La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Et ta mer ?!

Par      • 19 Fév, 2010 • Catégorie(s): Environnement  Environnement    

Après les huîtres triploïdes, décidément c’est une obsession, pourront se dire certains, mais non, juste une préoccupation écologique et citoyenne, l’eau couvrant près de 70 % de la surface de notre planète. Pour rappel la fin du Permien, avec la disparition de 96 % des espèces marines, a bien failli être la fin de la vie sur terre… la terre a besoin de la mer !

Il y a un temps pour tout !

Ne vous vous y trompez pas, respecter les saisons ne signifie pas seulement manger des fraises en été. Pour manger des produits de la mer, il faut aussi respecter les saisons !
 Par exemple : pour le maquereau c’est au printemps, en été et en automne ; pour le hareng, préférez l’hiver, ainsi que pour l’encornet-calamar ; pour la coquille Saint Jacques, c’est au printemps, en automne et en hiver ; pour le crabe, au printemps, en été et en hiver ; et les huîtres ;+) les mois en « R » !

Avoir le sens des responsabilités.

Utiliser un verre quand on se lave les dents, utiliser des ampoules basse consommation dans les pièces principales, faire son compost, éviter de prendre sa voiture… c’est bien, mais il faut aussi faire attention à la mer. Oui, pas seulement à la terre. Bien sûr il faut privilégier le poisson sauvage – tout en espérant qu’il n’a pas croisé un bateau qui a déballasté – ou alors le poisson d’élevage bio. Évidemment le prix n’est pas le même, mais le goût et l’impact sur votre santé non plus. Il vaut mieux privilégier la qualité sur la quantité, sans compter qu’un produit de meilleure qualité est souvent plus rassasiant.

Pour une consommation responsable des produits de la mer, vous pouvez télécharger ce conso-guide.

Le cas du thon rouge.

Cet homme est en train de tuer le thon rouge.

Cet homme est en train de tuer le thon rouge.

Les volumes de captures de thon rouge, selon l’Ifremer, excèdent largement les taux autorisés et le potentiel de reproduction du stock ! 
Le stock de l’espèce en Méditerranée aurait baissé de 74,2% entre 1957 et 2007, avec une baisse de 60,9% au cours des dix dernières années ! Dans l’ouest de l’Atlantique, ce serait pire, avec une baisse de 82,4% entre 1970 et 2007. Il est menacé par la sur-pêche notamment en raison de la vogue des sushis…

La France soutient, à certaines conditions, l’inscription du thon rouge à l’annexe I de la Convention Internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES).

Ouf ? Non, car elle propose un délai de mise en œuvre de 18 mois ! Ceci soi-disant pour permettre de nouvelles expertises scientifiques et « peaufiner un plan de sortie des flottes » de thoniers, afin de réduire les capacités de pêche. Encore deux saisons de pêche pour préserver la paix sociale à l’approche des régionales, c’est cher payer !
 Et puis c’est démagogique… en effet, il n’y a strictement rien à attendre, selon les propres dires des scientifiques, de la prochaine étude de l’ICCAT et les thoniers français devront sans doute rester à quai en 2011 car ils n’auront pas de quotas de pêche à cause des pénalités liées au dépassement des quotas de 2007… 
Quid du risque accru de pêche illégale ? Il faudra renforcer les contrôles ! Cela est-il prévu ?

Le ministère de l’Agriculture et de la Pêche a défendu les intérêts d’une poignée de thoniers largement financés sur des fonds publics et dont les pratiques sont dévastatrices pour l’espèce.
 Quand on pense que l’Union européenne attendait la décision de la France – l’un des principaux pêcheurs avec l’Italie et l’Espagne – pour se prononcer au niveau communautaire…

Crédit photos : un étudiant de Marne la Vallée, Sos biodiversité

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , ,

3 Réponses »

  1. Encore un délire sur les huitres! Savez-vous pourquoi il faut consommer les huitres les mois en R?
    Il s’agirait d’une ordonnance de Louis XV. Le but était d’interdire la pêche des huitres pendant la reproduction afin de maintenir les bancs sauvages, à l’époque l’élevage des huitres n’existe pas. Un siecle plus tard Napoleon III constatant la rarefaction des bancs d’huitres, charge le docteur Coste d’une étude de la situation. Celui-ci va jeter les bases de l’ostreiculture. Aujourd’hui la ,pêche des huitres n’existe plus, donc les mois en « R » n’ont plus de raisons d’être.

  2. @ Arnaud,

    Je ne suis pas d’accord avec vous. Justement il faut laisser les huîtres tranquilles pendant la reproduction, respecter le cycle de la nature. Sinon on en revient aux huîtres triploïdes sur lesquelles j’ai écrit un article et qui me laissent plus que perplexe.

    Chacun son avis. merci de votre réaction.

  3. Le thon rouge malheureusement est mort. hier ou avant-hier je ne sais plus.

    Quant aux océand, ce sont déja des mers de déchets plastique.
    Consommons qu’ils disaient …