La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Rétrospective : 2006… un parfum de désir d’avenir !

Par      • 22 Avr, 2009 • Catégorie(s): Elections  Elections    

En ce début d’année 2006, Ariel Sharon part pour un long voyage ! Étrange destin que celui de ces hommes qui, parce qu’ils connaissent la guerre, sont souvent les seuls à réussir la paix ! Il est aujourd’hui sorti du coma profond et répond à certains stimuli.

Les énergies fossiles au coeur du vieux monde !

Le Proche et le Moyen Orient occupent toujours les devants de l’actualité : le Japon désengage ses troupes d’Irak au mois de juin. Saddam Hussein sera pendu haut et court en cette fin d’année 2006, le 30 décembre. Le ton se durcit avec l’Iran. En décembre, l’ONU adopte des sanctions vis à vis de l’Iran face à son refus de suspendre ses activités nucléaires.

Le destin de l’humanité se joue dans cette partie du monde. La présence d’importantes réserves en gaz et en pétrole n’y est sans doute pas étrangère. Selon Michel Mallet, directeur de Total Allemagne, nous avons siphonné 1000 milliards de barils de pétrole en 30 ans. Il ne nous resterait plus que 20 ans de pétrole ! Et après ?

En Asie, les Philippines abolissent la peine de mort. Au cours de l’année 2007, 88% des exécutions recensées dans le monde ont eu lieu dans cinq pays : la Chine, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Pakistan et les États-Unis. Hasard sans doute… nécessité certainement pas ! Aux Etats-Unis, les démocrates remportent les élections des représentants et des sénateurs. Cette victoire préfigure celle de Barak Obama de 2009. Mais, à l’époque, c’est Hillary Clinton qui est donnée favorite !

La victoire démocrate de 2006 préfigure celle de 2008 !

La crise des subprimes a démarré dès le deuxième semestre 2006. Pour éviter le déclassement, les Etats-Unis financent leur croissance avec la dette. Les pays asiatiques et arabes jouent les pompiers de l’économie américaine. Lors du dernier G20, les Chinois ont proposé un panier de monnaies en guise de monnaie de référence internationale. Fin de non recevoir des autorités américaines qui disposent encore du billet vert pour financer leurs déficits abyssaux ! Pour combien de temps encore tous ces pays accepteront ce grand racket international ?

Lors de cet été 2006, 528 tonnes de déchets toxiques en provenance d’Europe sont déversées à Abdijan. Si le colonialisme nous a permis à vil prix de prélever depuis le début de l’ère industrielle toutes les matières premières dont nous avons eu besoin et qui ont permis d’asseoir notre richesse, la « mine du monde » fait l’objet de toutes les attentions des pays développés et émergents. Une attention dont se seraient bien volontiers passés les habitants d’Abdijan et aussi ceux de la RDC, du Niger, du Tchad et du Soudan ! La sur-exploitation minière de l’Afrique attise les tensions et, en 2009, 390 millions d’africains vivent avec moins de 1.25 dollar par jour.

En Europe

Romano Prodi gagne les élections d’une courte majorité face à Berlusconi dont les liftings n’auront pas su convaincre. C’est partie remise. Les gauches européennes y voient, un temps seulement, le modèle à suivre. Composée des anciens communistes, des socialistes, des Verts et des démocrates, l’Union de Romano Prodi apparaît très vite comme un attelage improbable – un bateau ivre – qui ne résistera pas au temps. 2 ans après, Berlusconi reprend les rênes.

L’Italie, en cette année 2006, remporte la coupe du monde face à la France. Zinédine Zidane loupe sa sortie sur un coup de boule mémorable.

En France

Dominique de Villepin s’attaque au CDI en cherchant à imposer le CPE (Contrat Première Embauche). Le chômage des jeunes de moins de 26 ans en ce début d’année 2006 est de 23 %. Ce contrat très favorable aux employeurs permet à tout moment de rompre le contrat durant 2 ans à l’image du CNE qui bizarrement n’a pas fait l’objet des mêmes « attentions » ! La révolte des banlieues est passée par là.

Désirs davenir consacre Internet !2006 est une année riche sur le plan politique. Fondée en décembre 2005, l’association Désirs d’avenir sera l’outil de conquête de Ségolène Royal. A l’occasion d’un vote interne, les militants du Parti socialiste en feront leur candidate aux élections présidentielles de 2007. Lors d’un débriefing Désirs d’avenir à Paris, je rencontre Ségolène Royal à l’Assemblée Nationale. Sa poignée de main ne me laissera pas un souvenir impérissable. La chose qui m’apparaît assez rapidement est qu’elle est seule. Sophie Bouchet-Petersen est là. Thomas Hollande aussi. Avec Yvette Roudy , nous sommes les seuls à huer un conseiller général qui demande à Royal de « buzzer » sur cette jeune marseillaise gravement brûlée par des voyous encagoulés. « Les cons, ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît« , aurait dit brillamment Audiard !

Il a manqué à Royal un Guaino de gauche pour construire son discours. Là où Sarkozy a su très largement rassembler son camp, Royal, en recourant au prêchi prêcha sur fond de salmigondis intellectuel, a fait fuir une partie de ses électeurs. On ne fait pas de la politique comme on peut vendre de la machine à laver ! Bayrou en bénéficiera très largement au 1er tour. L’aile gauche du Ps en appelle au vote « révolutionnaire » Bayrou. Les Gracques, pour des raisons différentes, se rallieront au candidat de centre droit.

Royal était sans doute la mieux placée pour affronter Sarkozy. A moins que DSK… Dans la fédération de l’Eure du Parti Socialiste, les fabiusiens sont battus à plate couture lors du vote de désignation interne. Ils n’auront de cesse que de railler les militants à 20 euros. Nous nous sommes combattus durement en cet automne 2006. Nous y perdrons une énergie considérable. Les battus, pour la plupart, ne feront pas campagne. La défaite de 2007 est déjà là en germe. L’intelligence politique de Sarkozy fera la différence. En novembre, alors qu’il est issu de la majorité sortante, il invente l’oxymore politique en nous parlant de rupture.

Cest maintenant ! 3 ans pour sauver le monde.Gdf est privatisée en septembre. 25% de l’électricité sont produits à partir du gaz en Europe. Or, le pic gazier, selon les experts, est dans 5 à 10 ans. Sur la question des enjeux énergétiques, le personnel politique français « traditionnel » est parfaitement myope et sourd à la complainte et aux peurs qui montent partout dans notre pays. Indiciblement, nous avons tous compris – ou presque – que le monde de demain ne pourra plus être celui d’aujourd’hui, marqué par le pétrole et la bagnole. Il faut, de toute urgence, une grande reconversion de l’économie. Pour Jean-Marc Jancovici, c’est maintenant. Selon l’auteur, nous n’avons que 3 ans pour sauver le monde.

Crédit photos : Le Nouvel Obs, Les renseignements généreux

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , ,

Les Commentaires sont clos.