La voix militante de citoyens d'ici et d'ailleurs

Pourquoi, je crois, il faut participer massivement à la primaire socialiste !

Par      • 7 Sep, 2011 • Catégorie(s): Elections  Elections    

Je voudrais tout d’abord rendre un hommage appuyé à Arnaud Montebourg et à Martine Aubry pour avoir réussi à imposer aux militants l’idée de ces primaires citoyennes qui se tiendront les 9 et 16 octobre. Martine Aubry a réussi à remettre en marche un parti, laissé moribond, après le congrès de Reims de l’automne 2008, par son ancien secrétaire, François Hollande.

Cette primaire, c’est une démarche inédite où les électeurs de gauche – et pas seulement les militants socialistes comme en 2006 – auront à se prononcer sur 6 candidats. Contrairement aux écologistes, les socialistes ont d’abord voté un programme. C’est logiquement, une fois le programme voté, que les électeurs auront à se prononcer sur celui ou celle qui aura le plus de chances de l’emporter face à Nicolas Sarkozy au 2e tour de l’élection présidentielle de 2012. Le sort de la présidentielle de 2012 et la victoire de la gauche sont très largement conditionnés à votre participation aux primaires citoyennes des 9 et 16 octobre, organisées par le Parti Socialiste. Une forte participation donnera au candidat, à la candidate que vous aurez choisi la légitimité qu’il manqua à Ségolène Royal en 2006.

Les axes de la campagne de l’UMP

Compte tenu du rejet sur la personne même de l’actuel chef de l’Etat, sa marge de manœuvre pour l’emporter en 2012 semble aujourd’hui extrêmement ténue. Deux axes forts se dégagent de la lecture des textes issus des conventions de l’UMP : un paquet immigration-sécurité-femmes-laïcité et la ruralité. Si le 1er axe a pour objet de fédérer la droite, en tâchant de couper l’herbe sous le pied respectivement à Marine Le Pen et à Jean-Louis Borloo, le 2e thème a pour objet de s’adresser à tous les Français. Dans l’identité de la France, Fernand Braudel nous expliquait que le rêve du Français restait indéfectiblement celui de construire sa vie à la campagne. Nous sommes restés des ruraux dans l’âme, même quand nous importons la ville à la campagne ! Sarkozy développera sa vision de la France : un pays de petits propriétaires, qui fuient la ville pour pouvoir vivre en paix, avec leurs femmes et leurs enfants, à la campagne, en toute sécurité, loin des mosquées et des quartiers.

La crise

Mais, l’élection présidentielle, c’est avant tout le choix d’un homme ou d’une femme, d’une personnalité. Et, dans le contexte de crise dans lequel s’enfonce l’Europe, nous devons nous souvenir des propos de  Jean-Marie Gustave Le Clézio relatifs  au goût singulier que les peuples ont pour les hommes forts. En revenant à une posture de chef d’Etat, le candidat de la droite tâche de nous faire oublier le phrasé – si délicat – de son début de mandat. Rendez-vous compte. A lui seul, au cours de son quinquennat, il aura épargné un conflit à la Georgie, détruit les paradis fiscaux, sauvé l’euro (c’est pas encore fait vu l’état de faillite de la Grèce) et débarrassé la Libye de Khadafi, … Alors, il pourra bien, à lui seul, sauver la France d’une situation catastrophique que sa politique s’est très largement chargée d’amplifier !

Choisir

Que choisir ?Alors, les 9 et 16 octobre, il nous faudra choisir un candidat, une candidate. Et, à ce jeu, deux personnalités se dégagent nettement. Elles sont les seules à disposer de l’expérience de gouvernement. Elles ont aussi le tempérament qui font qu’elles sont particulièrement taillées pour la situation. Elles présentent, toutes deux, l’avantage d’être des femmes et de nous offrir enfin l’espoir que la testostérone ne soit plus le moteur principal de la vie politique  française !  Compte tenu des circonstances, j’irai voter le 9 octobre Ségolène Royal.

Malgré mes nombreux désaccords politiques qui n’ont fait qu’enfler avec le temps, elle possède deux atouts supplémentaires vis à vis de Martine Aubry. Le premier est qu’elle se  prépare à cette élection depuis 2005. C’est, chez elle, une mobilisation de tous les instants. Le second – qui est loin d’être négligeable – est de disposer de l’expérience de la campagne présidentielle de 2007, au cours de laquelle elle aura appris à encaisser les coups. Elle ne commettra pas les erreurs qui lui auront été fatales face à Nicolas Sarkozy. Quant à ses capacités à fédérer l’ensemble de la gauche, elles sont restées totalement intactes. Au contact permanent des vrais gens, elle a, de surcroît, la capacité réelle d’aller bien au delà des limites de la gauche !

Voie Militante Voie Militante

Tags : , , , , , , , , , , ,

8 Réponses »

  1. Le fromage de Hollande est indigeste, pâte molle et sans fumet. Aussi valable que le steak du tonton d’Amérique que le fin cordon bleu* voulait nous faire avaler de force. Du réchauffé qu’on nous ressert à chaque fois. On n’en veut pas, camarade !
    Le brie d’Aubry n’est pas d’appellation d’origine. Assemblage de différentes matières exogènes dont le lait nourricier est essentiellement tiré du travail d‘une autre. Comme on dit prés d’chez moi : faut pas s’gêner ! Préférez la source, c’est plus honnête et mieux contrôlé.
    La valse de Valls est à trois temps puis valse-hésitation. En conséquence, sans intérêt.
    Le chevalier Montebourg se perd par monts et par vaux au lieu d’arpenter les faubourgs. Même si l’homme a le verbe haut, ses idéaux ne sont pas toujours clairs.
    Baylet baye aux corneilles.

    Royal est impériale, lumineuse et sûre de sa victoire. Hello, le soleil brille, brille, brille. Hello, j’crois bien qu’elle a raison. Que tout se décanterait après l’été.
    Les billes vont se mettre à rouler des yeux en s’apercevant de leur déraison. Qu’il ne faut pas crier victoire tant que l’arbitre n’a pas sifflé la fin de la partie. Le match est à jouer et pour gagner, il faut qu’au moins un pion rentre dans les filets !
    Mme Royal est une femme exceptionnelle à plus d’un titre.
    Dernier ouvrage paru : lettre à tous les résignés et indignés qui veulent des solutions

    AVERTISSEMENT : inspiré par le piètre match, hier, de l’Equipe de France.
    Monsieur S.-Domenech-Blanc, même combat ! Esbroufe et verbiage comme seuls aliments à se mettre sous la dent.
    Arrêtons de nous laisser ENFUMER !!!!

    *Un Cordon bleu était, sous l’ancien Régime, le surnom donné à un chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit.
    Que FH ait pris sa place, il n’y a donc rien d’étonnant à cela.

  2. D’accord avec Denis et je trouve à Ségolène un troisième avantage sur Martine : elle est la plus écolo, elle croit vraiment au développement soutenable et le montre concrètement dans sa région. Qu’en serait-il chez Martine à Lilles sans le sillon tracé dans sa région par la sénatrice EELV Marie-Christine Blandin ? Je céde la parole à Eric Loiselet qui les connait bien mieux que moi : http://www.developpementdurable.com/interview/2009/12/I72/eric-loiselet.html
    Mais SR est desservie par un défaut acquis au contact de ses coaches en communication, qui lui donne un discours moins naturel que celui de Martine Aubry et à l’opposé de celui de Sarkozy, qui est, lui, dans la caricature du langage « populo » (populaire et populiste).
    C’est bien dommage car son ex-compagnon FH, qui sent le Tartuffe non écolo de loin, joue si bien le gentil expert sérieux, honnête et posé, qu’il rassure une majorité de sondés.
    Ségolène devient alors la victime potentielle de l’effet sondage, qui pousse des indécis à voter pour le gagnant annoncé : FH, et, face au risque prédit, des anti FH à voter utile au premier tour des primaires donc pour MA, même s’ils lui préfèrent Royal.

  3. Tiens, c’est pas facile de trouver un militant d’un autre parti que le PS qui va participer au primaires du PS. Hello l’ami, je partage votre analyse.

  4. @veto22

    Oui, il y a un risque non négligeable que FH passe dès le 1er tour. Je continue de croire qu’il se fera balayer comme un crêpe, compte tenu de ce que je disais sur le goût singulier des Français – et pas seulement – pour les hommes forts !

  5. « Compte tenu des circonstances, j’irai voter le 9 octobre Ségolène Royal. »

    J’avais compris que tu soutenais Aubry, apparemment j’ai raté un épisode…

    « Compte tenu du rejet sur la personne même de l’actuel chef de l’Etat, sa marge de manœuvre pour l’emporter en 2012 semble aujourd’hui extrêmement ténue. »

    Il serait bien de ne pas oublier que dans ce pays, Mme Royal est victime d’un « rejet sur sa personne » de presque égale ampleur…

  6. @antennerelais

    Je crois que tu confonds avec le rejet de l’appareil socialiste. Nous verrons bien le 9. Tu as peut-être raison. Gageons que François Hollande ne soit pas victime d’un rejet sur sa personne au 2e tour de 2012, au cas, où, pour notre plus grand malheur, il soit désigné. Pour moi, c’est 1, Ségolène, par fidélité et 2, Martine, parce que ma femme va voter pour elle.

  7. C’est bien beau tout ça car écrit avant la bourde monumentale de Dame Ségolène:

    http://lamauragne.blog.lemonde.fr/2011/09/08/au-tour-de-segolene-de-deraper-grave/

    Bien à vous.

    jf.

  8. @Jacques

    Elle a dérapé dans quoi ou sur quoi ? Vous trouvez qu’elle a tort sur François Hollande? Moi, non. Sur Martine Aubry, c’est pas bien méchant, à vrai dire.