La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Fuites d’iode radioactif à la centrale nucléaire de Paluel

Par      • 23 Juin, 2011 • Catégorie(s): Energie  Energie    

A la lueur des informations fournies par le blog de la CGT de Dieppe, il s’avère qu’EDF n’a aujourd’hui rien à envier à la TEPCO . Alors que les employés de la centrale nucléaire de Paluel nous informent de rejets de gaz radioactif et de contaminations de travailleurs, EDF a déclaré qu’il n’y avait pas de fuite, tout en reconnaissant que, je cite, « Il y a une légère inétanchéité sur l’un des ensembles combustibles du réacteur 3 de la centrale de Paluel« .

Le mot inéchantéité n’existe pas dans la langue française. Ce néologisme est révélateur du mensonge permanent qu’entretient EDF sur la réalité des événements qui se produisent depuis plusieurs mois autour du réacteur 3 de la centrale nucléaire de Paluel. Plutôt que de procéder à un arrêt du réacteur n°3, EDF a décidé, de manière totalement irresponsable, de poursuivre son exploitation jusqu’au prochain arrête de la tranche, prévu à l’automne.

Fessenheim reloaded

Selon le Figaro, l’Autorité de Sûreté Nucléaire, présidée par André-Claude Lacoste, s’apprêterait à prolonger l’exploitation de la centrale nucléaire de Fessenheim pour 10 années supplémentaires. Or, la cuve du réacteur n°1 de Fessenheim repose sur une dalle de béton, le radier, d’une épaisseur d’1 mètre. A titre d’exemple, le radier de la centrale de Fukushima-Daiichi  est épais de  3 à 4 mètres. La dalle se situe juste au-dessus de la nappe phréatique du Rhin. Cela signifie qu’en cas d’accident avec fusion partielle du cœur, une fois la dalle percée, «le Rhin serait contaminé, jusqu’à Rotterdam».

Centrales nucléaires et zonage sismique (OWNI)

 

Centrales nucléaires française et zonage sismique

Pour plus d’informations : le blog du Collectif de Résistance d’Intervention Citoyenne – Manosque

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , ,

4 Réponses »

  1. Il y a un grave problème de fuite. C’est la fuite en avant !
    Nous avons été avertis au travers des articles parus dans le Monde, mediapart, libé, arte, et combien d’autres encore, et l’info est relayée par le web : la sécurité est de plus en plus mise en cause dans les centrales nucléaires. Les accidents sont minimisés, et on rassure la population avec la technologie française, la seule qui assure une sécurité absolue. On passe sous silence la centrale du Blayais, c’est un grand quotidien régional qui dévoilera l’accident. On oublie le Tricastin, et tous les « incidents ». Et on affirme : cela ne serait pas arrivé avec les EPR français ! Mais il n’y a pas d’EPR français en production, ni en France, ni dans le monde. Cela signifie-t-il que toutes nos centrales ne sont pas sécurisées à la hauteur du risque ?
    Aujourd’hui, le nucléaire est un paravent contre l’explosion de la dette, la remise de la France dans les pigs, contre un taux de risque inacceptable, à trop long terme. Quant au prix de l’EPR, il explose aussi.
    http://www.saintpierre-express.fr/de-la-revolution-ecologique-a-levolution-des-consciences-a-lecologie-politique-ou-comment-sortir-du-nucleaire/

  2. @nono

    Comme je l’ai dit sur SPE, il est trop long ce billet. Il aborde trop de sujets à la fois et mériterait d’être segmenté. En l’état, il ne sera pas lu.

  3. Bonjour à tous

    Aucun soucis à se faire l’autorité de sureté nucleaire aurait prévenu la population
    Moi ca me rassure
    http://www.asn.fr/index.php/L-ASN-en-region/Division-de-Caen/Actualites-de-votre-region

  4. @Mc Fly

    Ouais, ça craint sérieux !!! Bises à toi.

Laisser une Réponse

*