La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Réforme bancaire : les amis de la finance !

Par      • 13 Fév, 2013 • Catégorie(s): Finances  Finances    

La banque Rothschild, un ennemi qui nous veut du bien ?Inutile de revenir sur l’infiltration des banques d’affaires françaises dans le 1er cercle de François Hollande ! Nous vous avons déjà parlé de la présence d’Emmanuel Macron, le secrétaire général adjoint de l’Élysée qui fut dans une autre vie associé-gérant de la banque Rothschild. Il faudrait aussi évoquer les conseillers du prince, alors qu’il n’était qu’un simple candidat, qui, en pleine injonction paradoxale, lui avaient suggéré de déclarer la guerre à la finance.

La réforme bancaire n’aura pas lieu !

La seule réelle avancée de la réforme était de limiter le trading haute-fréquence en ramenant l’intervalle des ordres d’achat et de vente à 0.51 s. Or, Pascal Canfin, le ministre EELV du développement durable, a rappelé le 21 janvier dans le 7-9 animé par Patrick Cohen que : « le trading à haute fréquence est une activité qui ne se fait quasiment pas en France. Elle se fait à Londres ou ailleurs. On peut l’interdire en France, ce n’aura aucun impact sur la réalité des marchés. » 

Concernant l’amplitude de la réforme, les banquiers entendus à l’Assemblée Nationale ont reconnu que la séparation des activités spéculatives ne concernait que 1% de l’activité bancaire. Dans l’esprit de François Hollande et du gouvernement, il n’a jamais été question de séparer les banques de dépôts et d’affaires, comme avait pu le faire Roosevelt en 1933 aux États-Unis avec le Glass-Steagall Act. L’intérêt de la séparation des activités bancaires est avant tout de nous prémunir d’un risque systémique impossible à contrôler quand les activités sont fusionnées. La filialisation en entérinant le statu quo ne nous protège donc de rien.

Alors,  ceux-là mêmes qui réclamaient cette séparation à corps et à cri sont aujourd’hui en train de rétropédaler, dans un grand numéro de renoncement assez pitoyable, se faisant les passe-plats – réchauffés  – d’un pouvoir qui conduit une politique ayant le souci de préserver les intérêts de ses amis de la finance ! Même à droite, Jean-Christophe Lagarde, proche de Jean-Louis Borloo, a dénoncé un texte vide. Et lorsque Pierre Moscovici martèle à qui veut l’entendre des avancées vers un durcissement de la réforme bancaire, Thierry Mandon, député socialiste, parle quant à lui d’amendements cosmétiques.

C’était le 22 janvier au Bourget. François Hollande donnait un nom à son adversaire : »Cet adversaire, c’est le monde la finance !« 

A lire  pour comprendre 
« Réforme bancaire : comment le gouvernement s’est écrasé devant le monde de la finance« 

Crédit photos : Mairie de Saint Genis Laval,

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , ,

3 Réponses »

  1. bah comme ça la prochaine crise sera la dernière….

  2. @Yann

    Je te trouve bien optimiste ! ;+)

  3. Il n’y a pas de pompiers pyromanes dans une Caste comme l’oligarchie (financière)…