La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

De la nature du Front National

Par      • 13 Jan, 2013 • Catégorie(s): Extrême-droite  Extrême-droite    

Je n’ai jamais cru pour ma part à la dangerosité du Front National, tant que ce parti était sous le contrôle de la famille Le Pen. Sa vertu cardinale est d’être une soupape nécessaire pour la démocratie française. Interdire ce parti dans notre pays, ce serait  faire le choix d’une extrême-droite comme a pu connaître l’Italie dans les années 1970.

 "Le Pen : une histoire française", de Pierre Péan C’est en creux la thèse que défend d’ailleurs Pierre Péan dans son dernier ouvrage cosigné avec Philippe Cohen, « Le Pen : une histoire française« . Dans ce livre, Péan nous présente Jean-Marie Le Pen comme un homme patelin, avenant, ouvert et tolérant qui a su surfer sur toutes les fêlures, les frustrations, le repli sur soi et la haine de l’autre auxquels est confrontée la société française. Politiquement, la fille et le père sont avant tout des poujadistes manipulateurs, qui ont fait du Front National leur garde-manger. Je suis, pour ma part, totalement convaincu que ni lui, ni sa fille ne soient antisémites ou racistes, malgré une islamophobie et un discours identitaire et nationaliste quant à eux bien présents. Ils ne sont jamais ouvertement revendiqués catholiques, prenant le soin de séparer le champ privé du champ public. L’arrivée de Florian Philippot – un ancien énarque chevènementiste vaguement gaulliste – aux côtés de Marine Le Pen n’a fait que renforcer, de mon point de vue, l’évolution « laïque » du Front National dans la période récente, ostracisant un peu plus les représentants du retour à la vieille France et l’ordre moral prônés par les sbires traditionalistes de Bruno Gollnish. L’évolution du discours politique de la famille Le Pen est surtout un moyen de garder le contrôle d’un mouvement qui est, avant tout, un ramassis d’accidentés de la vie et de « gueules cassées » !

Un mouvement fasciste de la droite révolutionnaire !

Quelle que soit la nature de ces dirigeants, c’est bien l’idée de révolution nationale qui est charriée par le Front National. Ce parti n’a hélas rien de banal. Il véhicule toutes les valeurs de l’idéologie fasciste de la droite révolutionnaire, incarnée aujourd’hui par Civitas, les identitaires et tous ces blogueurs de la réacosphère  :

  • le libéralisme économique, le localisme et le corporatisme,
  • le culte de la personnalité,
  • le rejet de l’universalisme et des idées des Lumières, de la démocratie et du parlementarisme,
  • l’affirmation nationaliste et identitaire,
  • le rejet des idées libérales dans la société, de l’ordre existant en se référant à un ordre ancien ou moral.

Zeev Sternhell, sur France Culture, nous rappelait qu’il avait fallu quelques mois sous Vichy pour balayer 150 ans d’évolution politique par l’institution des lois raciales sans rencontrer de résistance particulière. Mussolini avait dû « attendre » 15 ans avant de pouvoir le faire. Les idées fascistes n’ont jamais quitté la société française. Selon l’historien, elles y seraient même nées !

Ni droite ni gauche : l’idéologie fasciste en France, de Zeev Sternhell

Crédit photos : Wikimédia.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , ,

Laisser une Réponse

*