La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Brétigny : détroussage de cadavres quand même !

Par      • 25 Juil, 2013 • Catégorie(s): Extrême-droite  Extrême-droite    

Cette fois, c’est officiel. Il y a bien eu vols effectués à Brétigny relatifs aux biens de personnes mortes dans l’accident de train qui s’est produit le 12 juillet. Et ce ne sont ni les blogs de la réacosphère ni ceux de la fachosphère qui l’affirment. C’est la justice française par la voix du parquet de l’Essonne. Ce qui s’est passé à Brétigny s’apparente donc bel et bien à un détroussage de cadavres et les efforts des médias et des blogueurs de gouvernement ne changeront rien à l’affaire.

Manuel Valls sait ajuster la cravate de François Hollande et c'est déjà beaucoup !Ces faits avérés – quatre plaintes à ce jour et des objets retrouvés à la station du Châtelet – sont d’une gravité exceptionnelle et constituent l’un des marqueurs du délitement de toute société. Gageons qu’il n’y ait aucun imbécile heureux qui aille qualifier ces détrousseurs de cadavres de « victimes ». Les personnes qui se sont adonnées à de telles exactions sont évidemment entièrement responsables de leurs actes. Et il est étonnant de voir que la seule voie de « moralisation » offerte à des jeunes déculturés soit aujourd’hui un « Islam » qui amène 300 personnes à Trappes à caillasser un commissariat de police parce qu’une femme voilée n’a pas voulu se soustraire aux lois de la République !

En cherchant à minimiser ces actes en opposition totale avec les valeurs de la République, l’action du gouvernement de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, semble aujourd’hui, comme sous l’ère Sarkozy, se réduire à une sinistre opération de communication.

Voie Militante Voie Militante

Tags : ,

8 Réponses »

  1. L’article ne parle pas de détroussage de cadavre. Un détrousseur de cadavre, c’est un type qui dépouille un cadavre, et rien dans l’article ne donne à penser que cela s’est produit. Que des objets appartenant à des morts (ce dont l’article ne dit rien non plus) aient été volé n’est pas du détroussage de cadavre, s’ils n’ont pas été pris sur le cadavre. En fait, tout ce qu’on sait, c’est qu’il y a eu des vols.

  2. @Zap Pow

    Si, si je parle des effets qui ont été volés et qui ont été retrouvés au Chatelet, en plein Paris. J’ai par ailleurs mis un lien vers le site d’ASI.

    Vous semblez comme gêné par le fait qu’il s’agisse d’un détroussage de cadavres ! Que cherchez-vous à justifier ? L’injustifiable ?

  3. Le fond du problème, c’est qu’il y a des valeurs à retrouver au plus vite.

  4. Je ne suis pas gêné pour un sou (pourquoi diable le serais-je ?), et ne cherche à justifier quoi que ce soit. Je dis simplement que les mots ont un sens, et que si les effets volés n’ont pas été pris sur les cadavres, alors il n’y a pas eu de détroussage de cadavres. Je ne nie pas que des effets volés aient été retrouvés en plein Paris, et déplore qu’il y ait eu vol, mais je me plains assez du sensationnalisme de nos médias pour ne pas critiquer l’emploi d’une expression qui fait référence à un acte infâme dont en fait personne, même pas l’article mis en lien, n’a jamais apporté de preuve qu’il ait eu lieu. L’article d’ASI se contente de confirmer, lui, que des passagers ont été volés.

    Voler, c’est de la délinquance, détrousser un cadavre, c’est y ajouter de la barbarie.

  5. @Zap Pow

    Comment évaluer que les objets retrouvés aient été pris sur les cadavres ou dans leurs valises ? Et sur le fond, qu’est-ce que ça change ? Il y a bel et bien eu des personnes qui, après la catastrophe, sont allées voler les effets de personnes décédées. Appelez ça comme vous voulez.

    Depuis le début, il y a eu volonté manifeste de minimiser la nature des actes et des faits qui ont été commis à Brétigny.

  6. Désolé Denis, mais c omme Zap Pow je considère que les mots ont un sens. Se servir dans une valise, c’est un délit, et c’est moche. Fouiller les poches d’un cadavre, c’est vraiment sordide. Il y a vraiment une gradation entre les deux, et je soupçonne une fois de plus les journalistes d’utiliser des mots très forts, trop forts dans un souci de sensationnalisme quasi morbide.

    Si l’enquête révèle qu’effectivement c’est allé aussi loin, la Justice saura faire la différence. Laissons-la agir à son rythme, qui n’est malheureusement pas celui du chasseur de scoops.

  7. @babelouest

    Il y a aussi des policiers qui se sont clairement exprimés sur ce sujet.

    Nous ne savons pas bien encore si les effets ont été pris sur les personnes ou dans leurs valises qui se trouvaient à côté d’eux. Je le répète, sur le fond, je ne vois pas bien la différence.

  8. @Denis

    Peut être faudrait il définir une distance pour laquelle ce n’est plus du détroussage de cadavre!
    Hors des poches? 10 cm? 20 cm? 50 cm?…..

    Combien de temps sera t il possible de nier qu’il y a un problème? plus tôt on en a conscience moins les dégâts sont importants.

Laisser une Réponse

*