alors de l’Ecole Normale. Des bons et des mauvais, il y en a dans tous les métiers du monde.
    Cordialement,

  5. @ selim
    Bonjour ,

    En gros tu dis qu’il vaut mieux :

    – des enseignants qui sortent des bancs des fac avec une tête pleine de texte leur apprenant les théories d’application de programme et de comportement des élèves. Et qui commencent leurs premières rentrées à temps plein et bien sûr sans expérience professionnelle .

    Que des enseignants formés avec les élèves sur le terrain, qui rencontrent les difficultés qu’ils seront amenés à rencontrer mais, cela encadrés par des enseignants ayant de l’expérience.

    je ne suis pas sûre d’être d’accord avec toi, mais il serait plus judicieux de se rencontrer pour en parler.

    Juste, dénigrer le concours d’accès à l’iufm n’est pas nécessaire, bien-sûr nous avons besoin de réformes, mais pas celle-ci. Désolée de me permettre de te donner mon avis moi qui n’est qu’un BAC-Pro photo

    Allez sans rancune.

  6. Déjà je me contrefous que tu as un bac pro photo je ne comprends pas ce que cela fait ici…passons. Tu semble t’offusquer moi je souhaite juste t’éclairer un peu sur le sujet et ne pas tout mélanger. Effectivement de nombreuses réformes concernant l’école sont dangereuses mais certaines méritent davantage de réflexion.
    Soyons clair, le but de ma réponse est d’affirmer que le système universitaire est en faillite jusqu’à la licence. Et que justement ce diplôme n’a que finalement très peu de valeur. Or le problème c’est qu’il permet de pouvoir passer le concours d’entrée à l’iufm.
    Ensuite quand on sait que le concours de l’iufm, dans certains domaines est très facile cela me pose un soucis. Car si l’on cumule une licence au « rabais » plus un niveau de concours au « raz des pâquerettes » je ne vois pas en quoi cela aidera nos enfants. C’est pourquoi je ne suis pas hostile au rallongement des 2 ans de master. Qui comme je l’ai dis sont très formateurs.
    Ensuite pour répondre également à Emmanuel, il n’est pas question de dénigrer les 2 ans de formation à l’iufm mais plutôt son accession. Et puis les stages, parlons en , en 1ère année il s’agit beaucoup d’observation, là n’est pas le problème mais c’est surtout lors de la 2ème année qu’ils sont réellement intéressant…
    Bien sûr et c’est peut être mon erreur je ne l’ai pas précisé, il serait souhaitable d’ouvrir le concours au master 2 et prolonger le cursus des 2 années d’iufm. Le master 2 ne peut en aucun cas remplacer l’apprentissage acquis lors des 2 années à l’iufm. Il est évident qu’un prof d’université d’Histoire ne peut en aucun se substituer à celui d’un prof de pédagogie à l’iufm.

  7. Ce n’est pas gentil de dire que tu t’en contrefous…
    comme tu nous as fait part de ta grande expérience et que tu dénigres les étudiants en iufm ou alors j’ai mal compris (et cela est possible), je voulais juste t’éclairer comme tu le fais sur mon niveau scolaire.

    En tout cas tu peux essayer de ne pas être méprisant et nous aussi, on essaye de t’éclairer, après chacun ses opinions, nous n’avons pas les mêmes c’est tout.

    On est tous d’accord sur le fait qu’il y a des réformes à faire dans les universités, mais ne mélangeons pas réforme à faire et accepter toutes les réformes que l’on nous propose.
    J’espère ne pas avoir eu un discours qui fait penser que je m’offusque, mais plutôt un discours qui cherche le dialogue.

    Je ne souhaite pas faire de polémique en tout cas on ne me fera pas rentrer dans ce jeu.

  8. Il est très bon ton article Elodie.
    Et puis tu défends ton opinion avec conviction et avec des arguments tout à fait valables.
    Après, chacun son avis.
    Pas de crainte à avoir, les échanges entre toi et Sélim ressemble bien à un dialogue, animé parce que le sujet est important.
    Heureuse de te lire sur ce blog.
    Et puis de t’y voir Sélim.

  9. le problème de l’enseignement vient du fait que c’est un mamouth
    laineux peut maniable et gouramant en énergie et dont le rendement
    n’est pas à la hauteur des investissements ….

    En ce qui concenrne les Rased, j’avais lu un article sur une opération
    porte ouverte dans une école primaire toute pimpante sauf pour une classe
    de relégués et tout juste bon pour la casse ….

    Peut être que ces futurs adultes seront il bon à expdier pour
    la boucherie lorsque certains évènements risquent d’arriver?

    Si l’on ferme des écoles c’est pour ouvrir des prisons et ainsi
    obtenir une marchandise servile et taillable à merci …

    La prochaine phase consistera à servir la soupe des engraisseurs
    alimentaires via des manuels scolaires et autre prosuits dérivés ….

Laisser une Réponse

*