La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

L’apprentissage à 14 ans : pour ou contre ?

Par      • 19 Mar, 2006 • Catégorie(s): Formation  Formation    

Vendredi 17 mars dernier, lors de la première réunion du parti socialiste à Brionne, nous avons longuement débattu sur l’une des mesures « phare » de la loi sur l’égalité des chances du gouvernement Villepin : la généralisation de l’apprentissage à 14 ans.

Un approche dérogatoire ?

Beaucoup d’entre nous étaient plutôt « pour ». Pierre a amené un éclairage intéressant, nous expliquant l’intérêt d’un tel dispositif à destination d’enfants ayant des problèmes psychologiques et psychiatriques « légers » qui, aujourd’hui, faute de dispositif adapté, échouent dans les hôpitaux psychiatriques au milieu de patients aux pathologies très lourdes.

Pour ma part, je souscris à cette vision « dérogatoire » du dispositif. En revanche, je condamne, pour ma part, la généralisation du dispositif pour deux raisons. La première est que nous ne sommes plus dans une société en demande d’une main d’œuvre peu qualifiée. Pour autant, nous devons valoriser les filières professionnelles. Cela éviterait que nos Bac+6 soient rémunérés à des conditions de misère. La deuxième raison est que les entreprises, qui poussent à la mesure, se comportent en « voyous », se servant de cette manne comme une variable d’ajustement de leur activité !!!

Ne soyons pas angéliques. Jean-Luc Mélenchon le rappelait lors du dernier Conseil National du 11 mars. Je cite :
« Borloo veut mettre 150 000 jeunes de plus en apprentissage sur une classe d’âge en décroissance démographique. Cela donnera 500 000 apprentis au total, dont le quart perdra dans les premiers mois son contrat d’apprentissage, parce que c’est la norme aujourd’hui. » Telle est la triste réalité !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , ,

Une Réponse »

  1. On ne l’a pas évoqué à la dernière réunion mais certains secteurs sont porteurs et en lien avec l’apprentissage, je pense aux métiers de la bouche : charcuterie, poissonnerie, boulangerie, boucherie où les employeurs ne trouvent pas de jeunes susceptibles de s’engager dans ces secteurs, il n’y a pas que le batiment … concerné par l’apprentissage.
    Envisager une pré-qualif de 14 à 16 avec apprentissage des matières de base (lecture, écriture, calcul) serait un plus car comment faire sinon ?