La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Round Up : publicité mensongère !

Par      • 27 Nov, 2008 • Catégorie(s): Environnement  Environnement    

Si je vous dis pesticide, ou mieux, désherbant, je suis presque sûre que le nom qui va vous venir à l’esprit sera « Round Up ».

Eh oui, c’est presque devenu un nom commun. Et puis cette publicité avec cet adorable petit chien, qui vous garantit que c’est un produit biodégradable et propre, ça rassure, non ?

Attention, si vous avez cru que c’était vrai, vous êtes bien crédules…

En effet,  par un jugement en date du 26 janvier 2007 le tribunal de grande instance de Lyon avait condamné l’ancien président de la société Monsanto Agriculture France (1), et l’ancien président de la société SCOTTS France pour publicité mensongère ou de nature à induire en erreur sur le pesticide « Round Up ».

Et ce jugement a fort heureusement été confirmé par un arrêt du 29 octobre 2008 rendu par la cour d’appel de Lyon.

En l’espèce, courant 2000, le produit avait donc été présenté à la télévision comme biodégradable et laissant le sol propre. Sur les cartons d’emballage avait même été apposé le logo d’un oiseau et les mentions « respect de l’environnement« , « propre » et « efficacité et sécurité pour l’environnement« .
La cour d’appel a relevé que cette présentation élude le danger potentiel du produit par l’emploi de mots rassurants et induit le consommateur en erreur en diminuant le souci de précaution et de prévention et  a  ainsi condamné chacun des deux prévenus au paiement d’une amende de 15.000 euros.

Oui, l’amende est faible, mais sur le principe c’est important. Soyez vigilants et ne vous laissez pas berner par la publicité.

Car ce désherbant, le plus vendu au monde, contient du glyphosate qui a été classé dès 1991 « dangereux pour l’environnement« , notamment aquatique, par les autorités européennes.

Un vieux truc de grand mère très efficace : rien de mieux que l’eau de cuisson des pommes de terre pour tuer les mauvaises herbes !

(1) Oui vous ne rêvez pas, Monsanto qui créé des OGM qui résistent au « Round Up » est aussi le producteur de ce produit. Voilà comment gagner sur les deux tableaux.

Crédit photo : commission de l’Union Européenne, GreenPeace

Autres éclairages

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

6 Réponses »

  1. @Virginie

    Dans les logs du blog, j’ai pu voir que ton article n’était pas passé inaperçu. Il était temps que nous parlions d’autre chose que du PS.

  2. Dans le même registre, les raisins de table qui contiennent des pesticides interdits à l’usage en Europe
    et des concentrations de « pesticides autorisés » bien supérieurs au maximum autorisé ! Il y a eu quelques articles dans la presse du début de semaine dont 1 dans les Echos.
    Mangez Bio si votre budget le permet !

    et on reparle également de la mélamine Chinoise dans du Soja destiné à l’alimentation animale : 30 fois la concentration autorisée.

  3. @Emmanuel

    Je mange bio à 70/80% et ce n’est pas qu’une question de budget, il faut aussi apprendre à cuisiner et à manger autrement. Et puis savoir où sont ses priorités, également budgétaires.

    Le raisin est un vrai problème, et donc le vin. Il y a de bons vins bio à des prix raisonnables et puis je crois qu’il vaut mieux boire et manger moins mais mieux !

  4. @ Virginie : je suis entièrement d’accord avec toi notamment sur l’aspect priorité budgétaire dans les ménages. Toutefois, une famille aux revenus modestes, qui vit en appartement (donc pas de potager), n’a malheureusement pas les moyens de s’offrir des produits Bio. Elle sera trop souvent cantonnée aux produits alimentaires du Hard Discount ou des premiers prix des hypers. La mal bouffe, c’est une inégalité flagrante, qui touche en premier lieu les enfants et de plus en plus de personnes âgées. Une fois que l’on a dit ça, on a pas fait avancer le schmilblic…

  5. @Emmanuel

    C’est vrai, mais il y a les AMAP et les petits producteurs locaux qui ne sont pas forcément si chers que ça, il faut aussi faire l’effort de chercher et d’acheter autrement.

    Ah… c’est un sujet bien compliqué !

  6. 293 tonnes de tourteaux de soja importées de Chine et destinées au secteur de la volaille bio du Grand-Ouest ont été retirées du marché après découverte d’un taux de mélanine cinquante fois supérieure à la dose autorisée (116 mg/kg pour 25 mg/kg).

    Chaque mot de cette phrase me semble en totale contradiction avec l’esprit, la philosophie, l’éthique et pour tout dire les moyens et les buts que j’avais la naÏveté d’attribuer à la filière bio.
    Qu’ils produisent comme tout le monde du poulet en batteries à coups d’antibiotiques et d’élevage concentrationnaire, mais qu’ils assument.
    L’étiquette BIO, je ne suis pas loin de ne plus pouvoir la supporter.

    A moins que…