La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Biodiesel algal : la fin de l’OPEP et de Total ?

Par      • 9 Sep, 2008 • Catégorie(s): Energie  Energie    
L'algue tuera-t-elle l'OPEP ?

L

A l’heure où les constructeurs automobiles dont l’allemand Mercedes envisage l’abandon total du pétrole d’ici 2015, l’augmentation du prix du baril de pétrole aura permis de développer les innovations.

La nouveauté vient d’Espagne au travers de la mise au point d’un brevet sur un catalyseur qui permet de transformer l’éthanol en hydrogène. Même si le procédé n’amène pas à une suppression de gaz à effet de serre et notamment de C02, la production en est bien moindre qu’à partir de carburants fossiles. L’éthanol est produit aujourd’hui à partir de la canne à sucre, le blé, le maïs ou encore la betterave. La hausse du prix des denrées est due non seulement à la hausse du coût des intrants (elle-même dépendante de la hausse du coût du pétrole), mais aussi à la production de bio-carburants qui en diminuent l’usage alimentaire.

De leur côté, les allemands s’intéresseraient à un procédé de fabrication d’hydrogène à partir de micro-algues.

Un biopétrole à 120 $ le baril

L’OPEP et les pays producteurs de pétrole ont dû souci à se faire. C’est des Etats-Unis que provient l’innovation la plus sérieuse. La société GreenFuel vient de passer au stade industriel la production d’un biopétrole qui s’utilise parfaitement dans les motorisations diesel classiques. Le procédé consiste à utiliser des diatomées, des algues unicellulaires. Après que l’on leur a injecté du CO2, elles produisent une huile végétale sous l’effet de la photosynthèse. Le rendement en huile est de 50 à 75% par rapport à la masse des algues utilisées. On est très au dessus des rendements obtenus à partir du colza et du palmier. 30 fois plus que le colza ! Pour produire du CO2, Greenfuel utilise du charbon, un autre combustible fossile. Mais on peut imaginer, avec ce procédé, recycler une bonne partie du CO2 produit au travers d’autres activités humaines.

Malgré un léger retard par rapport aux Etats-Unis, la France n’est pas en reste grâce au projet Shamash.

Baisse du prix du pétrole

Cette nouvelle serait-elle à l’origine de la dégringolade spectaculaire du prix du baril de pétrole ou faut-il y voir le spectre d’une récession mondiale de grande ampleur ? Toujours est-il que l’OPEP souhaiterait arrêter sa production. Faut-il y voir un simple effet d’annonce ? Le caractère spéculatif de la hausse, s’il ne faisait aucun doute, nous laisse cette fois-ci de quoi espérer quant au mouvement structurel de baisse sur le long terme des carburants. Et c’est tant mieux !

Source : un grand merci au Journal de Montaigne

Crédits photos : Céline & David @ Calgary, Ressources naturelles Canada

Autres éclairages

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Une Réponse »

  1. Article très intéressant , je suis allé à « http://www.econologie.com/algues-et-biocarburants-chez-greenfuel-et-algatech-articles-3387.html  » ( désolé je sais plus faire de lien , c’est l’âge ! ) , qui complète l’aspect technique de l’article et permettre d’approfondir une technique peut- être ( il faut rester pragmatique avec la science ) prometteuse .