La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Sortir du nucléaire : Greenpeace classe les candidats à la Présidentielle !

Par      • 30 Août, 2011 • Catégorie(s): Elections  Elections    

A la manière de l’Alliance pour la Planète en 2007, Greenpeace a décidé de classer les candidats à l’élection présidentielle de 2012 sur les enjeux écologiques. Sur la question centrale de la sortie du nucléaire, voici comment l’ONG – de façon très approximative –  a placé les candidats :

  1. les engagés qui se sont prononcés clairement en faveur de la sortie du nucléaire, parmi lesquels Eva  Joly, Martine Aubry, Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Ségolène Royal (avec le maintien d’une ou deux centrales), Manuel Valls (50% en 2022), Dominique de Villepin (à 50 ans, quand il n’y aura plus d’uranium ?)
  2. les attentistes : Christine Boutin, François Hollande (50% d’ici 15 ans), Arnaud Montebourg
  3. les rétrogrades : Jean-Michel Baylet, François Bayrou, Jean-Louis Borloo, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Frédéric Nihous, Nicolas Sarkozy

Il n’y aura jamais rien à attendre du centre et de la droite sur cette question.

La réalité d’un classement : tester les candidats sur l’EPR de Flamanville

Si Ségolène Royal devrait rejoindre les attentistes compte tenu de ses ambiguïtés sur la question contrairement à 2006, Manuel Valls, Christine Boutin, François Hollande et Dominique de Villepin devraient être, eux considérés comme des « rétrogrades » sur cette question. Sortir du nucléaire ne veut pas dire réduire la part du nucléaire à 50% en 15 ans ou en 10 ans. Sortir du nucléaire signifie vouloir arrêter les projets de construction de nouvelles centrales et la production d’électricité à partir de nos centrales nucléaires existantes.

Seuls trois candidats se sont prononcés  en faveur de l’arrêt de la construction de l’EPR de Flamanville : Eva Joly, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou. François Hollande, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Martine Aubry se sont prononcés en faveur de l’arrêt du projet de construction de l’EPR de Penly.

Un petit regret : aucune question sur le nucléaire militaire dans cet étrange stress test signé Greenpeace !!!

Présidentielles 2012 : stress test des candidats par Greenpeace

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

10 Réponses »

  1. Fukushima n’apporte pas la réponse. Trop loin.
    Il faut que la réponse soit locale. Alors on arrêtera. Dans les larmes et la douleur.
    Et avec 80% de nucléaire, le triple A deviendra un z-. On pleurera les morts, les malades, et le territoire perdu.
    A quoi sert l’expérience ? Est-on si pessimiste que l’on doive risquer autant ? On passe par l’étape pourquoi et comment en sommes nous arrivés là ?… et on continue. Brave, brave world.

  2. @nono

    Fukushima a permis une prise de conscience que le combat des anti-nucléaires n’aura jamais permis. Je crains, hélas, qu’il en faudra beaucoup d’autres pour que la France se désengage ! Compte tenu des conditions de la mise en place de l’EPR soulignées par l’ASN, la probabilité d’une prochaine catastrophe en France me semble extrêmement forte.

    NB Le local… Je te rappelle la phrase originelle : « penser global, agir local » ! Il y a un grand contre-sens à dire « agir local, penser global ». Autrement dit, avant d’agir local, il faut essayer de construire une réponse « globale ». Penser d’abord, agir après.

  3. Qui
    pourrait m’indiquer pourquoi des candidats non déclarés
    seraient candidats dans cette étude ?

  4. @Gildas

    Comme j’ai eu l’occasion de l’écrire, je la trouve extrêmement approximative, cette étude !

  5. @denis : je suis d’accord. d’autant que ‘jai pu remarqué qu’entre son lancement et hier, certains étaient passés de la position d ‘attentistes à engagés… mais comme j’ai un esprit partisan, je voulais juste faire remarquer en citant ce truc que Mélenchon était proche d’Eva Joly sur le sujet, un point c’est tout.

  6. Ca pose aussi la question de la position de Greenpeace: une ONG multinationale qui a autant de crédibilité que n’importe quel groupe de lobbying. Classement à regarder avec prudence, donc.

  7. @GdeC

    Je ne vois plus de différences sur cette question centrale entre Aubry, Joly, Mélenchon et Lepage.

  8. @Denis, quand je dis qu’il faut que la réponse soit locale, c’est qu’on admettra la catastrophe, et qu’on arrêtera les dégâts lorsque la catastrophe sera avérée localement.

Laisser une Réponse

*