La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

La stratégie du Béarnais

Par      • 30 Jan, 2009 • Catégorie(s): Elections  Elections    
Cest le vent qui tourne !

C'est le vent qui tourne !

Mon ami Gérasime ne l’aimait pas. Il m’en parlait comme étant potentiellement le futur président de la République Française. Nous étions dans les années 1990. Maniant la chèvre et le chou, sachant retourner sa veste du bon côté, François Bayrou, en dehors de son ambition personnelle, n’a pas toujours brillé par sa constance. Force est de constater que, depuis l’élection présidentielle de 2007, le bonhomme semble appliquer une stratégie dont la constance est, cette fois, la principale marque de fabrique.

Ménager les susceptibilités

Le 27 janvier, soit deux jours avant la grande manif du 29, il vote la motion de censure. Mais là où le Parti Socialiste provoque l’ire de François Chérèque, l’un de ses soutiens en 2007, François Bayrou donne consigne à ses militants de se fondre aux manifestants sans arborer les bannières du Modem afin de ne pas repousser l’électorat de centre droit dans les bras de Sarkozy. François Chérèque, en bon missi dominici du Béarnais, a expliqué tout le mal qu’il pensait de la présence du Parti Socialiste à une manifestation syndicale en opposition totale avec les principes de la Charte d’Amiens de 1906. Avec Chérèque, une grande partie de la CFDT vient de quitter les rivages de la gauche politique.

Être le candidat du centre et de la gauche

Lors de la présidentielle de 2007, la deuxième gauche, avec les Gracques, Chérèque et les autres, a voté Bayrou. A ces voix, se sont ajoutées celles des socialistes à gauche de la gauche qui prônait le vote révolutionnaire pour mieux faire imploser le PS. La candidature de Royal était la pire pour Bayrou qui aurait préféré tout autre candidat socialiste afin de faire le plein des voix du côté des catholiques de gauche. Pour battre Sarkozy, il fallait voter Bayrou au premier tour. C’est aujourd’hui une certitude. Certains bruits non vérifiés par ailleurs ont fait part que Martine Aubry l’aurait compris mieux que quiconque.

En refusant de participer aux manifestations, François Bayrou a donc refusé de faire un pas à gauche. En revanche, son positionnement le rend chaque jour davantage compatible avec un vote de la gauche en sa faveur au cas où il resterait au second tour face au candidat de la droite en 2012.

Eviter de parler pour ne rien dire

Ne pas participer aux manifestations lui aura aussi évité de se faire huer à l’image des socialistes, qui, sous l’égide de Martine Aubry, sont allés manifester en ce jeudi 29 janvier. Était-ce leur place quand François Hollande reconnaît la piètre qualité du plan de relance concoctée par la direction actuelle du Parti Socialiste ? Malek Boutih qui a rejoint Royal dit qu’il s’agit d’une régression qui reprend les recettes usées. Usés, les socialistes ?

De son côté, le Béarnais s’est évertué à ne pas trop communiquer sur son plan de relance dont Marielle de Sarnez nous assure qu’il s’articule autour d’un emprunt européen afin de financer de grands travaux et une aide aux plus modestes. Le bon sens confine hélas à la forme la plus crasse de la bêtise affligeante. Le seul problème, c’est que, malgré mes recherches avancées sur le site du Modem, sur les moteurs de recherche et d’actualités Internet, je n’ai trouvé aucune référence explicite au plan de relance du Modem. De plan de relance, le Modem n’en a point !

Concilier l’inconciliable

François Bayrou, en raillant et la gauche et la droite, en oublie l’essentiel : construire un projet crédible… et cohérent. Compte tenu de la nature du Modem composé de militants du centre droit, de transfuges des Verts et du PS, je crains qu’il ne faille attendre 2011 pour voir émerger l’once de la moindre idée digne de ce nom. Difficile en effet de synthétiser la pensée de Corinne Lepage, Jean-Luc Bennahmias et Jean Peyrelevade. Compte tenu des forces dont dispose aujourd’hui le Modem, les objectifs personnels de son Président me semblent peu compatibles avec la nécessité de produire.

Crédit photos : le Jdd, la Procure, Philippe Remacle

Voie Militante Voie Militante

Tags :

4 Réponses »

  1. bayrou n’est qu’un caméléon. Il sort de sa paresse pour prendre le soleil qu’au moment d’une campagne présidentielle. Au besoin, il crée un parti politque. Il en a crée plusieurs ; Force Démocrate, le Modem, après avoir usé l’enseigne UDF, rien qu’en France, et puis un autre au niveau européen, uniquement constitué d’élus, pas de militants. Son ambition, obstination de la présidentielle est avant tout, strictement personnelle. Ce qu’il a de commun, avec Royale. Le modem, actuellement, n’est plus qu’un mouvement de Bayrouiste, qu’il peut être situé, clairement au centre-droite, une UDF, ripolinée d’un orange délavée. Il suffit de constater la dichotomie des votes, sur un même projet de loi, entre le vote du Béarnais, lorsqu’il vote, et ceux, de ses sénateurs, Modem, d’autres parts, membres choisis et nommés par Bayrou lui-même, en bon autocrate, de l’instance dirigeante du Modem. En clair, des gens qui se rencontrent, régulièrement. Avec Bayrou, prof agrégé de lettres, le malentendu sera total. D’ailleurs les électeurs de Pau, ne se sont pas laisser tromper.

  2. François Mitterand disait du Béarnais qu’il faudrait à l’avenir compter sur lui. Selon le Président de la République, une personne qui avait fourni de tels efforts pour faire oublier son bégaiement, demontrait sa persévérance et son envie de réussite…
    Quand à F. Chérèque, je m’inquiète, moi-même adhérent de la CFDT, j’en perds un peu mon latin. On peut cependant lui reconnaitre la qualité d’être toujours ouvert à la discussion, quelqu’en soit l’interlocuteur.

  3. Quand je lis les commentaires (notamment celui de citizen particulièrement caricatural), je m’aperçois de la mauvaise foi dont certains font preuve lorsqu’il s’agit de parler de François Bayrou !
    « On ne sait pas ce qu’il pense, On ne connait pas son programme, On ignore le Modem  »
    Mais …on ne parle de lui, dans les grands médias, que pour se foutre de sa gueule, ou pouir ressasser les ennuis du Modem !
    Par contre, chacun sait qu’au P.S, à l’U.M.P, au P.C, chez les Verts, au F.N, au Nouveau Centre, au N.P.A, tout ce passe bien ! qu’il ya de la cohérence à tous les étages ! que leurs leaders n’ont pas l’Ego Surdimensionné, et n’ ont, bien sûr, aucune ambition !
    Mais, à raisonner comme vous le faîtes « Chers Messieurs », vous nous préparez à une très longue cure de « Sarkozysme » ! .
    Entre vos lignes, on pourrait penser que vous préféreriez le chaos, à un grand réveil démocratique !
    Pour contrer Sarko, il faudra qu’une très grande partie du peuple se fédère ! : la gauche et l’extrême gauche n’y suffiront pas. La situation est grave ce n’est seulement une vue de l’esprit :
    Ressaisissez-vous ! Soyez plus ouverts !