La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Jancovici : 3 ans pour sauver le monde !

Par      • 1 Fév, 2009 • Catégorie(s): Energie  Energie    

J’ai pris trois « claques » dans ma vie. La dernière en date émane de Jean-Marc Jancovici, entendu hier après-midi sur les ondes de France Inter dans l’excellente émission de Denis Cheyssoux, CO2 mon amour.

3 ans pour sauver le monde : cest maintenant... ou jamais !

S’appuyant sur les rapports des compagnies pétrolières, il explique que le pic de production du pétrole et du gaz sera atteint dans 5 à 10 ans. Autrement dit, du pétrole et du gaz, il n’y en aura plus pour tout le monde. Nous pouvons tous en imaginer les conséquences !

Augmentation de la part des énergies fossiles

Dans un article récent publié dans le Monde Diplomatique écrit par Mathias Reymond, les chiffres donnent le tournis. La production d’électricité à base d’énergies fossiles – et du gaz principalement – est passée en Europe de 48 à 51% malgré l’éolien… et le nucléaire. Le taux de dépendance de l’Union Européenne vis à vis des énergies fossiles est passé de 45% à 54% de 1990 à 2007.

Des choix stratégiques contestables

La relance du programme électro-nucléaire est manifestement l’option retenue par le gouvernement français. Dans un article du 30 juin 2008, j’avais expliqué que 30 nouvelles tranches allaient voir le jour d’ici 2020. Pour les anti-nucléaires, la construction de la nouvelle tranche à Penly préfigure de nombreux combats perdus d’avance. Et pourtant, le choix de l’électro-nucléaire, compte tenu des réserves en uranium et de l’utilisation de la fission, est loin d’être la panacée. La relance des programmes électro-nucléaires dans le monde entier risque de provoquer de nouveaux conflits dans lesquels les forces militaires françaises seront nécessairement mobilisées compte tenu du caractère stratégique de l’approvisionnement en uranium.

Un modèle économique hors service

Dans les modèles classiques et marxistes, les ressources naturelles sont « rangées » du côté du capital. Elles n’apparaissent pas en tant que telles. A ce titre, elles sont considérées infinies. Or, la réalité de l’humanité du XXIe siècle s’oppose viscéralement à la représentation des décideurs. Ils continuent d’apprendre et de voir le monde selon une modélisation parfaitement obsolète. Alors que le combat politique s’est articulé durant les XIXe et XXe siècles sur la question sociale, la question écologique risque de balayer nos sociétés à l’image de l’ouragan qui vient de dévaster les infrastructures de la Nouvelle Orléans et du Sud-Ouest français.

La croissance est issue de la production de biens et de services, elle-même issue de la transformation des matières premières et de l’utilisation de la force de travail. Ces processus de transformation nécessitent de l’énergie. Si nous ne nous posons pas clairement la question de la nature de la croissance, l’accident global cher à la thèse de Paul Virilio, du fait de l’interconnexion de nos économies, n’est plus qu’une question de temps.

La cigale et la fourmi

A quoi sert de chauffer une maison de 180 m2 à 22° alors que cette maison n’est pas habitée en journée ? Comment comprendre qu’un individu doté de la Raison enclenche la climatisation dans une pièce parce qu’il y fait trop chaud alors que le thermostat est à portée de bras ? Comment comprendre la mise en route d’un brûleur à gaz en plein été là où un pull ferait l’affaire ? Comment expliquer qu’un enfant prenne tous les jours son bain là où quelques litres d’eau seraient suffisants ? Comment expliquer que cette autre personne mette le feu à du bois de chauffage au lieu de chercher à le donner ? Au nom du confort, de la paresse, de la satisfaction de notre petit intérêt, serions-nous devenus fous au point de ne pas comprendre ?

Que faire ?

Question éminemment anxiogène, la pénurie en énergies fossiles risque sur le plan démocratique d’engendrer des restrictions fortes sur le plan des libertés individuelles.

La crainte de Jean-Marc Jancovici est que, par atavisme, un nouveau moustachu ne ressuscite de nos modes de fonctionnement reptiliens. Evitons une nouvelle grande catastrophe ! La meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas et tâchons, par une mobilisation économique et politique exceptionnelle, de consacrer à cette question plus de 1% de notre force de travail. Le Grenelle de l’environnement a été une première étape dans la prise de conscience. Face à l’ampleur du désastre qui s’annonce, au nom de nos valeurs, l’exigence de la responsabilité vis à vis de nos enfants et des générations futures nous oblige. C’EST MAINTENANT OU JAMAIS ! Arrêtons de nous sussurer de belles histoires et de jouer à l’autruche. Il faut lire Jean-Marc Jancovici de toute urgence afin d’éviter la terrible désespérance.

Crédit photos : Evene, France Inter, Le Monde

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , ,

7 Réponses »

  1. @Denis
    je connais ces deux anciens polytechniciens spécialistes de l ‘énergie.le second est économiste et préside
    « capitalisme durable »;par conséquent je conseille la lecture « le plein s’il vous plait » dans le point poche
    référence:s174 prix:6,50
    superbe ouvrage de vulgarisation!
    max de beuzeville

  2. vous etes hors sujet je pense.
    le petrole on s en fout sérieusement.
    cest pas important, quand il n’y en aura plus on se servira de quelque chose d autre bien evidemment!
    et attention je vais vous surprendre: on sait deja palier a ce combustible polluant et prehistorique!!!
    et oui! seulement le systeme economique ne permet pas de le remplacer par un equivalent ecologique.
    parcequ’ on tourne autour de ça quand même, sinon comment on fait raquer les péons et comment on raye des pays moins evolues….
    je m’interesse activement au sujet ces derniers temps, et si vous aussi j’ai trouvé un site original qui redonne espoir en un monde meilleur.
    >>>http://poursauverlemonde.blogspot.com/
    Ca parait simple au debut mais la logique des arguments m’a impressionné.

  3. Merci pour le lien même si ce site est d’une naïveté confondante. Vous oubliez une chose : l’inertie.

  4. @ Denis
    et le mouvement perpétuel, zamzam y a-t-il pensé?
    max de beuzeville

  5. Vous parlez d’inertie et de mouvement perpétuel pour l’énergie ou sur le plan social?
    Dans le second cas, c’est intéressant à évaluer :)

Laisser une Réponse

*