La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Backoffice et frontoffice gouvernemental, médiateurs… hasard ou nécessité ?

Par      • 26 Mai, 2007 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Après une semaine d’agitation sarkozyste, prenons le temps de poser quelques petites remarques.

La première est que le bilan CO2 de notre Président est proprement incompatible avec le protocole de Kyoto. Berlin, Toulouse, Bruxelles, Brégançon, combien de tonnes de CO2 a laissé notre Président dans l’atmosphère ? Speedy Sarko brasse de l’air. ;+)

La deuxième est que l’analyse de la composition gouvernementale et de celle de l’Elysée amènent deux observations. Le backoffice élyséen, autrement dit la garde prétorienne sarkozyste, est aux mains d’énarques. Les ministères techniques – je pense à Juppé et à Woerth – sont eux aux mains d’inspecteurs des finances. Et puis, pour le frontoffice gouvernemental, la grande majorité des ministres ont une formation de juristes de droit privé ou de droit public. Ajoutons un enseignant en la personne de Darcos. Cela fait au total, premier ministre et secrétaires d’état, haut commissaire confondus, 11 juristes et enseignants sur un total de 18. Souvent des personnes très expérimentées en politique.

Est revenu le temps de la République des médiateurs dont la marque la plus évidente est la présence de journalistes à l’Elysée ! Avocats, enseignants et journalistes composent les principaux profils professionnels de type médiateur. La droite l’avait stigmatisé en 1981 au travers de la personnalité de Pierre Mauroy. Sarkozy semble en avoir tiré de très grands enseignements. Attendez-vous à ce que cela réforme tous azimuts durant les premières années dans tous les secteurs. Il est marquant que Sarkozy ait tenu à les choisir personnellement dans la semaine précédent sa nomination. Chez lui, rien ne doit au hasard. Il a dû lire le hasard et la nécessité de Jacques Monod.

Voie Militante Voie Militante

Tags : , ,

Les Commentaires sont clos.